FEMMES, JE VOUS AIME !

Le Franco - - ÉDITORIAL POUR MOINS DE 6$ PAR MOIS - PAR HÉ­LÈNE LEQUITTE

« On ne naît pas femme, on le de­vient ». Cette phrase de Si­mone de Beau­voir (1908-1986) porte une ré­son­nance toute par­ti­cu­lière à l’oc­ca­sion de la Jour­née in­ter­na­tio­nale des femmes, le 8 mars der­nier. Der­niè­re­ment, la Coa­li­tion des femmes de l’Al­ber­ta a lan­cé le site Men­torAc­tion. Une ini­tia­tive qui cherche à ap­puyer le lea­der­ship po­li­tique des femmes fran­co­phones en Al­ber­ta. Si on ne naît pas femme, mais qu’on le de­vient, on ne naît pas non plus po­li­ti­cienne pour au­tant.

La po­li­tique n’est pas une science in­née, mais s'ac­quiert avec le temps. C’est par le biais de la trans­mis­sion et de l’ap­pren­tis­sage que l’on se forge en po­li­tique. Ap­prendre à prendre sa place re­lève du men­to­rat, voire de l’ini­tia­tion. Com­bien de pre­miers mi­nistres ou de pré­si­dents ont eu, et ont en­core, des “dau­phins” pour leur suc­cé­der ? Une ter­mi­no­lo­gie à conno­ta­tion mo­nar­chique qui en dit long sur la ma­nière de faire de la po­li­tique. En­core au­jourd’hui, la po­li­tique conti­nue d’être un mi­lieu à do­mi­nante mas­cu­line. Les “règles” qui consistent à tou­jours voir des hommes aux plus hautes fonc­tions en­traînent des ré­ac­tions de re­jet, voire de vio­lence ver­bale, et par­fois même des me­naces quand la confi­gu­ra­tion ha­bi­tuelle change. Être une femme dans un monde pa­triar­cal est un dé­fi, être une femme po­li­tique dans un sé­rail presque ex­clu­si­ve­ment ré­ser­vé aux hommes est un vé­ri­table che­min de croix. Et lors­qu’elles réus­sissent, le bât blesse vrai­ment pour cer­tains élus ! En té­moigne l’in­ter­ven­tion de San­dra Jan­sen, dé­pu­tée de Calgary, qui, dans un poi­gnant plai­doyer, a vou­lu dé­non­cer les re­marques, les at­ti­tudes et les com­men­taires hai­neux et mi­so­gynes qu'elle a su­bis en no­vembre der­nier pour avoir re­joint le NPD. Don­na Ken­ne­dy-Glans, elle, quit­te­ra la course au lea­der­ship du par­ti conser­va­teur après avoir été har­ce­lée et in­ti­mi­dée par des bé­né­voles lors d'une réunion de cam­pagne d’un autre can­di­dat à Red Deer. Jus­qu'où ira-t-on ? La pre­mière mi­nistre de l’Al­ber­ta, Ra­chelle Not­ley, n’a Cette chère Si­mone de Beau­voir se re­tour­ne­rait pro­ba­ble­ment dans sa tombe au vu de la si­tua­tion des femmes en 2017. Son livre Le deuxième sexe est une oeuvre culte de la phi­lo­so­phie contem­po­raine sur le fé­mi­nisme. Plus qu’un livre, Mme de Beau­voir avait si­gné à l’époque un ma­ni­feste po­li­tique, une lutte pour la li­bé­ra­tion des femmes. À la lu­mière de ce genre d'évé­ne­ments, son com­bat reste en­core ter­ri­ble­ment d’ac­tua­li­té. pas fait non plus ex­cep­tion à la “règle” puisque sa sé­cu­ri­té a été ren­for­cée suite à des me­naces pro­fé­rées à son at­ten­tion. Le fé­mi­nisme n’est pas un phé­no­mène de so­cié­té com­plè­te­ment rin­gard, en­cou­ra­gé par une poi­gnée d’hys­té­riques ha­billées aux cou­leurs des an­nées 70. Le fé­mi­nisme n’est pas un cli­ché. Il est un moyen pour re­ven­di­quer un droit, ce­lui d’être res­pec­té en tant qu’être hu­main et en tant que femme, no­tam­ment dans la sphère po­li­tique. Le vrai com­bat au­jourd’hui consiste à ré­flé­chir et à re­mettre en ques­tion cette dia­lec­tique de l’in­né et de l’ac­quis. Les ac­quis du pas­sé, ces règles éta­blies par et pour les hommes, ces pri­vi­lèges d’un autre âge sont désuets. Il est temps de re­dé­fi­nir les rap­ports !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.