SO­CIÉ­TÉ LES FEMMES EN AVANT !

Le Franco - - POLITIQUE - PAR HÉ­LÈNE LEQUITTE

Le 27 oc­tobre der­nier, dans une am­biance des plus sym­pa­thiques, la Coa­li­tion des femmes de l'Al­ber­ta a ac­cueilli ses membres à la Ci­té fran­co­phone afin de pro­cé­der à une as­sem­blée générale spé­ciale. Vins, fro­mages et re­pré­sen­ta­tions mu­si­cales ont agré­men­té cette soi­rée, qui a per­mis de dé­voi­ler la mis­sion, la vi­sion, le man­dat et les va­leurs re­nou­ve­lés de la Coa­li­tion.

« Les femmes ont en­core peur d’al­ler sur la place pu­blique », constate Hé­lène Guillemette, di­rec­trice générale de la Coa­li­tion. L’ini­tia­tive Men­torAc­tion tente pré­ci­sé­ment de pal­lier à ce pro­blème. Le mes­sage est clair : « Al­lons-y en po­li­tique ! Tenons-nous de­bout ! ».

La Coa­li­tion avait d’ailleurs lan­cé un ap­pel aux femmes de la ré­gion pour par­ti­ci­per aux élec­tions mu­ni­ci­pales le 15 jan­vier der­nier. Un ap­pel qui a ren­con­tré une maigre ré­ponse, avec seule­ment 2 par­ti­ci­pantes. « Il y a en­core une forte bar­rière cultu­relle qui em­pêche les femmes de fran­chir le pas », re­marque Mme Guillemette.

DES BAR­RIÈRES CULTURELLES

« AL­LONS-Y EN PO­LI­TIQUE ! TENONS-NOUS DE­BOUT ! »

- HÉ­LÈNE GUILLEMETTE

Si les femmes n’osent pas, c’est aus­si du fait d’un mi­lieu par­fois violent, peu en­clin à les ac­cep­ter et les re­con­naître en tant que di­ri­geantes. « Les femmes po­li­tiques su­bissent beau­coup d’agres­sions ver­bales, des mots in­ac­cep­tables, la plu­part du temps à conno­ta­tion sexuelle », s’in­digne la di­rec­trice de la Coa­li­tion.

Der­nier exemple en date : Ra­chel Not­ley, vic­time de plus de 400 contacts et com­mu­ni­ca­tions in­ap­pro­priés pour la seule an­née 2016, ce qui en fait la pre­mière mi­nistre al­ber­taine la plus me­na­cée de l’his­toire. En ré­ponse, elle a d’ailleurs dû ren­for­cer sa sé­cu­ri­té, comme beau­coup d’autres femmes à des postes de di­rec­tion : «ça prend une grosse ca­ra­pace pour ré­sis­ter, être so­lide », re­lève Hé­lène Guillemette.

L’AL­BER­TA, MAU­VAIS ÉLÈVE

L’Al­ber­ta est la pire pro­vince en termes de re­pré­sen­ta­tion po­li­tique. En cause, une éco­no­mie ba­sée sur le pé­trole, un mi­lieu presque ex­clu­si­ve­ment mas­cu­lin où se concentrent les pou­voirs. La pro­vince a le plus faible pour­cen­tage de femmes sié­geant aux conseils mu­ni­ci­paux du pays, avec une seule femme au con­seil mu­ni­ci­pal d’Edmonton et deux pour ce­lui de Calgary. Se­lon Mme Guillemette, cette si­tua­tion biaise les conver­sa­tions : « Le fait d’avoir des femmes au­tour de la table lors­qu’on prend des dé­ci­sions est très im­por­tant, car ce­la va in­fluen­cer la sorte de dé­ci­sions qui vont être prises. Nous avons be­soin du point de vue des femmes ».

Le site de men­to­rat Men­torAc- tion per­met aux femmes dé­si­reuses de ga­gner du lea­der­ship en po­li­tique ou en mi­lieu com­mu­nau­taire d’avoir ac­cès à des conseils et à l’ex­pé­rience de femmes oc­cu­pant des postes dé­ci­sion­nels, que ce soit dans les or­ga­ni­sa­tions pu­bliques ou les en­tre­prises. Pour celles in­té­res­sées, ren­dez-vous sur le site coa­li­tion­femmes.ab.ca/ men­torac­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.