TROIS MOTS CLÉS DU SOM­MET SUR L’ÉDU­CA­TION POSTSECONDAIRE

Le Franco - - ÉDUCATION - PAR AMY VA­CHON-CHA­BOT

Or­ga­ni­sé par l’ACFA, le Som­met de la francophonie al­ber­taine sur l’édu­ca­tion en fran­çais en Alberta s’est te­nu à Edmonton et par web­dif­fu­sion du 21 au 23 sep­tembre 2017. La com­mu­nau­té fran­co-al­ber­taine était in­vi­tée à se pen­cher sur l’ave­nir du Cam­pus SaintJean et à exa­mi­ner des pistes de so­lu­tions pour re­mé­dier aux dé­fis aux­quels fait face cet éta­blis­se­ment, plus par­ti­cu­liè­re­ment ceux re­liés au financement, à l’in­fra­struc­ture et à la gouvernance.

En 1976, une en­tente fut si­gnée entre les Oblats de Ma­rie Im­ma­cu­lée, l’Uni­ver­si­té de l’Alberta et la pro­vince de l’Alberta afin de cé­der le col­lège Saint-Jean à l’Uni­ver­si­té de l’Alberta. Il y est no­tam­ment in­di­qué que le Col­lège Saint-Jean, ce qui de­vien­dra par la suite le Cam­pus SaintJean, doit de­meu­rer un éta­blis­se­ment fran­co­phone et sé­pa­ré, que l’Uni­ver­si­té de l’Alberta s’en­gage à main­te­nir, amé­lio­rer et agran­dir l’in­fra­struc­ture, et que la pro­vince ga­ran­tie des fonds pour per­mettre à l’Uni­ver­si­té de s’ac­quit­ter de ses en­ga­ge­ments. L’ACFA, à qui furent trans­fé­rés les droits des Oblats dans cette en­tente, es­time tou­te­fois que le Cam­pus Saint-Jean évo­lue dif­fi­ci­le­ment en rai­son des dé­fis re­liés au financement, à l’in­fra­struc­ture et à la gouvernance. « Une chose que l’Uni­ver­si­té n’a tou­jours pas com­prise, ou com­prend à moi­tié, c’est que l’édu­ca­tion d’étu­diants en mi­lieu mi­no­ri­taire coûte plus cher que l’édu­ca­tion en mi­lieu ma­jo­ri­taire », ex­plique le doyen du Cam­pus Saint-Jean, Pierre-Yves Moc­quais. En fait, se­lon lui, « l’Uni­ver­si­té veut que toutes les fa­cul­tés se res­semblent. Donc, qu’il n’y ait pas de fa­cul­té qui soit trai­tée dif­fé­rem­ment ». Ain­si, les res­sources et l’at­ten­tion par­ti­cu­lières que l’Uni­ver­si­té de l’Alberta devrait four­nir au Cam­pus Saint-Jean pour qu’il puisse s’épa­nouir ne sont pas au ren­dez-vous. Il a éga­le­ment in­di­qué qu’une « par­tie des pro­grammes du Cam­pus Saint-Jean sont financés par le fé­dé­ral alors qu’ils ne de­vraient pas l’être ». Al­bert No­lette, pré­sident de l’ACFA, ex­plique que l’Uni­ver­si­té de l’Alberta re­çoit des fonds dans le cadre du Pro­to­cole d’en­tente re­la­tif à l’en­sei­gne­ment de la langue de la mi­no­ri­té et à l’en­sei­gne­ment de la langue se­conde (PLOE). « L’en­tente si­gnée en 1976 est claire sur la ques­tion du financement. Pour nous, l’ar­gent oc­troyé par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, à tra­vers le [PLOE] devrait ser­vir à bo­ni­fier le financement du Cam­pus Saint-Jean sans ré­duire le financement ré­gu­lier ac­cor­dé par la pro­vince ». Quant à l’in­fra­struc­ture, l’ACFA es­time que le Cam­pus Saint-Jean « a vé­cu des dé­fis per­pé­tuels », dont le plus ré­cent date de l’an­née der­nière; un pro­jet de 19 mil­lions de dol­lars avait été dé­po­sé pour mo­der­ni­ser les la­bo­ra­toires de sciences. Tou­te­fois, seule­ment 1,3 mil­lion a été al­loué à l’Uni­ver­si­té pour les ré­no­va­tions du Cam­pus Saint-Jean en rai­son du manque de fonds de contre­par­tie de la pro­vince de l’Alberta. « Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, dans le cadre des com­mu­nau­tés fran­co­phones hors Qué­bec, ne devrait pas s’at­tendre à des fonds de contre­par­tie de la part des pro­vinces », sou­tient M. Moc­quais. An­drew Shar­man, vi­ce­pré­sident des opé­ra­tions et ins­tal­la­tions de l’Uni­ver­si­té de l’Alberta, sou­ligne ce­pen­dant que le pro­jet de 19 mil­lions n’est pas une chose du pas­sé. « Le mon­tant ac­cor­dé se­ra pro­ba­ble­ment plus faible en rai­son du tra­vail que nous avons dé­jà ac­com­pli, mais [le pro­jet de 19 mil­lions] fi­gure en­core dans notre sou­mis­sion qui a été dé­po­sée à nou­veau au gou­ver­ne­ment à la fin d'août ».

Pierre-Yves Moc­quais, le doyen du Cam­pus Saint-Jean.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.