L'ALPHABÉTISME

Le Franco - - LA UNE - PAR LU­CAS PILLERI

De­puis le 31 oc­tobre, le Ré­seau pour l’alphabétisme et le dé­ve­lop­pe­ment des com­pé­tences (RESDAC), porte-pa­role en ma­tière d’al­pha­bé­ti­sa­tion en fran­çais, n’a plus d’em­ployés ni de lo­caux. Pri­vé de fi­nan­ce­ment de­puis 2014 par Em­ploi et Dé­ve­lop­pe­ment so­cial Ca­na­da, l’or­ga­nisme na­tio­nal es­saie d’ob­te­nir gain de cause au­près du nou­veau gou­ver­ne­ment li­bé­ral.

Une confé­rence du RESDAC s’est te­nue à Ot­ta­wa le 7 no­vembre der­nier en pré­sence de la FCFA, la Fé­dé­ra­tion des com­mu­nau­tés francophones et aca­dienne, afin de ti­rer la son­nette d’alarme. Le but était d’in­for­mer sur la si­tua­tion cri­tique du Ré­seau et d’une dé­ci­sion fa­vo­rable du Com­mis­sa­riat des langues of­fi­ciels au­quel avait fait ap­pel l’or­ga­nisme en 2015.

LE FÉ­DÉ­RAL A ABAN­DON­NÉ L’ALPHABÉTISME

Do­nald Desroches, pré­sident du RESDAC, re­vient sur la dé­ci­sion du gou­ver­ne­ment Har­per : « Le gou­ver­ne­ment en 2012-2013 avait an­non­cé à l’en­semble des groupes fi­nan­cés par Em­ploi et Dé­ve­lop­pe­ment so­cial Ca­na­da qui tra­vaillent dans le do­maine de l’alphabétisme que les fi­nan­ce­ment de base al­laient être cou­pés. Nous avons ain­si ces­sé de re­ce­voir des sub­ven­tions à par­tir du 1er avril 2014 ». De­puis, l’or­ga­nisme a pui­sé dans ses ré­serves, ac­cu­mu­lées de­puis ses dé­buts dans les an­nées 1990. Au­jourd’hui, les caisses sont vides. Il n’y a plus d’em­ployés ni de bu­reaux, et une dé­ci­sion de­vra être prise quant à la fer­me­ture dé­fi­ni­tive du RESDAC. Cette dé­ci­sion est in­ter­ve­nue dans un contexte où « l’ancien gou­ver­ne­ment por­tait un ju­ge­ment sur le sec­teur de bien­fai­sance, ques­tion­nait les man­dats des or­ga­nismes et leur ef­fi­ca­ci­té, et pas seule­ment francophones », ex­plique M. Desroches. L’alphabétisme était concer­né et « le RESDAC a été en­glo­bé là­de­dans ».

UN TRA­VAIL EN COURS POUR CHAN­GER LA DONNE

De­puis 2015, le Ré­seau a mul­ti­plié les ren­contres avec les po­li­tiques, en­cou­ra­gés par le chan­ge­ment de gou­ver­ne­ment. Suite à une plainte dé­po­sée au­près du Com­mis­sa­riat des langues of­fi­cielles, l’or­ga­nisme a ob­te­nu gain de cause il y a trois se­maines. Le Com­mis­saire a ain­si éta­bli des re­com­man­da­tions à l’égard du gou­ver­ne­ment. Néan­moins, la seule ré­ponse du mi­nis­tère pour le mo­ment a été d’an­non­cer une consul­ta­tion avec des ac­teurs de la com­mu­nau­té, en pré­vi­sion du Plan d’ac­tion pour les langues of­fi­cielles de 2018-2023. « C’est plutôt inquiétant de voir que le mi­nis­tère Em­ploi et Dé­ve­lop­pe­ment so­cial Ca­na­da soit en­core obli­gé de consul­ter pour comprendre les be­soins de la com­mu­nau­té », ex­prime le pré­sident du RESDAC.

DES BE­SOINS INSATISFAITS

Le man­dat du RESDAC est d’ap­puyer les ap­pre­nants par le biais de ses membres, des as­so­cia­tions pres­ta­taires de ser­vices. Les bé­né­fi­ciaires sont des ap­pre­nants peu al­pha­bé­ti­sés, pour un bon nombre com­po­sés de nou­veaux ar­ri­vants, mais aus­si de gens qui n’ont pas ter­mi­né leur 12e an­née. « L’en­jeu est plus large que le RESDAC », re­lève M. Desroches. « En tant qu’or­ga­nisme porte-pa­role de tout un sec­teur, sans ces fi­nan­ce­ments de base, on ne peut plus al­ler sur le ter­rain pour épau­ler les as­so­cia­tions ». Une si­tua­tion qui ex­plique no­tam­ment l’ab­sence de tout ser­vice en la ma­tière en Al­ber­ta. Le RESDAC et la FCFA de­mandent ain­si une in­ter­ven­tion ra­pide du gou­ver­ne­ment. Alain Du­puis, di­rec­teur gé­né­ral de la FCFA, reste op­ti­miste : « On sent une vo­lon­té et une ou­ver­ture du gou­ver­ne­ment d’agir dans ce dos­sier, de ré­pa­rer les torts cau­sés par ces dé­ci­sions pas­sées. Il a l'oc­ca­sion de mon­trer l'im­por­tance qu'il ac­corde à la fois à la classe moyenne et à la dua­li­té lin­guis­tique de notre pays ». Si le tra­vail se pour­suit au­près du gou­ver­ne­ment, une dé­ci­sion de­vrait être connue au cours de l’hi­ver.

« C’EST PLUTÔT INQUIÉTANT DE VOIR QUE LE MI­NIS­TÈRE EM­PLOI ET DÉ­VE­LOP­PE­MENT SO­CIAL CA­NA­DA SOIT EN­CORE OBLI­GÉ DE CONSUL­TER POUR COMPRENDRE LES BE­SOINS »

- DO­NALD DESROCHES, PRÉ­SIDENT DU RESDAC

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.