UNE SAINT VALENTIN POUR TOUS

Oui, il y avait la très belle mu­sique du gui­ta­riste Marc Beau­din. Oui, il y avait les coeurs en cho­co­lat, le vin et la nour­ri­ture. Oui, la dé­co­ra­tion rouge, rose et blanche était aus­si au ren­dez-vous, le mer­cre­di 14 fé­vrier der­nier, au Centre de san­té Sai

Le Franco - - LA UNE - PAR JOËL LA­VOIE

En ef­fet, la cé­lé­bra­tion de la Saint-Valentin or­ga­ni­sée par La Fon­da­tion francoalbertaine et s’adres­sant aux ré­si­dents au­to­nomes du CSST a per­mis aux par­ti­ci­pants de ré­flé­chir sur l’amour qui va bien au-de­là de la re­la­tion de couple, comme ce­la est sou­vent com­mer­cia­li­sé lors de cette fête. Puisque les en­fants des ré­si­dents du CSST avaient éga­le­ment été in­vi­tés, c’est de l’amour pour nos pa­rents, pour nos en­fants et pour les membres de la com­mu­nau­té en gé­né­ral dont les par­ti­ci­pants ont sur­tout dis­cu­té lors de la soi­rée. La Fon­da­tion leur a aus­si de­man­dé de ré­flé­chir aux as­pects de la fran­co­pho­nie al­ber­taine qu’ils aiment le plus et à la fa­çon dont ils pour­raient po­ser un geste d’amour en­vers leur fran­co­pho­nie.

Puis, Cé­cile Amyotte et Pearl Gou­dreau ont, pour leur part, li­vré un té­moi­gnage sur la créa­tion du fonds en mé­moire de leurs pa­rents, Ma­rie-Rose et Laurent Gou­dreau. Pour leur fa­mille, la créa­tion d’un fonds de do­ta­tion avec La Fon­da­tion est une fa­çon de gar­der vi­vant le sou­ve­nir de leurs pa­rents, tout en ap­puyant an­nuel­le­ment trois élé­ments qui étaient im­por­tants pour eux, soit la fran­co­pho­nie, la ré­gion de Beaumont et l’édu­ca­tion.

L’amour peut ain­si prendre bien des formes.

Marc Beau­din, gui­ta­riste, lors de la cé­lé­bra­tion de la SaintVa­len­tin au Cnetre de san­té Saint-Tho­mas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.