MAPLE FES­TI­VAL DES SUCRES

Des spec­tacles ap­pé­tis­sants, des ac­ti­vi­tés al­lé­chantes, des concerts suc­cu­lents et de la nour­ri­ture af­frio­lante… voi­ci les in­gré­dients concoc­tés par l’ACFA Ré­gio­nale de Cal­ga­ry pour ce 16e Maple Fes­ti­val des Sucres, les 3 et 4 mars.

Le Franco - - LA UNE - PAR FUAT SEKER

« ÇA S’ADRESSE À TOUT LE MONDE : FRAN­CO­PHONES, FRANCOPHILES, ANGLOPHONES, ET MULTIGÉNÉRATIONNELS, ETC… »

- GE­NE­VIÈVE COURNOYER-SCALISE, AGENTE À L'ACFA

« Avec toute cette neige, nous savions que nous n’au­rions pas au­tant de fré­quen­ta­tion que les 3000 per­sonnes de l’an­née der­nière, mais nous res­tons tout de même con­tents, car cette baisse n’est pas due à un manque d’en­goue­ment », sou­ligne Ge­ne­viève Cournoyer-Scalise, agente aux com­mu­ni­ca­tions. Pas moins de 1758 per­sonnes ont bra­vé la neige de cette fin de se­maine pour se rendre à l’évè­ne­ment. Com­ment ex­pli­quer un tel in­té­rêt ?

Mme Cournoyer-Scalise répond aus­si­tôt : « tout d’abord parce que ce n’est pas seule­ment la cé­lé­bra­tion du sucre comme dans l’Est du Ca­na­da, mais une réu­ni­fi­ca­tion et un mé­lange de la culture ca­na­dienne-fran­çaise, la culture des pre­mières na­tions et la culture mé­tis… ça s’adresse à tout le monde : fran­co­phones, francophiles, anglophones, et multigénérationnels, etc… ».

Sou­rire aux lèvres et mal­gré le froid de la fin de se­maine, pas moins de 300 bé­né­voles et ar­tistes se sont ac­ti­vés afin de pré­sen­ter un fes­ti­val des sucres plus riche et plus com­plet que les an­nées pas­sées. « En plus des ta­lents lo­caux, cette an­née nous comp­tions no­tam­ment sur notre nou­velle ca­bane à sucre, inau­gu­rée l’au­tomne der­nier ain­si que sur les ate­liers pour at­ti­rer du monde »,

« JE CROIS QU’IL EST IM­POR­TANT DE TRANS­METTRE À NOS EN­FANTS CES TRA­DI­TIONS POUR QU’ILS SACHENT D’OÙ ELLES VIENNENT »

- UNE FESTIVALIÈRE

re­con­naît l’agente aux com­mu­ni­ca­tions. ENTRE AC­TI­VI­TÉS ET TRA­DI­TION : In­vi­té à ren­con­trer les ar­tistes, puis à par­ti­ci­per à l’éla­bo­ra­tion de son propre chef d’oeuvre afin de re­par­tir avec, le pu­blic a sem­blé ap­pré­cier ces ate­liers in­ter­ac­tifs. À proxi­mi­té de l’ate­lier tire d’érable sur neige, une festivalière ac­com­pa­gnée de son fils Sté­phan, âgé de 6 ans a par­ta­gé son sen­ti­ment : « j’aime ve­nir ici chaque an­née c’est di­ver­tis­sant, mais sur­tout je crois qu’il est im­por­tant de trans­mettre à nos en­fants ces tra­di­tions pour qu’ils sachent d’où elles viennent ».

MARS, NOM­MÉ MOIS DE LA FRANCOPHONIE !

Se­lon Ni­cole Bu­ret, pré­si­dente de l’ACFA ré­gio­nale de Cal­ga­ry, cette cé­lé­bra­tion des sucres, re­pré­sente un ren­dez­vous in­con­tour­nable pour les fran­co­phones et les francophiles de la ville de Cal­ga­ry. Un fes­ti­val qui porte bien son nom, car c’est bel et bien de « mise en bouche » que le fes­ti­val des sucres a ser­vi pour ce mois de mars, dé­cré­té mois de la francophonie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.