BI­LAN 2017: UN BON CRU

Le Franco - - SPORTS - PAR LU­CAS PILLERI

Mer­cre­di 7 mars, l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle (AGA) de la Fé­dé­ra­tion du sport fran­co­phone de l’Al­ber­ta (FSFA) s’est te­nue au sein des lo­caux de Fran­coP­re­neurs à Edmonton. Dans une am­biance dé­ten­due, un bi­lan po­si­tif de l’an­née écou­lée a été éta­bli, riche en pro­jets et par­te­na­riats. Si 2018 s’an­nonce tou­jours plus en­tre­pre­nant, c’est une équipe res­treinte qui de­vra mettre les bou­chées doubles pour pal­lier le manque de fonds.

« DE NOU­VEAUX PAR­TE­NA­RIATS S’AJOUTENT, D’AUTRES OR­GA­NISMES NOUS DE­MANDENT DE L’AIDE AU NI­VEAU DE L’ANI­MA­TION SPOR­TIVE »

- CÉ­LINE DUMAY, DI­REC­TRICE GÉ­NÉ­RALE

À l’image de la Fé­dé­ra­tion, c’est dans un cadre dé­con­trac­té que l’AGA s’est dé­rou­lée. Le bi­lan de l’an­née est en­cou­ra­geant, sou­li­gnant la crois­sance de grands ren­dez-vous spor­tifs comme les Jeux fran­co­phones, ou en­core sa­luant l’ap­pa­ri­tion de nou­veaux pro­jets. Le tout avec un dé­fi­cit de seule­ment 3 854 dol­lars contre 4 603 l’an pas­sé.

TOU­JOURS PLUS DE PRO­JETS

Les tra­di­tion­nels Jeux fran­co­phones de l’Al­ber­ta n’ont pas man­qué à l’ap­pel en 2017. On a aus­si pu comp­ter sur le Golf par ex­cel­lence, la pro­gram­ma­tion en ac­tion et nombre d’autres ac­ti­vi­tés spor­tives. « De nou­veaux par­te­na­riats s’ajoutent, d’autres or­ga­nismes nous de­mandent de l’aide au ni­veau de l’ani­ma­tion spor­tive », com­mente Cé­line Dumay, di­rec­trice gé­né­rale.

Si la Fé­dé­ra­tion existe de­puis 1994, son man­dat a évo­lué au fil du temps : « On ajoute des com­po­santes, on s’in­té­resse par exemple aux femmes et au sport, au manque d’ac­ti­vi­té phy­sique chez les mères », pré­cise la di­ri­geante.

Gros suc­cès de cette an­née pas­sée, les 23e Jeux fran­co­phones à Cal­ga­ry ont réuni pour la pre­mière fois plus de 500 par­ti­ci­pants is­sus des écoles fran­co­phones et d’im­mer­sion. Cé­line Dumay est ra­vie : « Pour en avoir été co­or­don­na­trice, j’ai vrai­ment vu l’as­cen­sion des Jeux. Je pense que ça va conti­nuer à gros­sir, car on voit un in­té­rêt des jeunes, et on a un co­mi­té or­ga­ni­sa­teur so­lide qui aide au suc­cès de l’évé­ne­ment », ren­sei­gnet-elle.

Outre les ren­dez-vous très at­ten­dus, de nou­veaux pro­jets ponc­tuels voient le jour. C’est le cas avec Marche vers le fu­tur, un pro­jet d’ac­ti­vi­té phy­sique de pré­ven­tion des chutes chez les aî­nés qui s’est dé­rou­lé en 2017 à Bon­ny­ville. Autre exemple, l’ini­tia­tive des Écoles en san­té a per­mis de « for­mer 39 cham­pions de san­té à tra­vers la pro­vince », pré­cise le pré­sident Yann Gin­gras dans le rap­port an­nuel de l’or­ga­nisme. Grâce à un par­te­na­riat avec les quatre conseils sco­laires de la pro­vince, ces cham­pions sont for­més via une for­ma­tion et du ré­seau­tage et font la pro­mo­tion de l’ac­ti­vi­té phy­sique, de la san­té men­tale et d’une ali­men­ta­tion saine dans leurs écoles.

L’AGA a aus­si vu la no­mi­na­tion d’un am­bas­sa­deur spor­tif en la per­sonne d’Étienne Ala­ry, ac­tuel di­rec­teur du CDÉA. « Il a tra­vaillé avec la Fé­dé­ra­tion pen­dant de nom­breuses heures, a mis beau­coup d’éner­gie, no­tam­ment pour créer la soi­rée cur­ling il y a douze ans, il s’est im­pli­qué dans les Jeux en tant qu’ar­bitre, maître de cé­ré­mo­nie ou res­pon­sable des sports », té­moigne Cé­line Dumay.

UN MANQUE DE FONDS POUR 2018

« C’est tou­jours le même dé­fi », constate Cé­line Dumay. Si la le­vée de fonds dans le cadre du Golf par ex­cel­lence a per­mis de cou­vrir une par­tie des coûts en­gen­drés par l’or­ga­ni­sa­tion des Jeux, la si­tua­tion reste dif­fi­cile. D’au­tant plus qu’en 2017, la Fé­dé­ra­tion a ac­cu­sé le dé­part de Mo­nique Wit­zell, an­cienne di­rec­trice gé­né­rale, et de Re­née Le­ves­queGau­vreau, agente de pro­jets. « Ça a de­man­dé un temps d’adap­ta­tion et on est en­core en re­struc­tu­ra­tion », confie la nou­velle di­rec­trice Cé­line Dumay.

En fonc­tion de­puis juillet 2017, la nou­velle res­pon­sable doit as­su­rer une pro­gram­ma­tion riche avec une équipe amoin­drie. Ain­si, tout le pan de la pro­mo­tion de la san­té est en pé­ril, faute de co­or­don­na­teur per­ma­nent et à temps plein : « Pour le mo­ment, c’est Lind­say Bou­cher qui s’en oc­cupe, mais son pro­gramme études em­ploi de Ac­cès Em­ploi s’ar­rête en avril », pré­vient Cé­line Dumay.

Or­ga­ni­sées en lien avec le Ré­seau san­té albertain, ces ac­ti­vi­tés de pro­mo­tion de la san­té visent à sou­li­gner l’im­por­tance de la san­té en mi­lieu sco­laire, au tra­vail, et chez les aî­nés. « Ces ac­ti­vi­tés étaient fi­nan­cées par le Ré­seau san­té albertain qui nous per­met­tait d’avoir un em­ployé à temps plein, mais le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a ar­rê­té de fi­nan­cer la pro­mo­tion de la san­té, et sans ce fi­nan­ce­ment, on est obli­gés de cou­per des ser­vices », re­grette Cé­line Dumay.

Mal­gré tout, l’équipe pour­suit sa tâche avec seule­ment deux em­ployés à temps plein, et une per­sonne à temps par­tiel.

Étienne Ala­ry est de­ve­nu am­bas­sa­deur spor­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.