TOU­JOURS PAS LA PRIO­RI­TÉ ?

Le Franco - - ÉDUCATION - PAR LU­CAS PILLERI

Les pa­rents de l’école Ci­ta­delle, à Le­gal, at­tendent tou­jours de nou­veaux lo­caux pour leur éta­blis­se­ment. De­puis bien­tôt huit ans, leur re­quête ne trouve pas d’oreille at­ten­tive au­près du mi­nis­tère de l’édu­ca­tion. Pour­tant, la vé­tus­té de l’édi­fice et le manque de place se font de plus en plus op­pres­sants.

L’école Ci­ta­delle a vu le jour en 1994. Elle ac­cueille au­jourd’hui plus de 150 élèves et des­sert plu­sieurs lo­ca­li­tés dont celles de Le­gal, de Mo­rin­ville, de Pi­card­ville, de Gib­bons et de Bon Ac­cord. De­puis 1997, l’école se trouve au sein de l’an­cien couvent des Soeurs grises, construit en 1925. Si quelques ré­no­va­tions ont eu lieu lors de l’em­mé­na­ge­ment il y a main­te­nant vingt ans, ces lo­caux ne sont plus en état d’ac­cueillir les en­fants dans de bonnes condi­tions.

BE­SOIN D’UN NOU­VEL ES­PACE

« L’école Ci­ta­delle est la seule par­mi les quatre écoles fon­da­trices du Con­seil sco­laire Centre-Nord à ne pas avoir eu de nou­vel éta­blis­se­ment », sou­ligne Li­sa Magera, di­rec­trice de l’école. À l’heure ac­tuelle, les salles sont trop pe­tites, « sou­vent tas­sées », il n’y a pas de coin de lec­ture et cer­tains pro­grammes ne peuvent être as­su­rés, « faute de salle de mu­sique et de la­bo­ra­toire de sciences ». En outre, l’école est ba­sée sur plu­sieurs étages et l’as­cen­seur ne per­met pas d’ac­cé­der au gym­nase, ce qui est pro­blé­ma­tique pour les en­fants à mo­bi­li­té ré­duite. De­puis plu­sieurs an­nées, la res­pon­sable es­time qu’il fau­drait de nou­veaux lo­caux « avec une ca­pa­ci­té de 250 places ». La di­rec­trice de l’école n’est pas la seule à le ré­cla­mer. La pres­sion des groupes de pa­rents se fait gran­dis­sante. Chan­tal Bjar­na­son, pré­si­dente du con­seil de l’école, s’of­fusque de la si­tua­tion de­puis de nom­breuses an­nées. « Estce que c’est cor­rect de dire que pen­dant un tiers de siècle nous n’avons pas droit à une nou­velle école ? Ce­la fait bien­tôt trois gé­né­ra­tions qui connaissent le même éta­blis­se­ment ». Elle ajoute à la longue liste des pro­blèmes les « moi­sis­sures, les fis­sures, le chauf­fage qui ne fonc­tionne pas bien, et la re­mon­tée des égouts ».

DES DE­MANDES RE­JE­TÉES DE­PUIS HUIT ANS

L’école Ci­ta­delle a dé­jà pré­sen­té trois fois sa de­mande, dont la pre­mière en 2010, au­près du Con­seil sco­laire Centre-Nord qui re­laye en­suite la re­quête au mi­nis­tère de l’édu­ca­tion. Chan­tal Bjar­na­son ne sai­sit pas la rai­son du re­fus. « À chaque fois qu’on change de gou­ver­ne­ment, on re­com­mence. On est tan­nés », souffle-t-elle. Pour Li­sa Magera, l’école ne semble ja­mais être la prio­ri­té : « On a dé­jà eu des vi­sites d’autres mi­nistres de l’édu­ca­tion. On at­tend celle de Mon­sieur Eg­gen main­te­nant. Tout le monde voit le be­soin mais on semble tou­jours ne pas être la prio­ri­té ». Le co­mi­té de l’école a ren­con­tré ré­cem­ment Ro­bert Les­sard, di­rec­teur gé­né­ral du Con­seil sco­laire Centre-Nord afin de lui pré­sen­ter leur de­mande, pour la troi­sième fois dans leur his­toire. « Il com­prend que la de­mande est là mais il y a plu­sieurs écoles dans le be­soin », re­con­naît Chan­tal Bjar­na­son. Tout le pro­blème est là : le gou­ver­ne­ment ac­cepte de sou­te­nir une seule école par con­seil sco­laire. « On est obli­gés de se battre avec les autres écoles du même con­seil, c’est dom­mage. On de­vrait être ca­pables de tra­vailler en­semble », re­grette la pré­si­dente du con­seil de l’école Ci­ta­delle.

DES BE­SOINS AU NI­VEAU PRO­VIN­CIAL

Les de­mandes de nou­velles écoles se font via le plan ca­pi­tal trien­nal d’un con­seil sco­laire. C’est en­suite au gou­ver­ne­ment de dé­ci­der. « On com­prend très bien que la com­mu­nau­té de Ci­ta­delle cherche à avoir une nou­velle école. On ap­puie du mieux qu’on peut de ce cô­té mais mal­heu­reu­se­ment ce n’est pas nous qui avons le der­nier mot », concède Ro­bert Les­sard, di­rec­teur du Con­seil sco­laire Cen­treNord. Le res­pon­sable in­forme que les pro­jets du con­seil entrent di­rec­te­ment en com­pé­ti­tion avec l’en­semble des 61 conseils sco­laires de la pro­vince. « L’en­ve­loppe bud­gé­taire est li­mi­tée. On n’a pas tou­jours notre taux », glis­set-il. Mal­gré tout, les signes sont en­cou­ra­geants avec le nou­veau gou­ver­ne­ment : « Dans nos conver­sa­tions avec les fonc­tion­naires et les élus, il semble y avoir une ou­ver­ture. On croise les doigts pour avoir d’ici les se­maines qui suivent une an­nonce ». Car la de­mande est bel et bien pré­sente. Avec une crois­sance an­nuelle entre 2.5 et 3.5% de la po­pu­la­tion fran­co­phone, les be­soins dans les salles de classe aug­mentent. « Notre gou­ver­ne­ment est en phase de rat­tra­page après des an­nées de né­gli­gence par les Conser­va­teurs, a com­mu­ni­qué le mi­nistre de l’édu­ca­tion Da­vid Eg­gen. Nous com­pre­nons le be­soin pour beau­coup d’écoles qui ont été igno­rées pen­dant trop long­temps et nous fai­sons de notre mieux pour cons­truire aus­si vite que pos­sible ». Quant à Li­zette Be­lis­leLynch, ges­tion­naire en chef aux ser­vices ex­ternes de la Di­rec­tion de l’édu­ca­tion fran­çaise en Al­ber­ta, elle n’a pas sou­hai­té s’ex­pri­mer sur le su­jet.

« TOUT LE MONDE VOIT LE BE­SOIN MAIS ON SEMBLE TOU­JOURS NE PAS ÊTRE LA PRIO­RI­TÉ »

- LI­SA MAGERA, DI­REC­TRICE DE L’ÉCOLE

Quelques exemples de fis­sures et moi­sis­sures de l'école Ci­ta­delle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.