LA CONDUITE EN FRAN­ÇAIS

Le Franco - - LA UNE - PAR SA­BINE VERZIER

Le Centre d’ac­cueil fran­co­phone de Calgary or­ga­nise un cours de pré­pa­ra­tion à l’exa­men écrit du per­mis de conduire al­ber­tain en fran­çais le 8 août pro­chain. L’ate­lier ani­mé par Moez Ha­ji, ins­truc­teur fa­mi­lier de la com­mu­nau­té fran­co­phone de Calgary, per­met un ap­pren­tis­sage des règles élé­men­taires de conduite dans la langue de

« Nous avons eu plu­sieurs ques­tions sur le per­mis de conduire de la part de nou­veaux ar­ri­vants donc ce­la nous a don­né l’idée d’ou­vrir cette classe », ex­plique Ca­role Bédard, conseillère en éta­blis­se­ment du Centre d’ac­cueil fran­co­phone de Calgary. Celle-ci dé­crit le pro­ces­sus par­fois long et com­pli­qué au­quel les nou­veaux ar­ri­vants doivent faire face avant de pou­voir s’ins­crire au per­mis de conduire.

NOU­VEAUX AR­RI­VANTS, NOU­VEAU MAR­CHÉ

« Pour une grande par­tie des im­mi­grants, l’an­glais est une langue nou­velle. C’est plus confor­table au ni­veau du cours de conduite de re­ce­voir des cours en fran­çais, dans leur langue ma­ter­nelle », sur­en­ché­rit Moez Ha­ji. Ins­truc­teur de­puis plus de 20 ans, M. Ha­ji s’ins­pire de son ex­pé­rience pas­sée au Ma­ni­to­ba où les ser­vices en fran­çais sont plus fa­ciles d’ac­cès. « Ici, en Al­ber­ta, les cours of­fi­ciels du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial ne sont pas of­ferts en fran­çais alors qu’ils le sont au Ma­ni­to­ba. Il y a très peu d’au­to-écoles bi­lingues à Calgary », re­grette le di­rec­teur de l’au­to-école Route2F­ree­dom. Moez Ha­ji s’est ren­du compte que mal­gré l’offre en fran­çais, sa clien­tèle fran­co­phone n’était mal­heu­reu­se­ment pas la ma­jo­ri­té. « Ce­la fait 3 ans que j’es­saie et je ne sais pas si je de­vrais conti­nuer à ci­bler la com­mu­nau­té fran­co­phone ».

Le mar­ché fran­co­phone, dé­sor­mais, concerne les migrants ve­nant de pays fran­co­phones d’Afrique, où la conduite sous condi­tion de neige est in­exis­tante. « C’est une niche et un mar­ché que j’ai­me­rais ex­plo­rer … », confie Moez Ha­ji.

UN MA­NUEL INEXISTANT

Bien qu’en Al­ber­ta l’exa­men théo­rique du per­mis de conduire puisse être fait en fran­çais, le ma­nuel four­ni par la gou­ver­ne­ment pro­vin­cial est uni­que­ment en an­glais. L’ate­lier of­fert par le Centre d’ac­cueil fran­co­phone, qui dure 2 heures, est donc une op­por­tu­ni­té unique pour pal­lier le manque de ser­vice of­fert en fran­çais par le gou­ver­ne­ment. Les par­ti­ci­pants pour­ront ain­si po­ser des ques­tions et avoir plus d’in­for­ma­tions sur l’exa­men grâce à un guide du conduc­teur four­ni en fran­çais. Quant à la con­ti­nua­tion de ce genre de pro­gramme, ce­la dé­pen­dra du suc­cès ren­con­tré lors de la pre­mière séance. « Je se­rais in­té­res­sé pour faire plus d’ate­liers. Si ce­la marche, nous pour­rons en faire un par mois », ex­plique Moez Ha­ji. Pour le mo­ment, l’ate­lier compte plus d’une quin­zaine d’ins­crits et les ins­crip­tions sont en­core ou­vertes jus­qu’au 7 août.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.