L’OCÉAN, UN EN­JEU MA­JEUR

Le Franco - - EDMONTON - PAR LU­CAS PILLERI

M. Serge Se­gu­ra, am­bas­sa­deur pour les océans au mi­nis­tère des Af­faires étran­gères fran­çaises, a par­ti­ci­pé lun­di 5 no­vembre, dans le cadre de la ver­sion « océan » des French Ame­ri-Can Cli­mate TalkS (FACTS), à une sé­rie de confé­rences à l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta. Pour cette édi­tion d’Ed­mon­ton 2018, il s’agit d’abor­der les liens entre le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’océan.

L’ac­cord de Pa­ris en 2015 à l’oc­ca­sion de la Cop 21, lan­çait un mou­ve­ment de l’éco­no­mie bleue dans un état d’es­prit de dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Dans cette li­gnée, le ser­vice pour la science et la tech­no­lo­gie de l’am­bas­sade de France aux États-Unis, en par­te­na­riat avec l’am­bas­sade de France au Ca­na­da, a lan­cé en 2017 une ver­sion « Océan » des French Ame­ri-Can Cli­mate Talks (FACT).

Les FACT né­ces­sitent entre autres des confé­rences. Ils réunissent des ac­teurs fran­çais, états-uniens et ca­na­diens ve­nant du monde aca­dé­mique, des sec­teurs pu­blics et pri­vés, d’ONG ou de think tanks, pour conci­lier les usages ma­ri­times et lit­to­raux, les ac­ti­vi­tés éco­no­miques et la pré­ser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. « Avec le plus grand lit­to­ral au monde, la ques­tion des océans est un grand su­jet pour le Ca­na­da, et il est une chance de pou­voir af­fron­ter ce dé­fi en­semble », ex­plique Serge Se­gu­ra, am­bas­sa­deur pour les océans au mi­nis­tère des Af­faires étran­gères fran­çaises.

L’IM­PACT DU RÉ­CHAUF­FE­MENT CLI­MA­TIQUE

« Les pro­grès scien­ti­fiques de ces 15 der­nières an­nées sont énormes, et on dé­montre clai­re­ment l’im­pact du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique sur les océans », confie l’am­bas­sa­deur pour les océans au mi­nis­tère des Af­faires étran­gères fran­çaises.

« Il est un puis­sant ré­gu­la­teur qui ab­sorbe 90 % de la cha­leur et un quart du gaz car­bo­nique re­je­té dans l’at­mo­sphère par l’homme, mais il est aus­si le ré­cep­tacle de la fonte des glaces », dé­ve­loppe M. Se­gu­ra.

Consti­tuant le sys­tème de pié­geage et de sto­ckage du car­bone le plus ef­fi­cace et le plus ren­table de la pla­nète, il en paye éga­le­ment le prix fort. Il ex­plique que « l’océan su­bit une aug­men­ta­tion glo­bale de la tem­pé­ra­ture de l’eau, une aci­di­fi­ca­tion, une mo­di­fi­ca­tion des cou­rants ma­rins, et une mon­tée des eaux ». Il pré­vient éga­le­ment que « ce­la risque d’être très dan­ge­reux pour l’homme et l’éco­sys­tème ma­rin ».

TRA­FIC MA­RI­TIME

Le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique rend éga­le­ment cer­taines voies ma­ri­times pra­ti­cables plus long­temps « grâce » à la fonte des glaces. « Le chan­ge­ment cli­ma­tique est en train de bou­le­ver­ser la donne », af­firme Serge Se­gu­ra et « les tem­pé­ra­tures anor­ma­le­ment éle­vées dans le cercle po­laire arc­tique per­mettent dé­sor­mais de lon­ger les côtes si­bé­riennes beau­coup plus long­temps ».

Jus­qu’alors, seuls des na­vires de moindre taille pou­vaient par­cou­rir cer­taines routes ma­ri­times, mais de nou­velles voies propres à la na­vi­ga­tion de porte-conte­neurs voient le jour et sus­citent au­tant de fan­tasmes que de ré­pul­sion. « Dé­sor­mais, nous sommes confron­tés aux dé­fis du gi­gan­tisme, et aux ba­teaux com­mer­ciaux de près de 400 mètres de long », ra­conte l’am­bas­sa­deur pour les océans du mi­nis­tère des Af­faires étran­gères fran­çaises.

Se­lon Serge Se­gu­ra « il est pos­sible de com­bi­ner trans­port ma­ri­time et éco­lo­gie, ce­pen­dant il faut beau­coup tra­vailler pour ré­duire l’im­pact de cette mul­ti­pli­ca­tion des pas­sages ». Il conclut « que pour pré­ser­ver nos océans, il ne faut pas sou­ses­ti­mer l’im­pact de la sur­pêche et des dé­chets plas­tiques ».

Serge Se­gu­ra à FACT. Cré­dits pho­to : Ser­vices scien­ti­fiques, Consu­lat de France à Van­cou­ver".

Pho­to­gra­phie illus­tra­tive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.