FRANCOTHON 2018 : 240 784 $ RÉ­COL­TÉS

Le Franco - - LA UNE - PAR PAU­LINE LEMBLÉ

À l’oc­ca­sion de la fin de cette 5e édi­tion du Francothon or­ga­ni­sé par la Fon­da­tion fran­co-al­ber­taine, l’heure est au bi­lan et à la re­con­nais­sance. Après les deux der­niers évé­ne­ments qui avaient lieu à Le­gal et SaintI­si­dore en fin de se­maine der­nière, voi­ci le fin mot de l’his­toire.

La ré­gion Cen­tral­ta au­ra été gour­mande et gé­né­reuse. Pour­quoi ne pas al­lier ef­fort et ré­con­fort ? C’est ce qu’ont pen­sé les Fran­coAl­ber­tains réunis à SaintI­si­dore ven­dre­di 16 no­vembre.

Tout en dé­gus­tant bières et pattes de lynx, ils ont ain­si ré­col­té 17 550 $ au­près de 27 do­na­teurs. Dans le même es­prit, une douce odeur de sauce spa­ghet­ti pré­pa­rée par des bé­né­voles flot­tait au centre com­mu­nau­taire Cen­tral­ta de Le­gal sa­me­di soir. Ac­com­pa­gné par la voix de la chan­teuse lo­cale Odile Thi­bault, ce sou­per a ras­sem­blé une soixan­taine de per­sonnes et per­mis de re­cueillir 2 035 $ au­près de 38 bien­fai­teurs. Et at­ten­tion, pas de gâ­chis : les restes de la sauce ont été ven­dus pour 130 $, re­mis au fond Cen­tral­ta.

DES FONDS DES­TI­NÉS À LA TRANS­MIS­SION DU FRAN­ÇAIS

Pour Pierre Da­mour, pré­sident du CA de l’ACFA Cen­tral­ta, la fran­co­pho­nie en Al­ber­ta n’est pas qu’une his­toire pas­sée peinte sur les mu­rales de Le­gal. Elle est bien vi­vante dans l’his­toire per­son­nelle qu’il nous ra­conte : « J’ai une pe­tite fille qui était presque uni­lingue an­glais. On l’a mise dans une école d’im­mer­sion et main­te­nant elle parle stric­te­ment en fran­çais à la mai­son ». Comme lui, la fon­da­tion Cen­tral­ta mise sur l’en­sei­gne­ment aux plus jeunes, puis­qu’elle des­tine les fonds qu’elle a ré­col­tés à la pro­mo­tion d’ac­ti­vi­tés cultu­relles dans trois écoles lo­cales.

DES PRO­JETS ET UNE CONSCIENCE COM­MU­NAU­TAIRE RE­NOU­VE­LÉS

Par­te­naire ho­no­ri­fique du Francothon 2018, la So­cié­té his­to­rique fran­co­phone de l’Al­ber­ta (SHFA) est ré­ci­pien­daire des fonds non dé­si­gnés. Son ac­tif a cette an­née presque dou­blé grâce aux cau­tions ver­sées pour li­bé­rer sa pré­si­dente Clau­dette Roy et son vice-pré­sident Frank McMa­hon, consti­tués pri­son­niers au Francothon d’Ed­mon­ton.

Se­lon De­nis Per­reau, di­rec­teur gé­né­ral de la SHFA, il s’agit dé­sor­mais de s’in­ter­ro­ger sur la fa­çon d’uti­li­ser ces ac­tifs, jus­qu’à pré­sent axés sur la ré­gio­na­li­sa­tion. Il re­marque que l’édi­tion de cette an­née a mon­tré que « le Francothon de­vient un mo­men­tum mar­qué an­nuel­le­ment dont les gens com­prennent l’uti­li­té pour la so­cié­té ». Ce­la cor­res­pond à sa vi­sion « d’un vil­lage à l’in­té­rieur de la ville, avec des re­la­tions com­mu­nau­taires mais la conscience de faire par­tie d’une so­cié­té plus large ».

À PRÉ­SENT, LE DÉ­COMPTE

Si le to­tal de dons re­çus est en-de­çà du but fixé et du mon­tant ré­col­té l’édi­tion pré­cé­dente, il s’élève tout de même à 240 784 $. L’ob­jec­tif des 800 do­na­teurs a, lui, bel et bien été dé­pas­sé, avec un to­tal de 915 do­na­teurs, soit 224 nou­veaux par­ti­ci­pants par rap­port à l’an­née der­nière. Cette 5e édi­tion consacre donc la por­tée gran­dis­sante du Francothon en Al­ber­ta. Une aven­ture qui ne semble pas prête de s’ar­rê­ter.

Des bé­né­voles de la ville de St-Isi­dore.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.