ÉCO­NO­MI­SER SANS SE PRI­VER POUR LES FÊTES

Le Franco - - CALGARY - PAR FUAT SEKER

Le temps des fêtes ve­nu, le Centre d’ap­pui fa­mi­lial du Sud de l’Al­ber­ta a pro­po­sé mer­cre­di 12 dé­cembre un ate­lier pour li­mi­ter le cor­tège des dé­penses. Idées, as­tuces et ate­liers ma­nuels ont com­po­sé l’évé­ne­ment in­ti­tu­lé Com­ment ne pas s’en­det­ter pen­dant le temps des fêtes, or­ga­ni­sé

dans les lo­caux de l’or­ga­nisme.

« Les fêtes sont le pire mo­ment de l’an­née pour les fa­milles qui éprouvent dé­jà de grandes dif­fi­cul­tés à joindre les deux bouts », ex­plique Pa­tri­cia Hu­don, tra­vailleuse so­ciale au Centre d’ap­pui fa­mi­lial du Sud de l’Al­ber­ta. Di­plô­mée en aide so­ciale, cette an­cienne as­sis­tante d’édu­ca­tion a eu l’idée de créer un ate­lier de bons plans pour rendre cette pé­riode sy­no­nyme de ré­jouis­sances pour les fa­milles en si­tua­tion fi­nan­cière pré­caire.

ÉPARGNER LE POR­TE­MON­NAIE

Ou­verte à tous, cette pre­mière

édi­tion de Com­ment ne pas s’en­det­ter pen­dant le temps

des fêtes a réuni une di­zaine de per­sonnes dans les lo­caux de l’or­ga­nisme à Calgary. « Après une pré­sen­ta­tion orale avec un Po­werPoint, j’ai mis l’ac­cent sur l’in­ter­ac­tion entre les par­ti­ci­pants et un ate­lier ma­nuel », dé­crit Pa­tri­cia Hu­don. Pen­dant une heure et de­mie, les par­ti­ci­pants ont pu ap­prendre des as­tuces pour of­frir et fê­ter sans dé­pas­ser, ni même de­man­der une aug­men­ta­tion de leur li­mite de cré­dit. « Le par­tage des tâches, les dé­co­ra­tions faites mai­son, le bud­get en ligne ou en­core les cartes pré­payées sont au­tant de moyens que nous avons ex­plo­rés du­rant l’après-mi­di », re­late la tra­vailleuse so­ciale.

UNE PÉ­RIODE TRÈS ÉMO­TIVE

« Beau­coup d’entre nous ne veulent pas rompre avec les tra­di­tions, quitte à mettre leurs cartes de cré­dit lar­ge­ment à contri­bu­tion », sou­lève Pa­tri­cia Hu­don qui sou­hai­te­rait ré­ité­rer cet ate­lier l’an­née pro­chaine, cette fois en fai­sant « plus de com­mu­ni­ca­tion sur l’évé­ne­ment en amont ». Se­lon une étude de Sta­tis­tique Ca­na­da da­tant de 2015, le mois de dé­cembre est ce­lui où le nombre de nou­veaux dos­siers pour des fi­nances cri­tiques est le plus bas. En re­vanche, c’est en mars que leur nombre est le plus éle­vé.

Com­ment ne pas s'en­det­ter pen­dant le temps des fêtes

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.