HALTE À LA VIOLENCE !

Le Franco - - RÉGIONS - PAR HÉ­LÈNE LEQUITTE

Le ven­dre­di 25 jan­vier, la Coa­li­tion des femmes de l'Al­ber­ta s'est ren­due à Grande Prai­rie, plus pré­ci­sé­ment à l'école Nou­velle Fron­tière, puis au Centre pro­mo­tion­nel pour la di­ver­si­té cultu­relle et l'in­clu­sion, afin de don­ner un ate­lier sur la violence faite aux femmes. Le mes­sage est clair : la violence, par­lons-en ! Il n’y a pas d’âge pour faire de la pré­ven­tion sur la violence. Les chiffres en Al­ber­ta en ma­tière d’agres­sion sexuelle font fré­mir. Se­lon Sta­tis­tique Ca­na­da, la pro­vince se classe au deuxième rang par­mi toutes les pro­vinces et les ter­ri­toires du pays. « La ville d’Ed­mon­ton re­cense 72 agres­sions sexuelles par tranche de 100 000 per­sonnes et no­tam­ment dans les ré­gions ru­rales… Grande Prai­rie était qua­li­fiée en 2015-2016 de ville la plus dan­ge­reuse au Ca­na­da, ba­sée par des sta­tis­tiques re­cen­sées par la po­lice », ex­plique Éme­line Mo­ri­ceau, for­ma­trice sur la violence faite aux femmes pour la Coa­li­tion. La ville d’Ed­mon­ton se classe aus­si en se­conde po­si­tion après la ville de Win­ni­peg, au Ma­ni­to­ba.

LES VILLAGES PARTICULIÈREMENT CONCERNÉS

Un pal­ma­rès qui n’a rien d’ho­no­ri­fique. Les ré­gions ru­rales de la pro­vince sont celles qui sont le plus tou­chées. « La pré­ven­tion sur la violence, no­tam­ment en fran­çais, dans les ré­gions ru­rales est es­sen­tielle. Le but est de pou­voir bri­ser l’iso­le­ment, com­mu­ni­quer et édu­quer au­près des adultes et des jeunes à ce su­jet », ex­plique Éme­line Mo­ri­ceau. D’où l’in­té­rêt de don­ner ces ate­liers aus­si dans les écoles. À l’école Nou­velle Fron­tière, tous les élèves de la 7e à la 12e an­née ont pu y as­sis­ter, ain­si que les pro­fes­seurs. En soi­rée, c’est un pu­blic d’adultes qui est ve­nu écou­ter au Centre pro­mo­tion­nel pour la di­ver­si­té cultu­relle et l’in­clu­sion.

ÉDU­QUER POUR SENSIBILISER

En oc­tobre der­nier, un ate­lier a été don­né à Pla­mon­don pour ren­con­trer les élèves de l’école Beau­sé­jour. Un autre a eu lieu en dé­cembre à Red Deer en par­te­na­riat avec l’ACFA, sui­vi d’un pas­sage à Ed­mon­ton au Cam­pus Saintles Jean et à l’école Sir George Simp­son. Dans les pro­chains mois, la Coa­li­tion se ren­dra à Wood Buf­fa­lo pour pour­suivre son tra­vail de pré­ven­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion. « Au sein des fa­milles, au sein des voi­si­nages, tous ont plus ou moins quelque chose à ra­con­ter en lien avec la violence fa­mi­liale », ob­serve la for­ma­trice Éme­line Mo­ri­ceau. Se­lon Sta­tis­tique Ca­na­da, une femme est tuée tous deux jours au Ca­na­da. Pire, le taux de violence di­ri­gée en­vers les femmes et les filles au­toch­tones au pays at­teint des pro­por­tions ahu­ris­santes. De son cô­té, la Coa­li­tion conti­nue­ra son tra­vail de sen­si­bi­li­sa­tion et de com­mu­ni­ca­tion sur la violence dans les pro­chains mois en Al­ber­ta.

Do­cu­ments d'in­for­ma­tions de la Coa­li­tion des femmes de l'Al­ber­ta.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.