LE CO­MI­TÉ FRANCOQUEER DE L'OUEST EST NÉ

Le Franco - - LA UNE - PAR GEOF­FREY GAYE

Pour la Saint-Va­len­tin, un pe­tit nou­veau est né dans la com­mu­nau­té fran­co­phone al­ber­taine : le Co­mi­té FrancoQueer de l'Ouest. L'an­nonce a été faite ce jeu­di 14 fé­vrier, lors d'une confé­rence de presse émou­vante à la Ci­té fran­co­phone d'Ed­mon­ton. « Ce n’est pas une coïn­ci­dence si nous avons choi­si le jour de la SaintVa­len­tin qui est la fête de l’amour pour faire cette an­nonce », dé­clare Em­mett La­mache, maître de la pa­role de cette confé­rence de presse, jeu­di 14 fé­vrier peu avant mi­di.

Dé­sor­mais, dans la com­mu­nau­té fran­co­phone al­ber­taine, il fau­dra of­fi­ciel­le­ment comp­ter avec la com­mu­nau­té 2SLGBTQIA+, à sa­voir les­bienne, gay, bi­sexuelle, trans­genre, bis­pi­ri­tuelle, queer, ques­tio­ning, in­ter­sex et asexuels.

Ce nou­vel or­ga­nisme a pour but de sen­si­bi­li­ser les mi­lieux mi­no­ri­taires fran­co­phones aux réa­li­tés de la com­mu­nau­té 2SLGBTQIA+, « et de cette fa­çon ai­der à la créa­tion d’es­paces in­clu­sifs, sé­cu­ri­taires et res­pec­tueux », pré­cise un com­mu­ni­qué. « Pour le mo­ment, l’or­ga­nisme ser­vi­ra la com­mu­nau­té fran­co­phone de l’Al­ber­ta, il vise à s’étendre dans tout l’Ouest ca­na­dien », peu­ton en­core y lire.

Tous les membres de l’or­ga­nisme sont bé­né­voles. Dans un pre­mier temps, les re­ve­nus du co­mi­té pro­vien­dront de ventes de goo­dies, mais sur­tout d’opé­ra­tions de sen­si­bi­li­sa­tion dans les écoles ou les en­tre­prises. Des de­mandes de sub­ven­tions sont en cours no­tam­ment au­près du mi­nis­tère Pa­tri­moine ca­na­dien afin « de pou­voir créer un poste pour dé­ve­lop­per l’or­ga­nisme », ex­plique Em­ma­nuel Dub­bel­dam, di­rec­teur des membres FrancoQueer jeu­nesse.

UNE SÉ­PA­RA­TION DE FJA

Le co­mi­té FrancoQueer de l’Ouest est né d’un dé­ta­che­ment de l’or­ga­nisme Fran­co­pho­nie Jeu­nesse de l’Al­ber­ta (FJA) qui l’avait créé il y a quelques an­nées sous le nom « les Al­liances al­lo­sexuels-hé­té­ro­sexuels (AAH) ».

« Le co­mi­té FrancoQueer a sou­hai­té de­ve­nir in­dé­pen­dant pour ac­cé­der à un plus grand man­dat parce que les enjeux 2SLGBTQIA+ ne sont pas juste les enjeux des jeunes, ce sont aus­si des enjeux pour les adultes. Pour at­teindre plei­ne­ment son man­dat, nos deux or­ga­nismes ont dû se sé­pa­rer ami­ca­le­ment », ex­plique Ga­briel Krei­ner, di­rec­teur gé­né­ral de FJA.

« VOUS N'ÊTES PAS SEULS, DES GENS COMME VOUS EXISTENT » Pa­trick Dunn, di­rec­teur gé­né­ral du CAVA

Les deux or­ga­nismes fran­co­phones res­te­ront tout de même liés. FJA va conti­nuer de sou­te­nir le co­mi­té en of­frant « cer­taines res­sources de base telles qu’un es­pace de tra­vail, une adresse pos­tale mais aus­si les droits d’au­teur sur les res­sources qu’ils ont dé­ve­lop­pées du­rant le man­dat », ajoute-t-il.

Au centre de la Ro­tonde de la Ci­té fran­co­phone, plu­sieurs per­sonnes se sont re­layées au pu­pitre de­vant une tren­taine de per­sonnes. Mi­chael Con­nol­ly, dé­pu­té au sein de l’As­sem­blée de l’Al­ber­ta, était pré­sent et a te­nu à fé­li­ci­ter la créa­tion de cet or­ga­nisme. « Je suis fier de faire par­tie de cette com­mu­nau­té. Pour les avoir moi-même vé­cus, je connais bien les dé­fis aux­quels sont confron­tées les mi­no­ri­tés sexuelles et cultu­relles », a dé­cla­ré l’un des pre­miers dé­pu­tés ca­na­diens de l’his­toire à avoir ren­du pu­blique son ho­mo­sexua­li­té.

Le co­mi­té FrancoQueer de l’Ouest est l’ob­jet d’un tra­vail de longue ha­leine. Douze ans se sont écou­lés entre sa créa­tion of­fi­cielle et la pre­mière fois que Pa­trick Dunn, en­fant de la fran­co­pho­nie al­ber­taine, évoque la né­ces­si­té d’abor­der la ques­tion de l’ho­mo­sexua­li­té dans sa com­mu­nau­té. Lors d’une prise de pa­role poi­gnante ce jeu­di, ce der­nier, dé­sor­mais di­rec­teur gé­né­ral du Centre d’arts vi­suels de l’Al­ber­ta (CAVA), a ému l’au­di­toire par son té­moi­gnage.

« Gran­dir dans la com­mu­nau­té fran­co­phone en Al­ber­ta, c’est comme gran­dir dans une im­mense fa­mille. Mais gran­dir dans la com­mu­nau­té fran­co­phone de l’Al­ber­ta, c’était gran­dir dans un monde où les per­sonnes ho­mo­sexuelles n’exis­taient pas. On n’était ja­mais men­tion­nés. Ima­gi­nez que vous ar­ri­vez à la pu­ber­té et que vous vous ren­dez compte que vous n’êtes pas du tout comme on vous l’a ap­pris ».

À la fin de sa prise de pa­role, Pa­trick Dunn a sou­hai­té pas­ser un mes­sage aux nou­velles gé­né­ra­tions LGBT fran­co­phones : « Vous n’êtes pas seules. Des gens comme vous existent », a-t-il dé­cla­ré avant de tom­ber dans les bras de ses amis sous un brou­ha­ha d’ap­plau­dis­se­ments.

Mi­chael Con­nol­ly, l’un des pre­miers dé­pu­tés ca­na­diens de l’his­toire à avoir ren­du pu­blique son ho­mo­sexua­li­té, pré­sent pour sou­te­nir la créa­tion de cet or­ga­nisme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.