RE­TOUR HIS­TO­RIQUE À LA SO­CIÉ­TÉ GÉ­NÉA­LO­GIQUE

Comme elle le fait chaque mois, la So­cié­té gé­néa­lo­gique du Nord-Ouest (SGNO) a convié ses membres le 27 mars der­nier pour as­sis­ter à une cau­se­rie sur le thème des pre­miers fran­co­phones de la pro­vince.

Le Franco - - EDMONTON - PAR ÉLOI DEGRÂCE

Mo­nique Ju­liat-Kru­pa a don­né un bref aper­çu de l’ar­ri­vée des pre­miers fran­co­phones dans la ré­gion de la Ri­viè­re­la-Paix. Elle a d’abord ex­pli­qué comment s’était fait l’ar­pen­tage du vaste ter­ri­toire de la ré­gion. Une fois ce tra­vail ter­mi­né, le gou­ver­ne­ment a lan­cé une in­vi­ta­tion à ve­nir prendre des terres.

Ce­ci est ar­ri­vé en même temps qu’au Qué­bec on en­tre­prit un ef­fort pour ra­pa­trier les Ca­na­diens fran­çais qui avaient émi­gré aux Etats-Unis pour trou­ver du tra­vail. On pen­sait alors qu’ils ris­quaient d’y perdre leur langue et leur foi. La dis­po­ni­bi­li­té de grandes terres à peu de frais dans le nord de l’Al­ber­ta don­na à pen­ser qu’on pour­rait y ra­pa­trier des Ca­na­diens fran­çais.

Le père Jean-Bap­tiste Gi­roux avait été nom­mé agent « ra­pa­tria­teur » au­près des Ca­na­diens fran­çais aux Etats-Unis. C’est lui qui a convain­cu un pre­mier groupe de co­lons à se rendre dans la ré­gion de la Ri­viè­re­la-Paix. Ils quit­tèrent Mon­tréal en mai 1912.

Ces cou­ra­geux pion­niers, qui s’ins­tal­lèrent à Fal­her, eurent à af­fron­ter des condi­tions de vie dif­fi­ciles. Leur dé­ter­mi­na­tion a ou­vert la voie à d’autres Ca­na­diens fran­çais, qui sou­hai­taient trou­ver un ailleurs meilleur, à ve­nir prendre des terres au nord de l’Al­ber­ta.

Mo­nique Ju­liat-Kru­pa, di­rec­trice de la so­cié­té gé­néa­lo­gique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.