La grève se pour­suit à IOC

Le Gaboteur - - LA UNE - Ja­cinthe Trem­blay

Les syn­di­qués du lo­cal 5795 des Mé­tal­lur­gistes Unis d’Amé­rique ont re­je­té à 76,5 % l’entente de prin­cipe conclue par leurs né­go­cia­teurs avec la mi­nière IOC, pro­prié­té de Rio Tin­to. À La­bra­dor Ci­ty et Wa­bush, où la ma­jo­ri­té des em­plois sont re­liées à la mi­nière, la vie bat en­core au rythme des pi­quets de grève de­puis le 17 avril.

Le sa­me­di 14 avril, lors du pas­sage du Ga­bo­teur sur la ligne de pi­que­tage éri­gée à l'en­trée de Wa­bush 3, le site de la pro­chaine ex­pan­sion de la mi­nière, un vent d'op­ti­misme ré­gnait pour­tant. La veille, une entente de prin­cipe avait été conclue entre les re­pré­sen­tants de leur syn­di­cat, le lo­cal 5795 des Mé­tal­lur­gistes Unis d'Amé­rique, et la com­pa­gnie, après une ronde de né­go­cia­tions de 28 heures te­nue en pré­sence de conci­lia­teurs du mi­nis­tère fé­dé­ral du Tra­vail et du gou­ver­ne­ment de Terre-Neuve-et-La­bra­dor.

« S'ils nous in­vitent à nous pro­non­cer sur cette nou­velle offre et nous re­com­mandent de l'ac­cep­ter, elle doit être bonne », ont dit en sub­stance les gré­vistes ren­con­trés. Tous at­ten­daient donc avec im­pa­tience de connaître le conte­nu de cette entente qui, es­pé­raient-ils, met­trait fin au conflit.

Or, le lun­di 16 avril, la pré­sen­ta­tion de ces nou­velles offres par leurs né­go­cia­teurs a été ac­cueillie par des huées. Sur la page Fa­ce­book du lo­cal 5795, les com­men­taires al­laient tous dans le même sens : il faut re­je­ter ces offres qui, se­lon la ma­jo­ri­té des in­ter­ve­nants, main­te­naient le double stan­dard entre les em­ployés per­ma­nents et les tem­po­raires pour­tant re­je­tés à 92 % par les syn­di­qués trois se­maines plus tôt.

Le mé­con­ten­te­ment des gré­vistes s'est ex­pri­mé haut et fort lors du vote sur ces nou­velles offres, le l7 avril : 76,5 % des membres vo­tants les ont re­je­tées. Im­mé­dia­te­ment après le vote, les syn­di­qués sont re­tour­nés sur les trois lignes de pi­que­tage éri­gées à La­bra­dor Ci­ty de­puis le dé­but de la grève, le 26 mars.

Pour l’ave­nir aus­si

De tous les points en li­tige, le sort pré­vu pour les tra­vailleurs tem­po­raires était éga­le­ment sur toutes les lèvres lors de notre pas­sage sur la ligne de pi­que­tage du site Wa­bush 3, le 14 avril.

« Nous ne pou­vons ac­cep­ter, dans un contrat qui se­ra en vi­gueur pen­dant les cinq pro­chaines an­nées, que des tra­vailleurs qui font exac­te­ment les mêmes tâches que nous se re­trouvent sans avan­tages so­ciaux et soient obli­gés de tra­vailler 14 jours sans in­ter­rup­tions avant d'avoir droit à une pause », a ex­pli­qué Yan­nick Ser­ge­rie, sou­deur à la mine IOC de­puis 8 ans et à l'em­ploi d'un sous-trai­tant pour IOC les cinq an­nées pré­cé­dentes. « Cet em­ployé avec des condi­tions moindres, ce se­ra peu­têtre mon fils, un jour. Nous nous bat­tons pour le fu­tur, » a-t-il pour­sui­vi. Bien qu'es­pé­rant, au mo­ment de cette en­tre­vue, une fin ra­pide du conflit, Yan­nick Ser­ge­rie a te­nu à sou­li­gner le fort ap­pui aux gré­vistes des autres syn­di­cats de la ré­gion et de la po­pu­la­tion. « Les gens nous ap­portent de la nour­ri­ture et du ca­fé » a-t-il don­né en exemple. Les gré­vistes ont éga­le­ment re­çu des dons im­por­tants d'autres uni­tés syn­di­cales, dont un chèque de 25 000 $ des tra­vailleurs de l'IOC à Sept-îles.

Im­pacts

À la mi-avril, trois se­maines du dé­clen­che­ment de la grève, les im­pacts sur la pa­no­plie de sous-trai­tants qui vivent de la mine ne s'étaient pas en­core fait sen­tir, mais ça vien­dra. Les an­ciens de La­bra­dor Ci­ty et Wa­bush, qui ont dé­jà vé­cu d'autres grèves à la mi­nière, craignent main­te­nant un long conflit. Le plus ré­cent re­monte à 2007. La grève avait alors eu lieu entre le 9 mars et le 23 avril.

Lors du dé­clen­che­ment de la grève, Da­ny Mal­tais, un re­pré­sen­tant des Mé­tal­lur­giste Unis d'Amé­rique, a te­nu à rap­pe­ler sur les ondes de Ra­dio-Ca­na­da Côte Nord, que Rio Tin­to, pro­prié­taire de IOC, a en­re­gis­tré des pro­fits de 8,8 mil­liards de dol­lars en 2017 et a dis­tri­bué 5,5 mil­liards en di­vi­dendes à ses ac­tion­naires.

Photo : Ja­cinthe Trem­blay

Un vent d’op­ti­misme ré­gnait sur la ligne de pi­que­tage éri­gée sur le site Wa­bush 3 de la mi­nière IOC le 14 avril après la nou­velle d’une entente de prin­cipe conclue la veille. De­puis son re­jet à 76,5 % trois jours plus tard, les syn­di­qués ont re­pris leur poste aux trois en­trées de la mine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.