Le tour­nage de la troi­sième sai­son de la sé­rie do­cu­men­taire Hors cir­cuits est en pré­pa­ra­tion. Ren­contre avec Xa­vier Georges, son grand ma­ni­tou.

EN VOUS AVENTURANT HORS DES SEN­TIERS BAT­TUS CET ÉTÉ ET JUS­QU’EN OC­TOBRE PRO­CHAIN, VOUS POUR­RIEZ CROISER L’ÉQUIPE DE TOUR­NAGE DE LA TROI­SIÈME SAI­SON DE LA SÉ­RIE DO­CU­MEN­TAIRE HORS CIR­CUITS, QUI PRO­POSE LA DÉ­COU­VERTE DE SITES OU­BLIÉS OU IN­AC­CES­SIBLES DE TERR

Le Gaboteur - - Sommaire -  Une en­tre­vue de Lau­rence Ber­thou-Hé­bert 

Hors Cir­cuits, la pre­mière sé­rie tournée en fran­çais par un pro­duc­teur de la pro­vince, a dé­jà été tra­duite en plus de 20 langues et dif­fu­sée dans plus de 160 pays. «Le troi­sième vo­let de Hors Cir­cuits se­ra pro­ba­ble­ment le der­nier cha­pitre terre-neu­vien de la sé­rie», avance son pro­duc­teur Xa­vier Georges. Après trois sai­sons, si l’île de Terre-Neuve couve en­core quelques mys­tères, ils res­te­ront en­tiers!

Alors qu’il est tou­jours en at­tente de com­plé­ter le fi­nan­ce­ment qui per­met­tra à ce troi­sième opus d’al­ler de l’avant, le pro­duc­teur a un ob­jec­tif clair pour son équipe: ce­lui de se pro­fes­sion­na­li­ser. Si Hors Cir­cuits a réus­si à nous en mettre plein la vue en nous fai­sant dé­cou­vrir les se­crets les mieux gar­dés de l’île, Xa­vier Georges rêve en ef­fet d’élar­gir ses ho­ri­zons et de re­nou­ve­ler l’ex­pé­rience dans le reste du Ca­na­da.

Quant à cette 3e sai­son, qui comp­te­ra 8 épi­sodes, elle nous pro­met en­core une fois de nous em­me­ner là où l’homme n’a pas mis le pied de­puis des lustres et de nous me­ner à la ren­contre de leurs hôtes, fiers hé­ri­tiers du ter­ri­toire gran­diose qui les ac­cueille.

Par­mi les faits saillants de ce nou­veau cha­pitre, Hors Cir­cuits nous en­traî­ne­ra dans une rare in­cur­sion au centre de Terre-Neuve, puis du côté de Baie-Verte, mais aus­si pour une pre­mière fois de fa­çon pro­lon­gée à SaintPierre-et-Mi­que­lon et à Port-au-Port. Cette 3e sai­son se­ra celle qui ren­con­tre­ra le plus de lo­cu­teurs fran­co­phones.

Un pre­mier long mé­trage fran­co-terre-neu­vien en ger­mi­na­tion

Si­belle Pro­duc­tions !, la mai­son de pro­duc­tion de Xa­vier Georges, a ré­cem­ment ob­te­nu le fi­nan­ce­ment pour ce qui de­vien­dra le pre­mier long mé­trage de fic­tion fran­co­phone de Terre-Neuve. Ce drame social po­li­cier, dont l’ac­tion se dé­rou­le­ra entre Ter­re­Neuve et Saint-Pierre, pro­fite de l’en-

goue­ment ac­tuel de la com­mu­nau­té ci­né­ma­to­gra­phique et des par­te­naires fi­nan­ciers pour le ci­né­ma des pro­vinces at­lan­tiques. Plus par­ti­cu­liè­re­ment, la re­la­tion entre les Terre-neu­viens an­glo­phones et les Saint-Pier­rais fran­co­phones a sus­ci­té un vif in­té­rêt au­près de Té­lé­film Ca­na­da, d’au­tant plus que le film se­ra tour­né en­tiè­re­ment en langue ori­gi­nale.

«Outre les bailleurs de fonds ca­na­diens, le mar­ché fran­çais est aus­si de plus en plus cu­rieux de ce qui se fait ici, et Si­belle Pro­duc­tions ! est la seule com­pa­gnie de pro­duc­tion terre-neu­vienne qui tra­vaille en fran­çais», ob­serve Xa­vier Georges.

Les vents sont fa­vo­rables pour Si­belle Pro­duc­tions !, et le pro­duc­teur sou­haite conso­li­der son équipe au cours des pro­chaines an­nées afin de pou­voir dé­mon­trer le pro­fes­sion­na­lisme au­quel il as­pire. Il y a suf­fi­sam­ment d’ar­ti­sans à Terre-Neuve pour as­su­rer la créa­tion de grandes pro­duc­tions, mais alors que le tour­nage des der­niers épi­sodes de la sé­rie Fron­tier s’est ache­vé il y a quelques mois à Saint-Jean, les ar­ti­sans de l’in­dus­trie ci­né­ma­to­gra­phique de Ter­re­Neuve s’in­quiètent pour l’avenir. Le pro­jet de long mé­trage, qui per­met­tra d’em­bau­cher plus de 150 per­sonnes, est un d’en­ver­gure. Xa­vier Georges est confiant des moyens tech­niques et hu­mains dont dis­pose Terre-Neuve pour la pro­duc­tion de son ci­né­ma; ne reste plus qu’à sur­fer sur la vague.

QUATRES QUES­TIONS AU PRO­DUC­TEUR XA­VIER GEORGES

Quelle est votre ap­proche dans la fa­çon dont vous choi­sis­sez les sites où vous al­lez tour­ner? Notre re­gard sur les lieux que nous choi­sis­sons est d’abord et avant tout ar­chi­tec­tu­ral. On choi­sit d’abord une struc­ture, une construc­tion, et en­suite on dé­couvre ce qui s’est pas­sé là et le lien que les gens en­tre­te­nait avec l’en­droit. Sou­vent, il s’agit de sites qui ont été construits et dé­truits en un très court laps de temps et qui n’ont donc pas été ha­bi­tés long­temps. Ce­la nous amène à ré­flé­chir sur la re­la­tion entre l’homme et la na­ture et à ob­ser­ver comment cette der­nière re­prend ra­pi­de­ment ses droits une fois que l’homme l’a dé­ser­tée. C’est fas­ci­nant! En quelque sorte, nous po­sons sou­vent le pre­mier et le der­nier re­gard sur ces lieux voués à dis­pa­raître.

Comment choi­sis­sez-vous les membres de l’équipe? Est-ce im­por­tant pour vous de tra­vailler avec des fran­co­phones?

Dans un pre­mier temps, ce qui nous in­té­resse, c’est d’al­ler cher­cher les créa­teurs, peu im­porte leur langue ma­ter­nelle. Nous avons ain­si créé un noyau dur d’ar­ti­sans comme le réa­li­sa­teur Ch­ris­tian Sparkes, avec qui nous col­la­bo­rons de­puis le dé­but de l’aven­ture de Hors Cir­cuits. En­suite, il a tou­jours été très im­por­tant pour moi de mettre en va­leur la fran­co­pho­nie dans mes pro­jets, et c’est une des rai­sons pour les­quelles j’ai fon­dé le Ré­seau Cultu­rel fran­co­phone de Terre-Neu­veet-Labrador en 2007. Je peux vous dire que tous les ar­tistes im­pli­qués dans le Ré­seau sont im­pli­qués de près ou de loin dans le pro­jet de Hors Cir­cuits!

En­vi­ron la moi­tié de la grande équipe de pro­duc­tion de la sé­rie est fran­co­phone. Mal­gré tout, ça reste tou­jours un dé­fi de fa­vo­ri­ser l’em­ploi de fran­co­phones parce que le bas­sin de pro­fes­sion­nels oeu­vrant dans le do­maine est re­la­ti­ve­ment res­treint. Nous avons tou­te­fois de la chance de col­la­bo­rer avec le ré­seau d’Unis.tv, qui fait preuve de beau­coup d’ou­ver­ture et de pa­tience pour nous per­mettre de for­mer de nou­veaux em­ployés et ain­si élar­gir notre ré­seau de pro­fes­sion­nels.

Quelle est la ren­contre la plus mar­quante que vous avez faite lors d’un tour­nage ?

Une des per­sonnes les plus ado­rables que nous avons ren­con­trée est Pa­trick Col­lins, avec qui nous avons fait connais­sance lors du tour­nage pour le 6e épi­sode de la sai­son 2. Cet homme pos­sède un pe­tit mu­sée à Har­bour Grace et tout le conte­nu de son mu­sée est bi­lingue: af­fi­chettes, pan­neaux in­di­ca­teurs, tout! Lors du tour­nage, mal­gré le fait que sa langue ma­ter­nelle soit l’an­glais, il a fait beau­coup d’ef­forts pour nous par­ler en fran­çais. C’était très mi­gnon et il a été très gé­né­reux avec nous.

Outre Hors Cir­cuits, quels sont les autres pro­jets sur les­quels vous tra­vaillez en ce mo­ment?

Il y en a plu­sieurs, et ce sont tous des pro­jets qui conti­nue­ront de mettre Terre-Neuve en va­leur. Entre autres, nous tra­vaillons sur un pro­jet de mi­ni-sé­rie qui por­te­ra sur le French Shore. L’angle que nous sou­hai­tons adop­ter est ce­lui de la mer, parce que nous pen­sons que pour com­prendre Terre-Neuve, c’est par elle qu’il faut pas­ser. Ain­si, c’est à bord d’un voi­lier que nous par­cour­rons la côte fran­çaise pour y ren­con­trer ses ha­bi­tants. Par ailleurs, nous avons aus­si un pro­jet de sé­rie té­lé dra­ma­tique sur les liens entre Terre-Neuve et St-Pier­reet-Mi­que­lon au temps de la pro­hi­bi­tion. Fi­na­le­ment, nous avons aus­si re­çu des pro­jets de long mé­trages de fic­tion très pro­met­teurs.

0118

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.