Ré­pa­rer les ob­jets cas­sés pour évi­ter de cas­ser son co­chon

Le Gaboteur - - News -

Ré­pa­rer soi-même plu­tôt que de je­ter et rem­pla­cer est sans contre­dit plus doux sur le por­te­feuille et l’en­vi­ron­ne­ment. Mais en­core faut-il avoir le sa­voir-faire et les ou­tils né­ces­saires. Si on em­prunte des livres, pour­quoi pas des mar­teaux, des scies et des ro­bots cu­li­naires? C’est pos­sible dans la ré­gion de la ca­pi­tale de­puis l’ou­ver­ture, il y a bien­tôt deux ans, de la St. John’s Tool Li­bra­ry.

Cette bi­blio­thèque com­mu­nau­taire d’ou­tils et ses for­ma­teurs-ré­pa­ra­teurs bé­né­voles sont-ils en me­sure de res­ca­per un IP­hone dont l’écran a vo­lé en éclats? Le Ga­bo­teur a fait le test. Je sor­tais du ci­né­ma. J'y avais vu un film dont la pro­ta­go­niste est une jeune ado­les­cente qui passe sa vie sur son té­lé­phone. La scène où son écran vole en éclats a fait glous­ser les spec­ta­teurs, et moi aus­si. Je l'ai trou­vé moins drôle quand mon propre iP­hone s'est fra­cas­sé sur le bi­tume du sta­tion­ne­ment du Ava­lon Mall. En une frac­tion de se­conde, au­tant de fis­sures se sont frayé un che­min sur l'écran de mon té­lé­phone que le nombre de dol­lars dé­pen­sés pour me le pro­cu­rer. C'est dire qu'il y en avait beau­coup…

J'avais ache­té ce té­lé­phone usa­gé d'un par­ti­cu­lier sur Ki­ji­ji huit mois plus tôt. J'avais même réus­si à né­go­cier le prix à la baisse; 180 $, mar­ché conclu. Or, faire rem­pla­cer l'écran par un pro­fes­sion­nel m'en coû­te­rait près de 100 $. À ce prix-là, je pou­vais peut-être m'en pro­cu­rer un nou­veau sur Ki­ji­ji…

Mon re­fus de cé­der au piège ten­du par les concep­teurs de ces gad­gets élec­tro­niques m'a me­née à la bi­blio­thèque d'ou­tils de St. John's, qui or­ga­ni­sait le 29 sep­tembre son se­cond Re­pair ca­fé. Un genre de tu­to­rat com­mu­nau­taire pour ré­pa­rer ses ap­pa­reils dé­fec­tueux. La pre­mière édi­tion, te­nue au prin­temps 2018, avait per­mis de sau­ver 37 ob­jets d'un fa­tal tra­jet au dépotoir.

Tech­ni­cien bé­né­vole en ren­fort

Lorsque je me suis poin­tée avec mon té­lé­phone abî­mé, les coachs de ré­pa­ra­tion s'af­fai­raient dé­jà à res­sus­ci­ter des pe­tits ap­pa­reils élec­tro­niques et un vé­lo. Les cy­clistes peuvent en ef­fet ajus­ter leur mon­ture sur place, grâce à la co­opé­ra­tive de vé­los Or­di­na­ry Spoke qui par­tage les mêmes lo­caux.

On m'a di­ri­gée vers Jus­tin, un tech­ni­cien élec­tro­nique bé­né­vole dont c'est en fait le gagne-pain de ré­pa­rer des cel­lu­laires et des ta­blettes élec­tro­niques. Sans écran de rem­pla­ce­ment avec moi, je n'es­pé­rais pas re­par­tir avec un té­lé­phone comme neuf. Mais dans la de­mi-heure qui sui­vra, Jus­tin dé­mon­te­ra mon té­lé­phone avec moi, pièce par pièce. Il ré­pon­dra avec beau­coup de pa­tience aux ques­tions ru­di­men­taires, par­fois niai­seuses, de la néo­phyte que je suis. Il me confie­ra un tour­ne­vis mi­nia­ture et m'en­cou­ra­ge­ra à re­mettre les mor­ceaux en place. Grâce à cette pe­tite séance de for­ma­tion, je pour­rai ins­tal­ler moi-même un écran neuf sur mon té­lé­phone. C'est d'ailleurs le concept des Re­pair ca­fés : en par­ti­ci­pant à la ré­pa­ra­tion de son ob­jet dé­fec­tueux, on en res­sort ca­pable de ré­pé­ter l'ex­ploit à la mai­son.

Jouer les ré­pa­ra­teurs plu­tôt que de rem­pla­cer par un ob­jet fonc­tion­nel ou de le faire rac­com­mo­der par un pro­fes­sion­nel est plu­tôt avan­ta­geux. Dans le cas de mon té­lé­phone, je de­vrai dé­bour­ser en­vi­ron 35 $ pour l'achat et la li­vrai­son d'un écran neuf que j'ins­tal­le­rai par moi-même. C'est 65 $ de moins que les ser­vices d'un ré­pa­ra­teur et 145 $ de moins, mi­ni­mum, que le rem­pla­ce­ment com­plet de mon té­lé­phone par un iP­hone équi­valent usa­gé. Test concluant!

Pho­to : Ma­ri­lynn Guay Ra­ci­cot

Le fon­da­teur de la bi­blio­thèque d'ou­tils, Ian Froud, est éga­le­ment conseiller mu­ni­ci­pal à St. John's. Il s'im­plique dans di­vers pro­jets con­cer­nant la ges­tion des dé­chets, les tran­sports du­rables et l'en­vi­ron­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.