Pour une meilleure pro­tec­tion des en­fants

Le Gaboteur - - News -

À la suite de la mort tra­gique d'un en­fant, de sa mère et du com­pa­gnon violent de cel­le­ci, le Bu­reau de la pro­tec­tion de l'en­fance et de la jeu­nesse (Of­fice of the Child and Youth Ad­vo­cate) a pu­blié dé­but oc­tobre un rap­port in­ti­tu­lé « No se­cond chance » (Pas de deuxième chance, notre tra­duc­tion) qui ana­lyse les fai­blesses du mi­nis­tère des En­fants, des Se­niors et du Dé­ve­lop­pe­ment so­cial (De­part­ment of Chil­dren, Se­nior and So­cial De­ve­lop­ment – CSSD) dans la ges­tion de ce cas et émet des re­com­man­da­tions pour as­su­rer une meilleure pro­tec­tion des en­fants.

Les vio­lences phy­siques et ver­bales su­bies par la mère, l'état de dé­pen­dance à des drogues et à l'al­cool dans le­quel se trou­vait cette der­nière et les vio­lences et me­naces ver­bales su­bies par le jeune en­fant de la part du com­pa­gnon de sa mère avaient me­né le CSSD à pla­cer l'en­fant en fa­mille d'ac­cueil pen­dant quelques mois, avant d'au­to­ri­ser la mère, qui avait entre-temps em­mé­na­gé chez ses pa­rents mais conti­nuait à fré­quen­ter son com­pa­gnon, à ré­cu­pé­rer son en­fant. C'est dans cette si­tua­tion que sur­vint l'épi­sode qui me­na au dé­cès des trois pro­ta­go­nistes.

À la suite de son son en­quête, le Bu­reau de pro­tec­tion de l'en­fance a iden­ti­fié trois do­maines à amé­lio­rer :

- Le CSSD au­rait dû four­nir des in­for­ma­tions plus com­plètes sur le cas au tri­bu­nal. En outre, il au­rait dû s'as­su­rer que toutes les condi­tions émises par le tri­bu­nal pour au­to­ri­ser le re­tour de l'en­fant chez sa mère étaient res­pec­tées, ce qui n'était pas le cas (la mère conti­nuait, par exemple,

à faire usage de drogues).

- Le CSSD au­rait dû ex­pli­quer plus ex­pli­ci­te­ment les condi­tions du re­tour de l'en­fant à toutes les per­sonnes im­pli­quées, en les fai­sant no­tam­ment si­gner un Plan d'ac­tion cen­tré sur la fa­mille. En l'ab­sence de ce do­cu­ment, les grands-pa­rents de l'en­fant n'avaient en ef­fet pas une idée claire de leur rôle et obli­ga­tion de pro­tec­tion. - Le manque de com­mu­ni­ca­tion entre le CSSD et l'Au­to­ri­té de san­té ré­gio­nale quant à la si­tua­tion de l'en­fant et à l'ur­gence de son cas a em­pê­ché ce der­nier de re­ce­voir les soins de san­té men­tale né­ces­saires. Ce der­nier était en ef­fet en­core sur la liste d'at­tente au mo­ment de son dé­cès.

Le CSSD a ac­cep­té ces re­com­man­da­tions. (AP)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.