Cinq ans pour Ro­cher-du-Nord…

Le Gaboteur - - LA UNE - Ja­cinthe Trem­blay

S’il n’en tient qu’au Conseil sco­laire fran­co­phone pro­vin­cial de Terre-Neuve-et-La­bra­dor, une école neuve ou­vri­ra ses portes dans la ré­gion de St. John’s à la ren­trée de sep­tembre 2022. Que se pas­se­ra-t-il si elle n’est pas prête à temps? Ro­cher-du-Nord de­vra-t-elle fer­mer ses portes? La ré­ponse est non, a dé­cou­vert Le Ga­bo­teur.

Pour com­prendre pour­quoi l'uti­li­sa­tion de l'école Ro­cher­du-Nord par le CSFP pour­ra se pour­suivre au-de­là des cinq an­nées pré­vues, il faut re­ve­nir sur la ré­forme ma­jeure du sys­tème sco­laire de Terre-Neuve-etLa­bra­dor dans les an­nées 1990.

Cette ré­forme, consa­crée par la Loi sco­laire de 1997 qui est tou­jours en vi­gueur, a mis fin à la di­vi­sion des écoles et des com­mis­sions sco­laires se­lon leur dénomination re­li­gieuse pour éta­blir des di­vi­sions ba­sées uni­que­ment sur la langue. Cette loi a éga­le­ment trans­fé­ré au gou­ver­ne­ment la pro­prié­té des écoles confes­sion­nelles et de leurs ter­rains « aus­si long­temps que ces in­fra­struc­tures se­raient uti­li­sées à des fins sco­laires » (notre tra­duc­tion de la Loi sco­laire de 1997).

Le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial a par ailleurs alors confié aux conseils sco­laires la ges­tion des bâ­ti­ments, des ter­rains et de la dé­ter­mi­na­tion de leur vo­ca­tion, tout en se ré­ser­vant la dé­ci­sion ul­time de les gar­der à des fins sco­laires ou de les re­mettre aux églises et com­mu­nau­tés re­li­gieuses pour qu'elles en fassent en­suite ce qu'elles veulent.

Le cas Ho­ly Cross et Ro­cher-du-Nord

Le bâ­ti­ment de l'école Ro­cher­du-Nord (au­tre­fois Ho­ly Cross Ju­nior High) et le ter­rain im­mé­diat qui l'en­toure au 7 rue Ri­cketts font par­tie des in­fra­struc­tures ap­par­te­nant à des églises ou com­mu­nau­tés re­li­gieuses qui sont de­ve­nues pro­prié­té pu­blique en ver­tu de la Loi sco­laire de 1997. Avant son adop­tion, elles étaient dé­te­nues par la Cor­po­ra­tion épis­co­pale ca­tho­lique romaine de St. John's (Ro­man Ca­tho­lic Epi­sco­pal Cor­po­ra­tion).

En 2016, le New­found­land and La­bra­dor En­glish School Dis­trict (NLESD) dé­cide de fer­mer Ho­ly Cross Ju­nior High en rai­son de sa sous-uti­li­sa­tion et de trans­fé­rer ses élèves à l'école in­ter­mé­diaire Bro­ther Rice. À l'époque, en­vi­ron 160 élèves fré­quen­taient cette école ca­pable d'en ac­cueillir plus de 460.

Pen­dant l'an­née sco­laire 20162017, le NLESD conti­nue néan­moins d'uti­li­ser Ho­ly Cross à des fins sco­laires, cette fois comme lieu de for­ma­tion de ses en­sei­gnants. La Cor­po­ra­tion épis­co­pale ne peut donc en re­prendre pos­ses­sion.

Du NLESD au CSFP

C'est pen­dant cette même an­née 2016 que le mi­nis­tère de l'Édu­ca­tion et du Dé­ve­lop­pe­ment de la pe­tite en­fance, alors di­ri­gé par Dale Kir­by, offre Ho­ly Cross comme so­lu­tion pour ré­soudre le pro­blème criant d'es­pace à l'École des Grands-Vents.

Après maintes dis­cus­sions, vi­sites et ins­pec­tions des lieux, le conseil d'ad­mi­nis­tra­tion du CSFP dé­cide à l'una­ni­mi­té, le

22 mai 2017, d'al­ler de l'avant avec un dé­mé­na­ge­ment tem­po­raire de cinq ans des élèves de la

7e à la 12e an­née à Ho­ly Cross. Le CA dé­cide par ailleurs d'in­ten­si­fier les pres­sions pour ob­te­nir l'ou­ver­ture, pour la ren­trée de sep­tembre 2022, d'une école neuve, of­frant des pro­grammes de la ma­ter­nelle à la 12e an­née, dans l'ouest de St. John's. De­puis la ren­trée de sep­tembre

2017, l'an­cienne école Ho­ly Cross Ju­nior High, main­te­nant Ro­cher-du-Nord, ac­cueille une tren­taine d'élèves de l'in­ter­mé­diaire et du se­con­daire.

Dans son bud­get 2018, le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial a vo­té des cré­dits de 400 000 $ pour la réa­li­sa­tion d'une étude in­cluant des pro­jec­tions de clien­tèle, la dé­ter­mi­na­tion des ni­veaux d'en­sei­gne­ment et des pro­grammes of­ferts ain­si que la lo­ca­li­sa­tion d'une nou­velle école fran­co­phone. Le CSFP a iden­ti­fié deux lo­ca­li­sa­tions pos­sibles : le quar­tier Gal­way Li­ving de St. John's et un ter­rain lon­geant Ma­so­nic Drive à Mount Pearl.

À la rue en 2022 ? Pas de pa­nique

Lors d'une ren­contre pu­blique or­ga­ni­sée par le CSFP le 21 juin der­nier, un pa­rent s'est en­quis du scé­na­rio en­vi­sa­gé par le CSFP si la nou­velle école, où qu'elle soit, n'était pas prête pour la ren­trée de 2022. Ré­ponse de la di­rec­tion gé­né­rale : il n'y a pas de plan B, ce se­ra la nou­velle école.

Or, en ver­tu de la Loi sco­laire de 1997, le plan B est évident : ce se­rait l'école Ro­cher-du-Nord. Car peu im­porte le dé­sir de la Cor­po­ra­tion épis­co­pale ca­tho­lique romaine de St. John's de re­prendre pos­ses­sion des ins­tal­la­tions du 7 Ri­cketts et de son ter­rain en 2022 pour en faire, par exemple, un centre d'hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées, un centre com­mu­nau­taire ou des condos, elle n'en au­ra tout sim­ple­ment pas le droit « tant et aus­si long­temps que ces ins­tal­la­tions sont uti­li­sées à des fins sco­laires ».

Pho­to : Ja­cinthe Trem­blay

Avant l'adop­tion de la Loi sco­laire de 1997, l'école Ho­ly Cross (au­jourd'hui Ro­cher-du-Nord) était un éta­blis­se­ment ca­tho­lique ré­pu­té pour ses équipes spor­tives.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.