La Com­mis­sion d’en­quête sur Mus­krat Falls et nous

Le Gaboteur - - NEWS - Ja­cinthe Trem­blay

Vous sui­viez la Com­mis­sion d'en­quête sur le pro­jet hy­dro­élec­trique de Mus­krat Falls? Si vous n'avez pas lu ses mil­liers de pages de do­cu­ments mis en ligne pra­ti­que­ment chaque jour et que vous n'êtes pas ri­vé à ses Web­casts pour en­tendre les té­moins en di­rect, vous êtes un être hu­main nor­mal.

Néan­moins, il s'y passe quelque chose qui nous concerne tous, ci­toyennes et ci­toyens de cette pro­vince, et qui oblige Le Ga­bo­teur à s'y in­té­res­ser, au moins de du Pu­blic Uti­li­ty Board (PUB) et l'avo­cat Ron Pen­ney, an­cien haut fonc­tion­naire à la Ville de St. John's et au gou­ver­ne­ment de Terre-Neuve-etLa­bra­dor. Les deux hommes ont ou­ver­te­ment ques­tion­né et cri­ti­qué ce pro­jet avant et de­puis sa sanc­tion. Ils ont été qua­li­fiés de Nay Sayers.

Qu'est-ce qu'un Nay Sayer? Le Lin­guee en ligne pro­pose plu­sieurs tra­duc­tions fran­çaises. Nous n'en re­tien­drons que deux : dé­fai­tiste et ra­bat-joie. juge Ri­chard Le­Blanc, c'est que de nom­breux Nay Sayers, comme Var­dy et Pen­ney, qui avaient don­né leur avis pu­bli­que­ment au risque d'être trai­nés dans la boue, avaient vu juste. Mais c'est sur­tout qu'ils étaient loin d'être les seuls à avoir de sé­rieuses craintes de dé­ra­page.

C'était no­tam­ment le cas de fonc­tion­naires pro­vin­ciaux et d'in­gé­nieurs d'ex­pé­rience tra­vaillant sur le pro­jet mais à la dif­fé­rence des Nay Sayers, ils réelle écoute, on en se­rait ar­ri­vé à de meilleures so­lu­tions éco­lo­giques et éco­no­miques.

De­voir de pa­role et d’écoute

La construc­tion d'une école neuve in­té­grant des lo­caux com­mu­nau­taires dans la ré­gion de la ca­pi­tale est, de loin, le plus im­por­tant pro­jet de la fran­co­pho­nie pro­vin­ciale de­puis des dé­cen­nies. Le conseil d'ad­mi­nis­tra­tion du CSFP et sa di­rec­tion planchent corps et âme pour faire avan­cer le pro­jet, avec le sou­tien d'ex­perts. C'est leur res­pon­sa­bi­li­té.

Or, mal­gré trois ren­contres pu­bliques or­ga­ni­sées par le CSFP en juin et oc­tobre der­niers, très peu de pa­rents se sont ex­pri­més sur le pro­jet, alors qu'ils sont les dé­ci­deurs ul­times du choix de l'école de leurs en­fants. Le per­son­nel en­sei­gnant, qui connaît bien la réa­li­té des élèves et éga­le­ment des pa­rents, semble aus­si à l'écart des ré­flexions.

Tout ce beau monde n'en pense pas moins. Tout ce beau monde de­vrait dire tout haut, res­pec­tueu­se­ment et cal­me­ment, ce qu'il pense tout bas. Et comme l'a si bien ré­su­mé le groupe qué­bé­cois Har­mo­nium, à qui un hom­mage émou­vant a été ren­du au plus ré­cent ga­la de l'ADISQ dif­fu­sé sur les ondes de Ra­dio-Ca­na­da : « On a mis quel­qu'un au monde, on de­vrait peut-être l'écouter ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.