DANS LA LU­MIÈRE DE FRANK LLOYD WRIGHT

Le Journal de Montreal - CASA - - CASA - CHRIS­TIAN LA­VIGNE Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Né en 1867 et mort en 1959, à l’âge de 92 ans, Frank Lloyd Wright, l’un des plus cé­lèbres ar­chi­tectes amé­ri­cains, a pro­fon­dé­ment mar­qué le dé­ve­lop­pe­ment de l’ar­chi­tec­ture résidentielle, dans le Mid­west des États-Unis. Éven­tuel­le­ment, sa vi­sion « or­ga­nique » de l’ha­bi­ta­tion hu­maine, en sym­biose avec la na­ture am­biante et res­pec­tueuse du style de vie de la so­cié­té, a es­sai­mé à la gran­deur de l’Amé­rique, comme un mou­ve­ment dont s’ins­pirent en­core au­jourd’hui de jeunes ar­chi­tectes contem­po­rains.

LA RÉ­SI­DENCE DE LA VAL­LÉE DU PARC

Comme le re­con­naît le ca­bi­net d’ar­chi­tectes Che­va­lier Mo­rales dans son com­mu­ni­qué, la Ré­si­dence de la Val­lée du Parc, im­plan­tée au creux d’une val­lée bu­co­lique en Mau­ri­cie, est « ins­pi­rée à l’ori­gine par une re­lec­ture du tra­vail de l’ar­chi­tecte amé­ri­cain Frank Lloyd Wright ». En ef­fet, « le plan de la mai­son est mo­du­lé par l’in­ser­tion étu­diée de plu­sieurs ter­rasses et sa re­la­tion à l’au­to­mo­bile. De loin, l’oeil re­marque sur­tout la toi­ture étran­ge­ment an­gu­lée qui éta­blit une ré­ci­pro­ci­té géo­mé­trique avec les col­lines des en­vi­rons ».

L’IN­FLUENCE DE FRANK LLOYD WRIGHT

Le site même de la mai­son fut le lieu de tour­nage prin­ci­pal des scènes ex­té­rieures des Filles de Ca­leb, une sé­rie té­lé­vi­sée des an­nées 1990 ins­pi­rée du ro­man d’Ar­lette Cous­ture.

Vues im­pre­nables, col­lines on­doyantes, granges an­ces­trales et flore sau­vage : chaque as­pect du lieu ra­me­nait constam­ment les ar­chi­tectes au po­pu­laire ré­cit fic­tion­nel cam­pé au dé­but du 20e siècle, en plein coeur du Qué­bec ru­ral.

« En contem­plant ce pay­sage bu­co­lique, presque ir­réel, les ar­chi­tectes se sont na­tu­rel­le­ment tour­nés vers l’oeuvre de Frank Lloyd Wright. En par­ti­cu­lier pour les im­por­tantes connexions vi­suelles qu’il a constam­ment éta­blies entre les es­paces in­té­rieurs et ex­té­rieurs au sein de ses pro­jets ré­si­den­tiels ico­niques. »

UN MAN­DAT D’UNE GRANDE AM­PLEUR

L’ho­ri­zon­ta­li­té de la mai­son est créée par l’am­pleur du pro­gramme – six chambres, deux salles fa­mi­liales, quatre salles de bain et trois es­paces de ga­rage –, prin­ci­pa­le­ment dis­tri­bué au rez-de-chaus­sée.

POUR FI­NIR : LA LU­MIÈRE

La mai­son s’ancre sur le site à tra­vers dif­fé­rentes ter­rasses qui se pro­jettent di­rec­te­ment dans la val­lée.

La prin­ci­pale as­pire le pay­sage au coeur de la mai­son pour of­frir un jar­din in­time aux pro­prié­taires. Cette idée d’un jar­din dé­fi­ni par l’ar­chi­tec­ture de la mai­son est ins­pi­rée di­rec­te­ment par les mai­sons de Wright.

RÉ­SI­DENCE DE LA VAL­LÉE DU PARC 2

3

1

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.