JEAN-FRAN­ÇOIS BREAU COMME UN POIS­SON DANS L’EAU Jean-Fran­çois Breau a fait beau­coup de té­lé­vi­sion (Un air de fa­mille, C’est ma toune, Les échan­gistes), mais La guerre des clans consti­tue sa pre­mière ex­pé­rience d’ani­ma­tion en so­lo. Le dé­but de celle-ci, ce

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - MA­RIE-JO­SÉE R. ROY

« Je sa­vais que j’ado­rais l’émis­sion, que j’al­lais ai­mer la faire, mais une si grande quan­ti­té de tour­nages dans une si courte pé­riode temps, je n’avais ja­mais fait ça, a ex­pli­qué l’ani­ma­teur, en en­tre­vue. Mais ç’a été en­core plus agréable que je pen­sais. » Le rythme des en­re­gis­tre­ments de

La guerre des clans est, de fait, as­sez ef­fré­né : jus­qu’à six tranches de 30 mi­nutes peuvent être fil­mées en une seule jour­née, la fin de se­maine, de­vant pu­blic, dans un grand lo­cal des stu­dios Ci­né­pool, à LaSalle.

« J’ai eu des an­goisses avant de com­men­cer à tour­ner, a pré­ci­sé Jean-Fran­çois Breau. Mais dès que j’ai com­men­cé à en­re­gis­trer, j’ai com­pris que j’étais comme un pois­son dans l’eau sur ce pla­teau. Le jeu, les fa­milles, la ta­qui­ne­rie, ça me res­semble. J’ai beau­coup ap­pris de Jean-Fran­çois Ba­ril et Luc Se­nay, mais j’ai aus­si beau­coup re­gar­dé les autres ver­sions de l’émis­sion par­tout à tra­vers le monde. Steve Har­vey, l’ani­ma­teur du for­mat ori­gi­nal amé­ri­cain,

Fa­mi­ly Feud, est l’une de mes idoles dans la vie. »

« Cette émis­sion me tient beau­coup à coeur, et j’ai as­sez de plai­sir à faire ça pour es­pé­rer le faire en­core 10 ans. »

AN­GOISSES DE PA­PA

Jean-Fran­çois Breau ex­ploite aus­si sa pas­sion de la com­mu­ni­ca­tion au mi­cro de Rythme FM, où il rem­place Sté­phane Bel­la­vance à la barre de Bon­jour Mont­réal, en se­maine, de 5 h 30 à 8 h 15. Sa case ho­raire est à l’op­po­sé de celle de son amou­reuse, Ma­rie-Ève Jan­vier, qui of­fi­cie aux com­mandes de L’in­croyable re­tour, en fin d’après-mi­di, au­près de Sé­bas­tien Be­noît et d’Alexandre Bar­rette.

« À la ra­dio, c’est mon propre ton. Je n’ai pas la science in­fuse sur rien, j’ai be­soin de me faire ex­pli­quer des choses bien ba­siques, et je ne me prends pas au sé­rieux trop sou­vent. Avec les an­nées, mon rap­port avec le pu­blic s’est pré­ci­sé. Les gens savent que je suis un homme bla­gueur, près de sa fa­mille, émo­tif », a dit le qua­dra­gé­naire, de plus en plus conscien­ti­sé de­puis qu’il est père.

« Je m’in­té­resse plus à la po­li­tique, parce que je com­prends que, seul, on ne peut pas ac­com­plir grand-chose. Il faut être ca­pable d’avoir une in­fluence sur les di­ri­geants. Je fonde beau­coup d’es­poir dans le re­tour du com­mu­nau­taire ; moi, j’ai été éle­vé au Nou­veau-Bruns­wick, dans une rue avec mes cou­sins et cou­sines, où tout le monde se connais­sait. Je cherche des so­lu­tions. Mes an­goisses de jeu­nesse de­viennent des an­goisses de pa­pa. »

De plus, du 12 au 16 fé­vrier, Jean-Fran­çois Breau re­noue­ra avec la co­mé­die mu­si­cale, dans le spec­tacle Don Juan

sym­pho­nique, à la Mai­son sym­pho­nique. AD{JDM2199526}

L’ani­ma­teur de La guerre des clans, Jean-Fran­çois Breau, se­ra de re­tour pour une deuxième sai­son en 2019

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.