LA NOU­VELLE VOIE DE GE­NE­VIÈVE LE­CLERC

Nou­velle éti­quette, nou­velle équipe, nou­velle di­rec­tion. Après avoir dé­ployé son Port­fo­lio en 2017, Ge­ne­viève Le­clerc se dé­voile en­core plus au­jourd’hui avec Celle que je suis ,un deuxième opus « as­su­mé à 100 % ».

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - BRU­NO LA­POINTE Le Jour­nal de Mont­réal bru­no.la­pointe @que­be­cor­me­dia.com

Ceux qui ont dé­cou­vert Ge­ne­viève Le­clerc lors de son pas­sage à La Voix re­con­naî­tront ra­pi­de­ment l’uni­vers de l’in­ter­prète avec Celle que je suis ,un nou­vel opus beau­coup plus théâ­tral que le pré­cé­dent, ar­ri­vé dans les bacs hier.

Pour ce faire, elle a re­noué avec le réa­li­sa­teur Blair Thomp­son qu’elle a ren­con­tré sur les bancs d’école il y a plu­sieurs an­nées.

« Je vou­lais m’en­tou­rer de gens qui connaissent mon par­cours. Blair, il m’a vue plus en théâtre qu’en chant, alors l’ap­proche était com­plè­te­ment dif­fé­rente », avance Ge­ne­viève Le­clerc.

DES CHOIX ASSUMÉS

À l’ins­tar de son Port­fo­lio, Ge­ne­viève Le­clerc a choi­si d’of­frir avec Celle que je

suis un al­bum ma­jo­ri­tai­re­ment com­po­sé de re­prises, cette fois-ci em­prun­tées aux ré­per­toires de Ma­rio Pel­chat, Dan Bi­gras, John­ny Hal­ly­day et autres Da­li­da. Et elle as­sume com­plè­te­ment son choix d’y ser­vir plu­sieurs re­lec­tures.

« Je suis une in­ter­prète. C’est comme les co­mé­diennes qui jouent dans Les

Belles-soeurs en ce mo­ment. Elles le savent que les per­son­nages de Ger­maine, Rose et Pier­rette ont dé­jà été joués plein de fois avant. Et c’est cor­rect », avance-t-elle.

« Et à l’ère où on est, les gens sont constam­ment bom­bar­dés de nou­velles in­for­ma­tions. Avec ces re­lec­tures, je leur pro­pose quelque chose de fa­mi­lier, quelque chose qu’ils connaissent dé­jà, mais ser­vi à ma ma­nière. À par­tir de ce mo­ment-là, mon tra­vail à moi est de réus­sir à les émou­voir, à leur faire vivre quelque chose de dif­fé­rent », ajoute-t-elle.

UNE VOIX POUR LA COM­MU­NAU­TÉ LGBT

Les fans pour­ront tout de même dé­cou­vrir sur Celle que je suis quatre chan­sons ori­gi­nales. Une d’entre elles est dé­diée à son père, dé­cé­dé l’été der­nier, et une autre a été écrite spé­cia­le­ment pour illus­trer sa re­la­tion avec son épouse Geor­gi­na. La chan­teuse n’a d’ailleurs ja­mais ca­ché son ho­mo­sexua­li­té, s’af­fi­chant au bras de sa conjointe de­puis sa pre­mière ap­pa­ri­tion à La

Voix, en 2016. Les mé­lo­manes re­mar­que­ront éga­le­ment que la chan­son I (Who Have

No­thing), ser­vie d’en­trée de jeu, a été lé­gè­re­ment adap­tée de ma­nière à in­di­quer clai­re­ment qu’il s’agit d’un tri­angle amou­reux en­tiè­re­ment fé­mi­nin.

UN DÉ­TAIL IM­POR­TANT POUR LA CHAN­TEUSE

« Au dé­part, Shir­ley Bas­sey a fait une ver­sion où une femme chante à un homme. Puis, Tom Jones a fait celle où un homme chante à une femme. Je me suis dit qu’il était temps d’en faire une ver­sion ho­mo­sexuelle », ex­plique Ge­ne­viève Le­clerc.

« On a en­core du tra­vail à faire au ni­veau de l’ac­cep­ta­tion de la com­mu­nau­té LGBT. Et, se­lon moi, quand tu as une pla­te­forme mé­dia­tique, tu as un de­voir de faire avan­cer les choses dans la bonne di­rec­tion. Il y a beau­coup d’ar­tistes qui tiennent ab­so­lu­ment à ce que leur vie pri­vée de­meure se­crète. Mais si tu n’es pas ca­pable de por­ter fiè­re­ment le flam­beau de qui tu es, quel genre de mes­sage tu en­voies aux jeunes ? », conclut-elle. L’al­bum Celle que je suis est en vente main­te­nant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.