LE WEEK-END CULTU­REL DE...

MESSMER

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - LOUISE BOUR­BON­NAIS

Quel est le pro­chain spec­tacle que vous irez voir ? J’ai­me­rais voir ce­lui de Luc Lan­ge­vin, Main­te­nant de­main, que je n’ai pas en­core eu la chance de voir. Ses spec­tacles d’illu­sion m’ont tou­jours ins­pi­ré. C’est quel­qu’un que je connais bien, j’ai as­sis­té à son pré­cé­dent spec­tacle que j’ai beau­coup ai­mé et j’ai même par­ti­ci­pé à l’un des tour­nages de son émis­sion. L’illu­sion­niste qui ren­contre l’hyp­no­ti­seur de­vrait être quelque chose d’as­sez mé­mo­rable. J’ai vrai­ment hâte de prendre du temps pour al­ler le voir sur scène. Si­non, il ne faut pas man­quer mon spec­tacle, pour pas­ser un mo­ment amu­sant et avoir du plai­sir. C’est Hy­per­sen­so­riel ! Quel est le film que vous ne vou­lez pas man­quer ?

Je veux ab­so­lu­ment voir le film Une étoile est née ,de Brad­ley Coo­per avec La­dy Ga­ga. C’est ap­pa­rem­ment très bon. Ma mère est al­lée le voir et elle m’a ra­con­té avoir ver­sé une larme à la fin. Ça pour­rait me tou­cher aus­si, je suis as­sez près de mes émo­tions, je suis un homme de com­pas­sion, j’ai de l’em­pa­thie en­vers les autres et je peux res­sen­tir leurs émo­tions.

Quelle est l’ex­po­si­tion qui sus­cite votre in­té­rêt ?

Je suis très in­té­res­sé par l’ex­po­si­tion Un in­ven­teur ra­di­cal, d’Alexan­der Cal­der au Mu­sée des beaux-arts de Mon­tréal. En plus d’être un ar­tiste sculp­teur, c’est à lui que l’on doit l’in­ven­tion du mo­bile. C’est aus­si lui qui a conçu la sculp­ture mo­nu­men­tale Trois disques à l’Ex­po 67. L’ex­po­si­tion, qui a lieu jus­qu’au 24 fé­vrier pro­chain, compte 150 oeuvres.

Quelle est la sé­rie té­lé que vous ai­mez suivre ?

Dif­fi­cile de n’en nom­mer qu’une. Je suis un fan de la té­lé­vi­sion qué­bé­coise. Je re­garde entre autres, O’, Uni­té 9,

Dis­trict 31. Lorsque je suis en tour­née en Eu­rope et que je

m’en­nuie du Qué­bec, je vi­sionne des sé­ries qué­bé­coises. C’est avec la sé­rie O’ que j’ai vrai­ment dé­cou­vert l’ac­teur Guy Na­don, qui est ex­cellent dans tout ce qu’il fait. Qu’il soit sym­pa­thique ou ar­ro­gant dans son jeu, on peut res­sen­tir son émo­tion même as­sis dans notre sa­lon. D’ailleurs, tous les co­mé­diens dans cette émis­sion ont leurs forces. Qui dans le mi­lieu ar­tis­tique vous a ins­pi­ré dans votre car­rière ? Lorsque j’ai com­men­cé à faire des spec­tacles vers l’âge de 16 ans, j’ai été ins­pi­ré par l’hyp­no­ti­seur Do­mi­neau. Lors­qu’il a ter­mi­né sa car­rière et que j’ai com­men­cé la mienne, il était l’hyp­no­ti­seur le plus po­pu­laire au Qué­bec. En plus d’avoir été ma source d’ins­pi­ra­tion, j’ai eu la chance de lui par­ler après un spec­tacle au Centre Paul-Sau­vé lorsque j’étais ado­les­cent. Il était aus­si l’in­vi­té prin­ci­pal chaque an­née au Sa­lon des sciences oc­cultes. C’est grâce à lui que j’ai réa­li­sé que l’on pou­vait faire des spec­tacles d’hyp­nose et même ga­gner sa vie avec ça. C’était si­gni­fi­ca­tif, car je pra­ti­quais dé­jà l’hyp­nose de­puis l’âge de 7 ans.

Luc Lan­ge­vin et Guy Na­don spec­tacle dans la sé­rie O’son Main­te­nant de­main BdeV Une étoile est née Un in­ven­teur ra­di­cal Guy Na­don dans la sé­rie O’

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.