TROIS CHAN­SONS COM­MEN­TÉES

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

Le Jour­nal a de­man­dé à Jim Cor­co­ran d’ex­pli­quer les his­toires der­rière trois chan­sons de la com­pi­la­tion.

C’EST POUR ÇA QUE JE T’AIME

« Je me sou­viens avoir écrit le texte chez moi et m’être beau­coup amu­sé. Quand j’ai en­re­gis­tré la chan­son, je de­vais avoir le texte de­vant moi, car c’était trop dur à mé­mo­ri­ser. On m’a en­suite de­man­dé d’al­ler jouer la chan­son à la té­lé et chaque fois, j’avais la trouille avec le texte ! J’ai par­fois in­ver­sé des verbes, mais per­sonne ne s’en est ren­du compte (rires). »

TON AMOUR EST TROP LOURD

« Dans les an­nées 1980, une jeune femme qué­bé­coise qui n’avait pas en­core fait son pre­mier disque m’avait de­man­dé une chan­son. C’était Joe Bo­can. J’avais dé­ci­dé d’écrire quelque chose avec de la gueule. Joe avait beau­coup ai­mé la chan­son. Mais elle avait dé­ci­dé de faire son al­bum avec Ger­main Gau­thier, qui lui, avait choi­si d’y al­ler avec toutes ses chan­sons. Je l’ai fi­na­le­ment en­re­gis­trée pour moi. Et c’est l’un de mes plus grands suc­cès. Je vou­drais re­mer­cier Joe d’avoir dit non ! »

ÉLOGE DE LA PAGE BLANCHE

En par­lant avec Mi­chel Bé­lan­ger, je lui ai dit qu’il y avait des chan­sons qu’on écri­vait et en­re­gis­trait par­fois vite. Et des an­nées plus tard, on s’aper­ce­vait qu’on les chan­tait main­te­nant mieux que la pre­mière fois. C’était le cas avec Éloge de la page blanche. Cette fois-ci, j’ai vou­lu la re­prendre avec un pia­no clas­sique, joué par Ju­lie Thé­riault. À la fin, j’ai dit à Mi­chel que cette chan­son-là ne se­rait dif­fu­sée nulle part. Il m’a dit que les gens al­laient en par­ler et que de nos jours, ça suf­fi­sait. Il a ajou­té : “De toute fa­çon, Jim, au­jourd’hui, les disques ne se vendent plus. Aus­si bien faire la mu­sique qu’on aime. ” Ça m’a tou­ché. J’es­père que j’ai tou­jours fait la mu­sique que j’aime. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.