RE­TRAITE PAI­SIBLE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - MA­RIE-JO­SÉE R. ROY Agence QMI

Aus­si in­con­ce­vable que ce­la puisse pa­raître aux yeux de plu­sieurs – quan­ti­té de ses col­lègues s’en sont dé­so­lés pu­bli­que­ment, d’ailleurs –, Mi­chel Cô­té est main­te­nant à la re­traite.

L’ac­teur avait scan­dé pen­dant la tour­née de pro­mo­tion de De père en flic 2 ,en 2017, qu’il sou­hai­tait ces­ser ses ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles, et il tient pa­role.

« Ma re­traite, c’est de voir mes pe­tit­sen­fants, de faire du sport. Vé­ro­nique [Le Fla­guais, sa conjointe, NDLR] et moi, on voyage. On est al­lés en Scan­di­na­vie au mois de sep­tembre. On pro­fite de la vie. Et je me de­mande com­ment je fe­rais pour tra­vailler tel­le­ment je suis oc­cu­pé ! », ré­sume l’homme de 68 ans.

À l’ins­tar de son par­te­naire de vie, Vé­ro­nique Le Fla­guais com­mence elle aus­si à mettre la pé­dale douce sur le bou­lot. Elle vient de ter­mi­ner le tour­nage de Men­teur, nou­veau film d’Émile Gau­dreault (De père en flic 1et2, Le vrai du faux, Le sens de l’hu­mour), qui sor­ti­ra en salle le 10 juillet 2019, et dans le­quel elle prête ses traits à la mère du per­son­nage de Louis-Jo­sé Houde. Elle joue­ra peut-être aus­si au théâtre dans la pro­chaine an­née.

Mais « elle ne veut pas tra­vailler beau­coup non plus », pré­cise Mi­chel Cô­té.

Le couple consacre par ailleurs beau­coup de temps à ses trois pe­tits-en­fants de sept ans, deux ans et de­mi et quatre mois. « On les voit sou­vent, deux ou trois fois par se­maine », in­dique le fier grand-pa­pa.

Le pou­pon, Fran­çoise, est la fillette de leur fils, Maxime Le Fla­guais, et son amou­reuse, Caroline Dha­ver­nas, née en sep­tembre.

RÔLE EX­CEP­TION­NEL

S’il conti­nue à faire des ap­pa­ri­tions au bras de sa douce dans les ren­dez-vous mon­dains et à par­ti­ci­per à des évé­ne­ments de presse lorsque sa pré­sence est re­quise – comme au dé­but no­vembre, lors­qu’il a été an­non­cé que Be­noît Brière, Luc Gué­rin et Mar­tin Drain­ville re­pren­dront le flam­beau de Broue –, Mi­chel Cô­té est ca­té­go­rique : les agendas trop noir­cis d’en­ga­ge­ments, c’est fi­ni pour lui.

« Ça va prendre un scé­na­rio et un rôle ex­cep­tion­nels pour me sor­tir de ma re­traite », argue-t-il.

« J’ai 68 ans, j’ai des pe­tits-en­fants, j’aime ma vie ac­tuel­le­ment, et ça ne me tente pas de tra­vailler pour tra­vailler. J’ai économisé, et je n’ai pas be­soin de plus que ce que j’ai. Si on m’offre un rôle qui, vrai­ment, va m’em­me­ner ailleurs, dans un très bon scé­na­rio, dans le genre de C.R.A.Z.Y. – mais dif­fé­rent, parce que je ne veux pas re­faire ce que j’ai dé­jà fait, et j’en ai fait beau­coup –, je vais ac­cep­ter avec plai­sir. Si ce n’est pas au mois de jan­vier », pré­cise Mi­chel Cô­té en riant.

BROUE RE­VIT

Dans les cir­cons­tances, Mi­chel Cô­té est plus qu’heu­reux de cé­der sa place sous les pro­jec­teurs à d’autres ta­lents. En juin pro­chain, il se fe­ra un bon­heur d’al­ler ap­plau­dir Be­noît Brière, Luc Gué­rin et Mar­tin Drain­ville dans leur re­lec­ture de Broue.

Avec sa compagnie de pro­duc­tion, Mé­nage à trois, le trio a ac­quis les droits de la pièce et doit, pour l’ins­tant, la pré­sen­ter à Ter­re­bonne, Qué­bec et Ga­ti­neau, dans une ver­sion à peine re­tou­chée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.