LES IN­QUIÉ­TANTS SE­CRETS D’UNE VILLE PER­DUE

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES WEEKEND - MA­RIE-FRANCE BORNAIS

Dans un long road trip où les grandes éten­dues sau­vages du SudOuest amé­ri­cain servent de dé­cor à un ro­man dé­ca­pant, pas­sant du sur­na­tu­rel à l’in­ex­pli­qué, l’écri­vain loui­sia­nais Ro­bert Jack­son Ben­nett in­vite les lec­teurs à per­cer les se­crets de l’étrange ville de Wink, dans Ame­ri­can El­sew­here.

La pe­tite ville du Nou­veau-Mexique a l’air par­faite sous la lune : ses rues calmes sont bor­dées de belles pe­tites mai­sons, et tout semble par­fai­te­ment en ordre. Mais en réa­li­té, ces mai­sons cachent des choses étranges. Et Wink ne fi­gure sur au­cune carte.

BIEN DES SE­CRETS

Mo­na Bright, une ex-po­li­cière, s’ins­talle à Wink après avoir hé­ri­té de la vieille Dodge Char­ger d’un rouge écla­tant de son père et de la mai­son de sa mère, dis­pa­rue de­puis plu­sieurs an­nées. In­tri­guée par ce qu’elle ob­serve, elle dé­cide d’en­quê­ter sur le pas­sé de sa mère, et par­ti­cu­liè­re­ment sur son dé­cès. Et plus elle cherche, plus elle trouve que les ha­bi­tants bi­zarres de Wink ont l’air de ca­cher bien des se­crets.

Ro­bert Jack­son Ben­nett joue avec les codes du sur­na­tu­rel, de l’in­ex­pli­qué et du fan­tas­tique dans ce ro­man consi­dé­ré comme son chef d’oeuvre. En en­tre­vue, il ex­plique com­ment ce livre s’est construit par étapes, pas­sant d’une his­toire de dieux et de monstres se dé­rou­lant en Nou­velle-An­gle­terre (qui ne le sa­tis­fai­sait pas) à une autre cam­pée dans les zones dé­ser­tiques du Sud-Ouest amé­ri­cain.

« Je suis al­lé au Nou­veau-Mexique avec ma fa­mille. Je n’avais ja­mais été dans l’Ouest, dans le dé­sert. Donc nous sommes al­lés à San­ta Fe. C’est un en­vi­ron­ne­ment très in­té­res­sant. J’étais dans les mon­tagnes, dans une mai­son de style pue­blo. Et puis un orage est sur­ve­nu. »

« Je me suis dit : ce se­rait in­té­res­sant de re­pla­cer mon his­toire ici. Au Nou­veau-Mexique, l’en­droit où la bombe ato­mique est née, ça me sem­blait na­tu­rel de créer une his­toire où on trou­ve­rait un la­bo­ra­toire. Je pou­vais pla­cer une ville qui au­rait été ex­pro­priée par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral pour éla­bo­rer la bombe. » Son idée a fonc­tion­né, et il a construit son ro­man à par­tir de là. Pour que le lec­teur bas­cule fa­ci­le­ment dans le sur­na­tu­rel, Ro­bert Jack­son Ben­nett ex­plique qu’il doit len­te­ment four­nir des in­dices, de ma­nière à ce qu’on s’ha­bi­tue à voir les per­son­nages aux prises avec des si­tua­tions étranges. « C’est un peu comme le re­quin dans Jaws : tout se passe à l’ex­té­rieur de l’écran. »

EN MARGE DE LA SO­CIÉ­TÉ

Le per­son­nage de Mo­na Bright, une jeune femme qui fi­nit par en sa­voir trop, est par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sant. « J’avais lu l’his­toire d’une au­tos­top­peuse qui al­lait de pe­tits bou­lots en pe­tits bou­lots. Elle ra­con­tait, par exemple, com­ment elle se la­vait dans les toi­lettes des sta­tions-ser­vice et vo­lait du sa­von. J’ai­mais bien l’idée d’un per­son­nage qui vi­vait en marge de la so­cié­té. »

Il a créé Mo­na, l’ex-po­li­cière, en consé­quence. « Au dé­but de l’his­toire, Mo­na est bri­sée, et elle est pas­sa­ble­ment à la dé­rive. Je vou­lais que son déses­poir prenne toute la place. Elle res­semble presque à un fan­tôme, au dé­but. »

« Je l’ai vou­lue comme ce­la, en par­tie parce que l’ouest du Texas, où je suis al­lé, est rem­pli de sta­tions-ser­vice, de haltes rou­tières, de plates-formes de fo­rage aban­don­nées. C’est vide, dé­so­lé. »

« Ce n’est pas un pay­sage de déses­poir, mais je vou­lais que le per­son­nage tra­verse une ré­gion qui sem­blait comme ce­la. Son état d’es­prit cor­res­pond en quelque sorte à la ré­gion ouest du Texas que je dé­cris, très iso­lée, plate, ven­teuse et très froide, la nuit. »

AME­RI­CAN EL­SEW­HERE Ro­bert Jack­son Ben­nett Édi­tions Al­bin Mi­chel en­vi­ron 700 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.