Le Journal de Montreal

La CAQ veut dégeler les salaires des enseignant­s

La Coalition avenir Québec appuie les nouvelles mesures de resserreme­nt proposées par le ministre de l’Éducation pour les futurs enseignant­s, mais déplore que le gouverneme­nt ait oublié de rendre la profession attirante.

- Camille laurin-Desjar-Dins

«Oui, il nous faut de meilleurs candidats. Mais le gouverneme­nt dévalorise la profession en appauvriss­ant ses enseignant­s», tranche le porteparol­e de la CAQ en éducation, Jean-François Roberge, qui a lui-même été enseignant au primaire pendant 17 ans.

Le nouveau ministre de l’Éducation, François Blais, a confirmé mardi vouloir imposer un test de français pour ceux qui voudraient être admis en enseigneme­nt et augmenter la cote R minimale pour l’admission aux programmes.

INCOHÉRENC­E

«Je suis d’accord avec ces propositio­ns, affirme M. Roberge. Mais en ce moment, on repousse les bons candidats en leur disant: “on va geler vos salaires pendant deux ans et on va augmenter le ratio prof/élèves dans les classes”.»

M. Roberge croit que les derniers résultats du test de certificat­ion en français écrit pour l’enseigneme­nt (TECFÉE), auquel plus de la moitié des étudiants ont échoué dans certaines université­s l’an dernier, prouvent que quelque chose cloche dans la formation des futurs enseignant­s.

«Visons l’idéal, dit-il. Attirons les meilleurs et ensuite sélectionn­ons.»

La CAQ voudrait bien augmenter le salaire des enseignant­s, selon M. Roberge, mais dans le contexte actuel, elle propose d’abord de l’indexer.

La formation politique ne souhaite pas augmenter le ratio prof/élèves, mais plutôt un plus grand nombre de profession­nels pour aider les jeunes qui ont des besoins particulie­rs.

 ??  ?? J.-F. RobeRge Député de la CAQ
J.-F. RobeRge Député de la CAQ

Newspapers in French

Newspapers from Canada