Le Journal de Montreal

L’emploi au neutre en 2014

-

AGENCE QMI | Le bilan 2014 de l’emploi au Québec révèle qu’il ne s’est créé aucun emploi l’an dernier. Même qu’un peu plus de 1000 emplois ont été perdus.

C’est ce que révèle le bilan annuel du marché du travail publié hier par l’Institut de la statistiqu­e du Québec (ISQ).

Avec une perte nette de 1100 emplois, l’Institut de la statistiqu­e du Québec considère que le marché de l’emploi est demeuré «assez stable» en 2014. Tout de même, ce très léger recul (-0,03 %) contraste fortement avec la création de 47 800 emplois (1,2 %) observée en 2013 et de 30 800 emplois (0,8 %) l’année précédente.

En 2014, l’économie québécoise comptait 4 059 700 personnes au travail. La stabilité de l’emploi fait suite à quatre années de croissance après la récession de 2009.

EN HAUSSE CHEZ LES FEMMES

L’ISQ indique que le nombre d’emplois chez les hommes a régressé de 16 400 alors qu’il a progressé de 15 500 chez les femmes. Les emplois chez les 15-54 ans ont régressé (-34 800), alors que chez les 55 ans et plus, ils ont augmenté de 33 800. Le taux d’emploi (31,2 %) de ces derniers atteint d’ailleurs son plus haut niveau depuis 1976.

En 2014, 568 400 personnes immigrante­s occupaient un emploi au Québec, cela représente 19 800 de plus qu’en 2013.

MONTRÉAL Y GOÛTE

L’organisme note que la région de Montréal a été la grande perdante sur le plan de l’emploi, avec une destructio­n de 16 000 emplois.

La situation contraste avec 2013, alors qu’on y dénombrait 28 000 emplois de plus.

Par contre, la Mauricie se démarque en termes de croissance d’emplois, avec un gain de 5,1 % ou 5600 emplois, alors que la Montérégie a enregistré la hausse absolue la plus élevée (16 100).

L’emploi est demeuré à peu stable dans les régions de l’Estrie, de Lanaudière, du Centre-du-Québec, en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, en Abitibi- Témiscamin­gue, en Outaouais, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et dans celle de la Capitale-Nationale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada