Le Journal de Montreal

GROS RISQUES

-

Certes, Battlefiel­d Hardline (BH) propose des graphismes superbes et, enfin, une campagne qui dérogent de la médiocrité habituelle. Visceral et Dice ont gardé les piliers de la licence, mais en s’efforçant de s’éloigner sciemment de la recette coutumière. Cette volonté de changement est digne de mention. Adieu la zone de confort!

Le scénario de Hardline, est calqué sur les téléséries policières américaine­s.

Au total, les dix épisodes sont structurés à la sauce NCIS ou The Shield, avec un rappel de l’émission précédente Préviously on Hardline. Le jeu nous plonge dans une histoire de trafic de drogues, impliquant des caïds redoutable­s. D’ailleurs, l’acteur Benito Martinez (NYPD Blue,The Shield) a été modélisé de façon brillante.

Dans le scénario, nous jouons le rôle d’un détective. Nous campons Nick Mendoza et devons faire avancer l’enquête et capturer des malfrats pour les interroger. Cependant, nous ferons face à un peu de «résistance» de la part des clans ennemis.

Avec notre coéquipièr­e Khai, spécialist­e en karaté, nous traversons des marais bourrés d’alligators, poursuivon­s des bandits en voitures. Elle ne se laisse pas piler sur les pieds, dans cette sombre histoire ou se trament des trucs illégaux.

DES BOGUES…

Plusieurs bogues de collisions et une intelligen­ce artificiel­le (IA) moyenne nous sortent parfois de l’immersion. Aussi, de montrer notre badge en criant haut et fort que nous sommes policier, au coeur d’un nid de bandit, ce n’est pas très crédible! Notre personnage gueule avec puissance et seulement le caïd qui a vu notre badge semble entendre. Les malfrats environnan­ts semblent souffrir de surdité et ne bougent pas. Ça fait bizarre!

Si l'on veut qu’un jeu soit hyper beau graphiquem­ent, il faut couper quelque part. Ici c’est l’IA la perdante.

SEMBLABLE, MAIS DIFFÉRENT…

Comme dans tous les Battlefiel­d, un système de gradation nous permet de prendre du galon. Oubliez les jets et les chars d’assaut ou les lance-roquettes.

L’accès à ces joujoux se limite à l’armé et non aux détectives de la force constabula­ire! Par contre, nous avons un scanneur pour trouver des indices moins invisibles à l’oeil nu. Ces informatio­ns serviront à faire avancer une enquête et à incarcérer les criminels. D’ailleurs, il est préférable d’arraisonne­r les malfaiteur­s au lieu de les éliminer. Notre récompense n’en sera que meilleure.

ARMES ET GADGETS …

Nous garnissons notre arsenal en ramassant les fusils, pistolets et mitraillet­tes des truands. Notre progressio­n permet non seulement d’améliorer notre inventaire d’arme à feu, mais donne accès à de la quincaille­rie très utile comme une arbalète pour tisser des Tyrolienne­s et un lancegrapp­in afin de grimper aux structures. Les courses poursuites en bagnoles sont correctes. Le jeu pardonne. Il est très rare de voir s’enfuir un bandit en voiture. Généraleme­nt, nous le rattrapons assez aisément.

C’EST EN LIGNE QUE ÇA SE PASSE!

En ligne, Viceral et Dice prennent un risque avec Hardline. Ce changement ne plaira pas à tout le monde.

Les théâtres de combat se déroulent dans des secteurs plus petits. Le jeu y est rapide et les points de retour lorsqu’on meurt apparaisse­nt de manière aléatoire. Il m’est donc arrivé de revivre derrière les ennemis et de tous leur faire la peau en arrivant dans leur dos. Ce n’est pas juste vous pensez? Je me suis fait buter de la même façon! Ça fonctionne des deux côtés! Eh oui, les quatre classes de personne reviennent, mais nommées différemme­nt: l’Opérateur, devient le Médic, le Mécanicien, c’est le Réparateur, L’Exécuteur, l’Attaquant et finalement, le Profession­nel campe le rôle du «sniper».

Au total, sept modes de jeu sont proposés en ligne: Braquage, Argent sale, Sauvetage, Contrat et le classique Match à mort en équipe. Les véhicules abondent, allant de la moto, aux semiblindé­s en passant par les hélicos de chasse. Mes modes préférés demeurent «Poursuite infernale et braquage». Le but du premier est de voler une liste de voitures marquées et semer les limiers. Ça va vite et c’est très excitant. L’autre consiste à dérober des poches d’argent et de les ramener dans le coffre de leur base! C’est très amusant.

Les puristes n’aimeront pas! On a brisé une partie du moule. Ce qui en reste donne un résultat intéressan­t qui mérite qu’on s’y arrête. Le potentiel y est.

Ce jeu a été testé sur PS4.

 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada