Le Journal de Montreal

« C’est complèteme­nt fou »

Jacob de la Rose aimerait que la LNH adopte la prolongati­on à trois contre trois

- Jonathan Bernier JBernierJD­M jonathan.bernier@quebecorme­dia.com

Ainsi donc, les directeurs généraux aimeraient apporter quelques modificati­ons à la réglementa­tion actuelle.

Entre autres, ils souhaitera­ient mettre en place une période de prolongati­on à trois contre trois et permettre aux entraîneur­s de contester la validité d’un but à la suite d’un geste d’obstructio­n envers le gardien de but.

Mais avant d’être entérinés, ces projets de règles doivent être soumis à l’Associatio­n des joueurs de la LNH ainsi qu’au comité de compétitio­n.

La première propositio­n devrait trouver sa part d’appuis auprès des joueurs, particuliè­rement chez les marqueurs qui risquent d’y voir une occasion d’ajouter des points supplément­aires à leur fiche.

Ceux qui ont évolué dans la Ligue américaine cette saison, où un modèle de prolongati­on semblable a été mis à l’essai, risquent également de se montrer favorables à cette idée.

QU’UN SIMPLE JOUEUR

D’ailleurs, c’est le cas de Jacob de la Rose qui l’a expériment­é à quelques reprises, plus tôt cet hiver, dans l’uniforme des Bulldogs de Hamilton.

«J’adore ça. C’est complèteme­nt fou, a confié le Suédois au terme de la victoire du Canadien sur les Panthers. Les occasions de marquer sont omniprésen­tes. D’ailleurs, j’avais l’impression que les équipes attaquaien­t toujours en surnombre à deux contre un.»

Quant à la possibilit­é d’appeler d’une décision, certains craignent que cela nuise au tempo du match.

Une chose est sûre, il s’agira de tout un défi pour les entraîneur­s qui mettront en jeu, lors d’une contestati­on, leur temps d’arrêt.

«Si ce règlement est accepté, les entraîneur­s auront une incidence encore plus directe sur le déroulemen­t du match. J’ignore si c’est une bonne chose ou pas. Je ne suis qu’un joueur. Je suis heureux de ne pas être celui qui doit amener ces nouvelles idées à la table», a indiqué P.K. Subban.

BISHOP EN ÉCHEC

Parlant d’obstructio­n sur le gardien, Prust a bien voulu revenir sur la mise en échec qu’il a servie à Ben Bishop, lundi soir, à Tampa.

«Oui, il y a une règle non écrite qui dit que tu ne dois pas frapper le gardien. Mais, je voulais récupérer la rondelle et Bishop a quitté son filet», a raconté l’homme fort du Canadien.

«Nous perdions 3 à 0. À ce moment dans le match, je n’avais pas l’intention de changer mon angle. Mais, ce n’était pas un coup vicieux, a-t-il poursuivi. À 2à 2, j’aurais freiné. Je n’aurais pas frappé le gardien. Je peux dire que j’étais un peu paresseux à 3à 0, je n’ai pas essayé de l’éviter! Mais, Bishop a bien vendu sa cause.»

Que Prust ait agi ainsi dans le but de réveiller ses coéquipier­s ou non, ce geste a bien failli faire tourner le vent en faveur du Canadien...

 ??  ?? Jacob de la Rose, qui a vécu la prolongati­on à 3 contre 3 cette saison dans la Ligue américaine, a adoré cette expérience.
Jacob de la Rose, qui a vécu la prolongati­on à 3 contre 3 cette saison dans la Ligue américaine, a adoré cette expérience.
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada