Des té­lé­phones éga­rés in­quiètent

Qua­torze in­ci­dents de sé­cu­ri­té im­pli­quant des cel­lu­laires du mi­nis­tère du pre­mier mi­nistre ont été rap­por­tés

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - PATRICK BELLEROSE

QUÉ­BEC | La perte et le vol de plu­sieurs té­lé­phones cel­lu­laires au mi­nis­tère du pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard font craindre des bris de sé­cu­ri­té, se­lon un ex­pert.

En deux ans, le mi­nis­tère du Conseil exé­cu­tif a ré­per­to­rié 14 in­ci­dents en sé­cu­ri­té de l’in­for­ma­tion, se­lon une de­mande d’ac­cès aux do­cu­ments ob­te­nue par Le Jour­nal.

De ce nombre, huit té­lé­phones cel­lu­laires ont été dé­cla­rés per­dus (dont cinq dans la pre­mière moi­tié de 2017), tan­dis qu’un autre a été vo­lé. Des em­ployés ont aus­si rap­por­té la perte d’une ta­blette élec­tro­nique et le vol d’un iPad, ain­si que la perte de trois do­cu­ments confi­den­tiels.

« C’est quand même sur­pre­nant qu’ils en aient per­du au­tant », dit un ex­pert en in­for­ma­tique, Éric Pa­rent.

DO­CU­MENTS CONFI­DEN­TIELS

Le mi­nis­tère du Conseil exé­cu­tif est char­gé de sou­te­nir les ac­ti­vi­tés du pre­mier mi­nistre et de nom­breuses in­for­ma­tions sen­sibles y tran­sitent chaque jour.

Éric Pa­rent sou­ligne qu’un mal­fai­teur qui met­trait la main sur un té­lé­phone cel­lu­laire pour­rait ob­te­nir de nom­breuses in­for­ma­tions per­son­nelles, dont les contacts, les cour­riels et les do­cu­ments en­voyés en pièces jointes.

Ces in­for­ma­tions peuvent en­suite être uti­li­sées pour lan­cer des opé­ra­tions de pi­ra­tage in­for­ma­tique en pas­ti­chant des cour­riels qui sem­ble­ront au­then­tiques. « Pre­nons le dé­pôt du bud­get, par exemple, dit Éric Pa­rent. Si quel­qu’un se fait pas­ser pour une ad­jointe ad­mi­nis­tra­tive et qu’on de­mande un fi­chier à une autre per­sonne, il se peut très bien qu’on l’ob­tienne. »

ME­SURES DE SÉ­CU­RI­TÉ

Au mi­nis­tère du Conseil exé­cu­tif, on as­sure que d’im­por­tantes me­sures de sé­cu­ri­té sont en place pour évi­ter toute in­tru­sion. « En cas de ten­ta­tives d’ac­cès in­fruc­tueuses, l’ap­pa­reil s’ef­face au­to­ma­ti­que­ment », af­firme la porte-pa­role, Émilie Lord.

De plus, l’ap­pa­reil peut être ef­fa­cé à dis­tance et dé­bran­ché des ser­veurs du ré­seau in­for­ma­tique du Mi­nis­tère. Les in­for­ma­tions conte­nues dans les ap­pa­reils in­for­ma­tiques sont éga­le­ment chif­frées et hé­ber­gées sur les ser­veurs du Mi­nis­tère.

Si ces me­sures de sé­cu­ri­té semblent convain­cantes, Éric Pa­rent rap­pelle que de grandes en­tre­prises ont tout de même vu leurs don­nées pi­ra­tées. « Ces temps-ci, on voit des grandes en­tre­prises, comme Equi­fax, qui font des er­reurs in­ac­cep­tables », sou­ligne-t-il. Plu­sieurs in­for­ma­tions per­son­nelles, dont les cour­riels et les do­cu­ments en­voyés en pièces jointes se­raient ac­ces­sibles si un des té­lé­phones cel­lu­laires du mi­nis­tère du pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard tom­bait entre de mau­vaises mains.

PHO­TO LE JOUR­NAL DE QUÉ­BEC, SIMON CLARK

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.