Un agri­cul­teur meurt as­phyxié dans son si­lo

Des proches lancent un ap­pel à la pru­dence

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - YA­NICK POIS­SON

SAINT-BO­NA­VEN­TURE | Les proches d’un agri­cul­teur tué par des éma­na­tions toxiques alors qu’il ef­fec­tuait des tra­vaux d’en­tre­tien sur un si­lo de­mandent aux autres fer­miers de prendre les me­sures de sé­cu­ri­té né­ces­saires pour pro­té­ger leurs vies.

Vers 6 heures, hier ma­tin, Chris­tian La­bon­té, de la ferme C.C.M. de Saint-Bo­na­ven­ture, près de Drum­mond­ville, est mon­té sur l’un des si­los de l’en­tre­prise afin d’ef­fec­tuer des tra­vaux d’en­tre­tien.

Au mo­ment d’ou­vrir la porte me­nant à l’in­té­rieur du bâ­ti­ment de ferme, il a res­pi­ré des éma­na­tions toxiques et a fait une chute d’une quin­zaine de pieds, dans le si­lo rem­pli d’en­vi­ron 80 pieds de foin.

Voi­sin de longue date des La­bon­té, Sté­phane Pou­liot était à la fois triste et en co­lère d’ap­prendre le dé­cès de son bon ami. Il sou­haite que cette mort ne soit pas in­utile et qu’elle serve à sen­si­bi­li­ser les agri­cul­teurs qué­bé­cois sur l’im­por­tance de la sé­cu­ri­té sur les fermes.

« On connaît tous les règles de sé­cu­ri­té, mais on fait quand même des choses qu’on ne de­vrait pas faire. On prend des risques pour sau­ver du temps, pour éco­no­mi­ser un peu. C’est comme rou­ler à 120 km/h sur l’au­to­route. La plu­part du temps, il n’ar­rive rien, mais lors­qu’il y a un ac­ci­dent, on sait qu’on rou­lait trop vite », ex­plique ce­lui qui tra­vaille à la ferme en com­pa­gnie de son père et de sa fille.

M. Pou­liot re­dou­ble­ra de pru­dence à la suite de la mort tra­gique de son voi­sin, mais il sait que ces aver­tis­se­ments sont sou­vent ou­bliés ra­pi­de­ment.

LA COM­MU­NAU­TÉ SOUS LE CHOC

Le dé­cès de Chris­tian La­bon­té a pro­vo­qué une onde de choc à Saint-Bo­na­ven­ture. Il était un homme connu et ap­pré­cié dans la lo­ca­li­té d’un mil­lier d’ha­bi­tants. La tra­gé­die a été dif­fi­cile pour les pom­piers de Saint-Bo­na­ven­ture, qui ont dû in­ter­ve­nir afin de re­ti­rer le corps du si­lo.

« Tout le monde connais­sait Chris­tian. C’est un bon tra­vaillant, un gars tou­jours sou­riant. C’est très si­len­cieux à la ca­serne au­jourd’hui », af­firme le di­rec­teur du ser­vice in­cen­die, Syl­vain Bellerose, la voix rem­plie d’émo­tion.

Ré­si­dant en face de la ferme des La­bon­té de­puis 25 ans, Ni­cole Bois­clair a im­mé­dia­te­ment eu les larmes aux yeux lors­qu’elle a ap­pris le dé­cès de son ami. La pré­sence et les gestes ami­caux de son voi­sin lui man­que­ront.

« Je suis sans voix. C’était un gars que tout le monde ai­mait. Un gars tra­vaillant. Il était à la ferme sept jours par se­maine et ne pre­nait ja­mais de va­cances », conclu­telle la voix trem­blante.

CAPTURE D’ÉCRAN TVA NOU­VELLES

Les pom­piers de Saint-Bo­na­ven­ture ont dû pro­cé­der à un sau­ve­tage aé­rien pour ex­tir­per le corps du fer­mier Chris­tian La­bon­té du si­lo de sa ferme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.