Uber, l’in­va­sion bar­bare ?

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - SOPHIE DU­RO­CHER

«Alors comme ça, Uber fait du chan­tage ? La danse du ba­con de l’en­fant-roi qui n’ac­cepte pas de se faire dire « non »?

Et si, au contraire, Uber avait rai­son de dé­non­cer le car­can ad­mi­nis­tra­tif que notre bon « gou­ver­ne­ma­man » veut lui dic­ter ?

Alexandre Taille­fer, tou­jours prêt à faire la mo­rale sur son pe­tit ton de prof d’école, ba­na­li­sait ce ma­tin les exi­gences imposées par Qué­bec : « On vou­lait que les chauf­feurs d’Uber aient une for­ma­tion mi­ni­male. On parle de 35 heures. On ne parle pas de re­tour­ner au cé­gep. »

Ce que semble oc­cul­ter Mon­sieur Téo Taxi, c’est que les chauf­feurs d’Uber sont des di­let­tantes, ils font ça à temps per­du pour ar­ron­dir leurs fins de mois. Plu­sieurs oc­cupent dé­jà un autre em­ploi, c’est la base du prin­cipe Uber. Et on leur de­man­de­rait de pas­ser 35 heures à se for­mer ?

Ils vont les prendre où, ces heures, entre mi­nuit et quatre heures du ma­tin quand ils au­ront fi­ni leur hui­tième quart de tra­vail ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.