L’éclat de la rose

Si le mois d’oc­tobre est rose pour sou­li­gner la lutte contre le can­cer du sein, la rose se démarque aus­si de plus en plus dans les soins cos­mé­tiques. Elle n’est plus per­çue comme vieillotte, mais plu­tôt comme ten­dance. L’eau qu’on ex­trait de cette fleur r

Le Journal de Montreal - - JM MERCREDI -

L’eau de rose fait par­tie de la rou­tine beau­té de Jessica Chas­tain, d’Em­ma Wat­son et de Kate Midd­le­ton, pour ne nom­mer qu’elles. Au dé­but du mois, Kat Ru­du, une es­thé­ti­cienne et le gou­rou beau­té de nom­breuses ve­dettes (Simon Co­well, Da­ko­ta John­son) du quar­tier de Ve­nice à Los An­geles, lan­çait un nou­veau sé­rum an­ti-âge dé­ve­lop­pé à par­tir de l’huile, des pé­tales et des graines de la rose. Il n’en fal­lait pas plus pour re­lan­cer l’in­té­rêt pour la fleur aux mul­tiples ver­tus à la­quelle on as­so­cie amour et beau­té.

L’UTI­LI­SA­TION COS­MÉ­TIQUE DANS L’HIS­TOIRE :

On a dé­cou­vert ra­pi­de­ment les ver­tus cos­mé­tiques de la rose. Dans l’Égypte an­tique, les pé­tales de rose étaient uti­li­sés dans de l’huile pour par­fu­mer le corps. Les Perses au Xe siècle ont créé une fa­çon de dis­til­ler l’huile pour en faire des pro­duits pour soi­gner les bo­bos, alors qu’au Moyen-Âge, on dé­cou­vrait que l’eau de rose don­nait de l’éclat au teint. La rose entre donc dans les salles de bain pour pré­ser­ver la beau­té des femmes comme celle des hommes. Dès le XVIIe siècle, les se­crets de la rose sont dé­voi­lés au grand jour. Au­jourd’hui, bien qu’elle soit ré­pan­due, l’eau de rose de­meure un pro­duit de luxe. Plus de 400 roses sont né­ces­saires pour l’ob­ten­tion d’un litre d’eau de rose.

LES VER­TUS DE LA ROSE :

La rose a des pro­prié­tés apai­sante, hy­dra­tante, an­ti-in­flam­ma­toire, to­ni­fiante, pu­ri­fiante, an­ti­bac­té­rienne, ra­fraî­chis­sante en plus de pro­cu­rer de l’éclat au teint. Elle est gor­gée d’an­ti­oxy­dants. On l’in­tègre à des dé­ma­quillants, des crèmes, des sé­rums et des sa­vons. Ou on l’ap­plique sim­ple­ment en brume sur le vi­sage. À no­ter, l’es­sence de rose est riche en acides gras. On en re­trouve dans des pro­duits de soins pour les peaux sèches. L’eau de rose convient davantage aux peaux mixtes. On sait main­te­nant que l’eau de rose com­bat les rides. En hy­dra­tant et en re­vi­ta­li­sant la peau, elle es­tompe les ri­dules, aide à main­te­nir le pH de la peau, contri­bue à res­ser­rer les pores, sou­lage l’ac­né et l’ec­zé­ma. Sous les yeux, elle aide à pré­ve­nir les poches et les cernes. C’est un pe­tit coup de fouet en dou­ceur. L’eau de rose est aus­si uti­li­sée dans des pro­duits ca­pil­laires pour che­veux abî­més ou le cuir che­ve­lu fra­gi­li­sé. C’est un in­gré­dient par­fai­te­ment na­tu­rel qui s’uti­lise aus­si seul. Pour bien ré­veiller le vi­sage, on peut la gar­der ré­fri­gé­rée. Et puisque le beau temps est re­ve­nu, sa­chez que l’eau de rose calme la peau heur­tée par le so­leil.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.