Est-ce de la ja­lou­sie ou de la simple pru­dence ?

Le Journal de Montreal - - JM MERCREDI -

Après plu­sieurs mois de chô­mage, mon ma­ri vient de se faire of­frir un tra­vail exac­te­ment dans ses cordes, et qui plus est, en­core mieux payé que son an­cienne job. Tout de­vrait al­ler pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais il y a un os de taille, comme vous al­lez le consta­ter.

Une fois tous les dé­tails de son em­bauche ré­glés avec ses nou­veaux pa­trons, mon ma­ri m’a an­non­cé qu’il al­lait tra­vailler avec une ex-col­lègue d’uni­ver­si­té avec qui il avait eu ja­dis une re­la­tion amou­reuse as­sez hou­leuse. Il m’avait d’ailleurs ra­con­té à l’époque qu’elle était folle de lui, mais si pos­ses­sive et si ja­louse qu’elle en était de­ve­nue in­vi­vable.

Sauf que je me dis qu’on a beau être 15 ou 16 ans plus tard, la si­tua­tion me chi­cote, d’au­tant plus que la­dite dame est ré­cem­ment di­vor­cée, d’après ce que mon ma­ri m’a aus­si ap­pris. Et le comble, c’est que c’est elle qui avait pris soin de le contac­ter pour lui dire que le poste était dis­po­nible et qu’il de­vrait ap­pli­quer.

Même si mon ma­ri me jure que toute cette his­toire est du pas­sé, je ne peux pas vous ca­cher que ça m’in­quiète au plus haut point. D’au­tant plus que notre re­la­tion n’a pas été très har­mo­nieuse ces der­niers temps, vu que je lui en vou­lais de ne pas faire de gros ef­forts pour se trou­ver du tra­vail. Je ne sais plus quoi pen­ser. Se­rais-je de­ve­nue ja­louse se­lon vous ? Ou bien est-ce que mon ré­flexe en est un de pru­dence élé­men­taire ?

Noé­mie

Votre ma­laise ne vien­drait-il pas plus du fait de votre aveu : « … notre re­la­tion n’a pas été très har­mo­nieuse ces der­niers temps » que de n’im­porte quoi d’autre ? Se­riez-vous al­lée trop loin dans vos ac­cu­sa­tions envers lui ? Vous en dites si peu qu’il m’est dif­fi­cile de m’aven­tu­rer plus loin. Bien des couples res­tent amis après une sé­pa­ra­tion et leurs nou­veaux conjoints ne s’en for­ma­lisent pas. Et dans le cas pré­cis de votre ma­ri, on ne peut même pas par­ler d’ami­tié puisque plus de 15 ans se sont écou­lés avant qu’un contact ne soit re­pris entre les deux. Dans un cas de pru­dence, ça vous im­pose de don­ner la chance au cou­reur sans le soup­çon­ner avant terme. Mais si ce­la s’avé­rait être de la ja­lou­sie, mé­fiez-vous-en, car elle peut faire de gros ra­vages.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.