L’ave­nir in­cer­tain de Bau­tis­ta

Le Journal de Montreal - - SPORTS - RODGER BRULOTTE rodger.brulotte@que­be­cor­me­dia.com

Les Blue Jays de To­ron­to et Jose Bau­tis­ta ont si­gné un contrat as­sez sin­gu­lier aux yeux du pu­blic l’an der­nier.

Au terme de cette sai­son, les deux par­ties avaient l’op­tion de re­nou­ve­ler le contrat pour 2018 avec des condi­tions as­sez par­ti­cu­lières. L’en­tente sa­la­riale pour les sai­sons 2017 et 2018 était la même, soit de près de 18 M$ par an­née pour le vol­ti­geur.

Comme dans toute bonne né­go­cia­tion, il y a tou­jours des ajouts aux condi­tions qui com­pliquent la si­tua­tion. Com­men­çons avec l’as­pect qui ne re­pré­sente au­cun pro­blème. Si ja­mais les deux par­ties ne par­viennent pas à s’en­tendre, une com­pen­sa­tion de 500 000 $ se­ra at­tri­buée à Bau­tis­ta.

Le vo­let sui­vant dans le contrat a sans au­cun doute été conçu par les avo­cats afin de rendre l’en­tente ir­ré­sis­tible. Le di­lemme a trait au nombre de matchs que Bau­tis­ta doit jouer au cours des sai­sons 2017 et 2018.

L’an­née d’op­tion, c’est en réa­li­té pour 2019, alors que le salaire du joueur est pour près de 20 M$.

Par contre, pour faire res­pec­ter cette en­tente, Bau­tis­ta de­vrait jouer dans au moins 300 matchs. L’an­née 2016 a faus­sé les chiffres que les Jays pou­vaient an­ti­ci­per pour cette an­née et les an­nées à ve­nir.

L’an der­nier, il a joué dans 116 matchs et les deux an­nées pré­cé­dentes, il avait par­ti­ci­pé à 155 et 153 matchs. Cette an­née, il est ren­du à 152 matchs.

En­core une fois, les spé­cia­listes des sta­tis­tiques avan­cées se sont trom­pés roya­le­ment.

La ques­tion pour les Jays est de sa­voir s’ils sont prêts à pa­rier que l’an pro­chain Bau­tis­ta ne dis­pu­te­ra pas 145 matchs.

BAU­TIS­TA EST-IL SIN­CÈRE ?

En fin de se­maine, après son der­nier match dis­pu­té à To­ron­to, il a dé­cla­ré qu’il dé­sire pour­suivre sa car­rière à To­ron­to.

Per­met­tez-moi d’ajou­ter un pe­tit com­men­taire per­son­nel. Je ne connais pas beau­coup de joueurs de ba­se­ball qui ont si­gné un contrat à ra­bais pour la même équipe.

La si­tua­tion contrac­tuelle est dans les mains de l’agent de Bau­tis­ta et des avo­cats des Blue Jays. On s’as­soit afin de re­né­go­cier une nou­velle en­tente ou on se dit mer­ci pour les belles an­nées.

Si Bau­tis­ta de­vait par­tir, les grands per­dants se­raient les par­ti­sans des Jays.

Qu’elle est la va­leur mo­né­taire d’un joueur de la trempe de Jose Bau­tis­ta sur le mar­ché des joueurs au­to­nomes ?

Je com­prends les Jays, qui ne veulent pas payer le mon­tant ga­ran­ti pour 2019.

En conclu­sion, par contre, je ne crois pas qu’ils étaient de bonne foi lors­qu’ils ont né­go­cié le contrat. Ils ont per­du le pa­ri que Bau­tis­ta ne joue­rait pas 300 matchs en deux sai­sons.

JUDGE, UN VENT DE FRAέCHEUR

Le grand Aa­ron Judge est un vent de fraî­cheur qui a per­mis aux ama­teurs de ba­se­ball de vivre une sai­son ex­cep­tion­nelle.

La nou­velle marque de 50 coups de cir­cuit par un joueur re­crue qu’il vient d’éta­blir est aus­si re­mar­quable que les sai­sons de 60 coups de cir­cuit de Babe Ruth et de 61 longues balles de Ro­ger Ma­ris.

Cette an­née, il est tout seul dans la course pour le titre de re­crue de l’an­née dans la Ligue amé­ri­caine.

PHO­TO AFP

Jose Bau­tis­ta a dé­cla­ré vou­loir pour­suivre sa car­rière avec les Blue Jays.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.