Des dé­boires qui dé­plaisent aux An­ciens Alouettes

Pe­ter Dal­la Ri­va et Pierre Des­jar­dins y vont de quelques sug­ges­tions

Le Journal de Montreal - - SPORTS - Pierre Du­ro­cher PDu­ro­cherJDM pierre.du­ro­cher @que­be­cor­me­dia.com

Les Alouettes pa­taugent dans la mé­dio­cri­té de­puis trois ans et leurs an­ciennes ve­dettes di­gèrent mal la si­tua­tion ac­tuelle.

Le tour­noi de golf des An­ciens Alouettes se dé­rou­lait hier au club Saint-Ra­phaël sur l’île Bi­zard et Le Journal de Mon­tréal est al­lé re­cueillir les pro­pos de Pe­ter Dal­la Ri­va et de Pierre Des­jar­dins, deux hommes dont les nu­mé­ros 74 et 63 ont été re­ti­rés par l’équipe.

« Oui, ça me fait mal de voir ce qui se passe avec les Alouettes, a confié Dal­la Ri­va, qui a dis­pu­té 14 sai­sons avec l’équipe mont­réa­laise, rem­por­tant trois fois la coupe Grey. Je re­pré­sente tou­jours les Alouettes. Le foot­ball est toute ma vie.

« Je trouve que les joueurs ne forment pas un tout, a ana­ly­sé ce membre du Temple de la re­nom­mée. Ils doivent s’en­trai­der sur le ter­rain pour es­sayer de trou­ver des so­lu­tions. Ils doivent se re­mettre à ga­gner et es­pé­rer fi­nir la sai­son sur une meilleure note. »

LE MES­SAGE DE MARV LE­VY

Dal­la Ri­va est d’avis que les Alouettes ont ef­fec­tué beau­coup trop de chan­ge­ments au cours des der­nières an­nées.

« Je me sou­viens en­core du pre­mier dis­cours li­vré par Marv Le­vy à son ar­ri­vée comme en­traî­neur-chef des Alouettes, soit au camp d’en­traî­ne­ment de 1973 à Saint-Jean-d’Iber­ville », a ra­con­té l’an­cien re­ce­veur de passes étoile.

« Il avait écrit les lettres KISS sur un ta­bleau noir, ce qui si­gni­fiait Keep it simple, stu­pid (garde ça simple, idiot). Il te­nait à nous faire com­prendre qu’il ne fal­lait pas com­pli­quer les choses pour rien, qu’il fal­lait gar­der les choses simples afin de connaître du suc­cès. Sa re­cette était la bonne. »

UN RE­VI­RE­MENT RA­DI­CAL

Dal­la Ri­va et Des­jar­dins ont connu la pé­riode très creuse des Alouettes à la fin des an­nées 1960 avant que Sam Et­che­ver­ry s’amène à la barre du club pour conduire les Alouettes vers la conquête de la coupe Grey en 1970.

« On avait pré­sen­té une fiche de 2-10-2 en 1969 sous Key Dal­ton, a rap­pe­lé Dal­la Ri­va. Et­che­ver­ry est ar­ri­vé et il a su don­ner un nou­veau souffle aux Alouettes. Il y avait 24 nou­veaux ve­nus dans l’équipe en 1970 et nous avions su for­mer un groupe uni pour rem­por­ter la coupe Grey à la sur­prise gé­né­rale. C’est la preuve que les choses peuvent chan­ger ra­pi­de­ment dans le sport, si on peut dé­ni­cher la bonne re­cette. »

UN MES­SAGE AUX PRO­PRIÉ­TAIRES

Des­jar­dins, un an­cien joueur de ligne à l’at­taque qui a connu une très belle car­rière dans le monde des af­faires, re­garde en­core at­ten­ti­ve­ment les matchs des Alouettes et il n’aime pas du tout ce qu’il voit.

« Ce n’est pas drôle, leur af­faire, a-t-il dit. L’or­ga­ni­sa­tion semble sur­es­ti­mer la va­leur de l’équipe. J’ai du res­pect pour tout ce que la fa­mille We­ten­hall a fait pour le foot­ball à Mon­tréal, mais les pro­prios doivent faire un exa­men de conscience et voir la réa­li­té en face.

« Ils ne peuvent pas chan­ger d’en­traî­neur en chef cinq ou six fois et tou­jours faire de mau­vais choix, a ajou­té Des­jar­dins. Je re­proche aus­si aux Alouettes de ne pas avoir su for­mer un bon jeune quart de­puis le dé­part d’An­tho­ny Cal­vil­lo. On a man­qué de pa­tience avec des jeunes. Da­rian Du­rant est un vétéran qui n’a pas ré­pon­du aux at­tentes. Son ren­de­ment est fort dé­ce­vant.

« Et que dire de cer­tains re­ce­veurs de passes, qui ne four­nissent pas les ef­forts né­ces­saires pour cap­ter des bal­lons et pour ajou­ter quelques verges de gains ? Er­nest Jack­son consti­tue une dé­cep­tion. Je n’aime pas son éthique de tra­vail. »

AU­CUNE CRAINTE CHEZ L’AD­VER­SAIRE

Des­jar­dins sou­ligne, avec rai­son, que les Alouettes au­ront be­soin de sang nou­veau, car c’est une équipe qui mise sur un grand nombre de joueurs en fin de car­rière.

« À l’heure ac­tuelle, les Alouettes ne sèment au­cune crainte dans les camps ad­verses, a sou­li­gné Des­jar­dins, qui a ga­gné la coupe Grey en 1970. Rien ne fonc­tionne pour l’or­ga­ni­sa­tion, à tous les ni­veaux, et c’est vrai­ment dé­so­lant. »

À son avis, les Alouettes de­vraient s’ins­pi­rer du mo­dèle d’af­faires de nos belles équipes uni­ver­si­taires comme celles de Mon­tréal et de Qué­bec.

PHO­TO PIERRE DU­RO­CHER

Pe­ter Dal­la Ri­va et Pierre Des­jar­dins ont connu les an­nées très creuses des Alouettes à la fin des an­nées 1960, mais les em­bauches des en­traî­neurs Sam Et­che­ver­ry puis Marv Le­vy ont ra­pi­de­ment chan­gé la donne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.