UN SOU­TIEN EX­TÉ­RIEUR APAI­SANT

Le Journal de Montreal - - SERVICES FUNÉRAIRES -

Lors d’un deuil, ar­rive le mo­ment où il faut ras­sem­bler ses idées et ses éner­gies pour adres­ser un ul­time adieu à ce­lui ou celle qui nous quitte. Les rites fu­né­raires ont évo­lué et au­jourd’hui, les fa­çons de pro­cé­der sont mul­tiples.

Vous dé­si­rez ex­pri­mer la jus­tesse de vos sen­ti­ments, mais vous ne vous en sen­tez pas la force? Il existe des ser­vices pour vous éclai­rer et pour vous sou­te­nir dans votre dé­marche, comme ré­di­ger un té­moi­gnage, com­pi­ler les sou­ve­nirs et or­ga­ni­ser une cé­ré­mo­nie. Ren­contre avec deux pro­fes­sion­nelles du mi­lieu.

UN ADIEU DIF­FÉ­RENT

An­thro­po­logue de for­ma­tion, Ge­ne­viève Le­may a dé­mar­ré le Re­grou­pe­ment des Of­fi­ciants Fu­né­raires du Qué­bec (ROFQ) il y a 5 ans pour ré­pondre à un réel be­soin, ce­lui de « per­mettre aux gens de vivre leur spi­ri­tua­li­té in­di­vi­duelle », en toute li­ber­té, y com­pris celle de ne pas faire ap­pel à la re­li­gion. On peut consta­ter que le be­soin de spi­ri­tua­li­té, même chez les non-pra­ti­quants, de­vient im­por­tant lors des ri­tuels. Mme Le­may pré­cise qu’il ne s’agit pas d’une so­lu­tion de re­change, mais bien de res­pec­ter les croyances propres à cha­cun, quelles qu’elles soient. Même son de cloche du cô­té de Ju­lia Du­chas­tel-Lé­ga­ré, vi­ce­pré­si­dente chez Me­mo­ria, qui in­dique que les cé­ré­mo­nies per­son­na­li­sées ne se font pas en op­po­si­tion aux rites re­li­gieux, mais qu’elles per­mettent d’ou­vrir d’autres ave­nues, d’of­frir des « pos­si­bi­li­tés qui oc­cupent une place dif­fé­rente ».

CÉ­RÉ­MO­NIES PER­SON­NA­LI­SÉES

Ce sont les sa­lons fu­né­raires qui re­com­mandent le ROFQ à ceux qui n’ont pas de cé­lé­brant, et grâce au bouche-à-oreille, cer­tains font main­te­nant di­rec­te­ment af­faire avec le Re­grou­pe­ment pour une cé­ré­mo­nie laïque. Cette for­mule d’ou­ver­ture, en ac­cord avec les der­nières vo­lon­tés du dé­funt et son style de vie, fait qu’au lieu d’une prière im­po­sée, il est pos­sible que ce soit sa mu­sique pré­fé­rée qui ré­sonne dans la salle où son en­tou­rage est réuni.

LE JAR­DIN DES MÉ­MOIRES

Mme Du­chas­tel-Lé­ga­ré rap­pelle que « chaque vie est une his­toire », c’est pour­quoi Me­mo­ria met à la dis­po­si­tion des fa­milles un ca­ta­logue avec des ex­traits d’oeuvres lit­té­raires et phi­lo­so­phiques, une res­source pré­cieuse quand les mots viennent à man­quer. Elle re­marque que la ten­dance des rites fu­né­raires se tourne vers l’éco­lo­gie, les ac­ti­vi­tés ex­té­rieures et l’im­pli­ca­tion de tous les proches. Le Jar­din des mé­moires pro­pose des cé­ré­mo­nies éta­lées dans le temps, en fonc­tion des dis­po­ni­bi­li­tés et des sai­sons. La flexi­bi­li­té est la clé.

Cé­ré­mo­nie com­mé­mo­ra­tive, Jar­din des mé­moires

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.