Le gars des vues

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

Quand les pa­trons de La Presse ont an­non­cé que leur quo­ti­dien al­lait de­ve­nir un OBNL (or­ga­nisme à but non lu­cra­tif), je me suis dit : « Oh boy, tout ça est ar­ran­gé avec le gars des vues. C’est sûr que le gou­ver­ne­ment li­bé­ral va leur dé­rou­ler le ta­pis rouge, ça va pas­ser comme du beurre dans la poêle, cette histoire.

« Le scé­na­rio de cette farce a dé­jà été écrit, il ne reste plus qu’à le fil­mer. »

COU­SU DE FIL BLANC

Puis, je me suis ra­vi­sé. Après tout, il ne faut pas voir des com­plots par­tout, non ?

Or, plus je re­garde le gou­ver­ne­ment Couillard al­ler dans ce dos­sier, plus je me dis que ma pre­mière ré­ac­tion était la bonne. Tout ça semble ar­ran­gé avec le gars des vues.

La loi est claire : les OBNL ne peuvent prendre po­si­tion pour un par­ti po­li­tique.

Or, les pa­trons de La Presse sont ca­té­go­riques : il est hors de ques­tion que La Presse de­vienne po­li­ti­que­ment neutre, leur jour­nal va conti­nuer de prendre po­si­tion pour le fé­dé­ra­lisme à chaque élec­tion pro­vin­ciale, comme il l’a tou­jours fait au cours des 134 der­nières an­nées.

Et qui est pres­sé, pres­sé de per­mettre à La Presse de de­ve­nir un OBNL, même si les pa­trons de La Presse af­firment haut et fort qu’ils ne res­pec­te­ront pas la loi en­ca­drant les OBNL ?

Phi­lippe Couillard ! Mon­sieur Fé­dé­ra­lisme en per­sonne !

À en­tendre notre pre­mier mi­nistre, ce dos­sier est d’im­por­tance na­tio­nale !

Comme l’a écrit mon col­lègue Steve E. For­tin sur le blogue des « Spin Doc­tors », le gou­ver­ne­ment est tel­le­ment pres­sé de ré­gler ce dos­sier qu’il est même prêt à mu­se­ler les dé­pu­tés qui osent po­ser des ques­tions lé­gi­times sur le pro­jet des pa­trons de La Presse !

« Je me de­mande bien à quoi sert l’As­sem­blée na­tio­nale si on ré­duit les par­le­men­taires au si­lence, a écrit Steve E. For­tin. Il y a là quelque chose d’iro­nique d’im­po­ser un pro­jet de loi au nom de la “li­ber­té d’ex­pres­sion” tout en re­fu­sant toute dis­cus­sion sur le su­jet. »

LE JUPON DÉ­PASSE

Et vous me di­rez que tout ça n’est pas ar­ran­gé avec le gars des vues ?

Que cette histoire cou­sue de fil blanc n’était pas pla­ni­fiée ? Voyons… C’est tel­le­ment gros, c’est tel­le­ment peu sub­til que ça en est presque ri­sible.

Une loi bâillon vo­tée par un gou­ver­ne­ment li­bé­ral pour per­mettre à un jour­nal pro­fé­dé­ra­liste de se trans­for­mer en OBNL afin de conti­nuer à dire aux gens de vo­ter pour le par­ti qui dé­fend le plus le fé­dé­ra­lisme – c’est-à-dire le par­ti li­bé­ral ?

On ra­con­te­rait ce genre d’histoire dans une sé­rie télé que les gens di­raient : « Woh, ca­pi­taine, pousse mais pousse égal ! »

CONCUR­RENCE DÉ­LOYALE

En de­ve­nant un OBNL, La Presse ac­quer­ra un sta­tut spé­cial et pour­ra bé­né­fi­cier des lar­gesses de l’État, tout en conti­nuant de vendre des es­paces pu­bli­ci­taires comme le font les autres jour­naux.

En bon fran­çais, on ap­pelle ça de la concur­rence dé­loyale. Par­ti­ci­per à une course en par­tant deux se­condes avant tout le monde.

Et on me di­ra que l’em­pres­se­ment du gou­ver­ne­ment li­bé­ral n’a rien à voir avec la ligne édi­to­riale de La Presse ?

Bien tiens…

Phi­lippe Couillard Pour­quoi Phi­lippe Couillard est-il si pres­sé d’ai­der La Presse ?

RICHARD MARTINEAU richard.martineau@que­be­cor­me­dia.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.