New York re­nonce au « taxi de de­main »

Le Journal de Montreal - - MONDE -

Trans­port

NEW YORK | (AFP) Face à la concur­rence d’Uber et de Lyft, la ville de New York a dé­ci­dé de re­non­cer à im­po­ser aux chauf­feurs de taxi jaune le « taxi de de­main », un mo­no­space Nis­san NV200 cen­sé de­ve­nir le mo­dèle de rem­pla­ce­ment de la flotte new-yor­kaise.

Le choix du Nis­san avait été fait en 2011 par Mi­chael Bloom­berg, le cé­lèbre homme d’af­faires qui était alors maire de New York.

Le mo­dèle avait pour atout d’être spacieux, confor­table, avec toit vi­tré pa­no­ra­mique, et d’être équi­pé de prises USB pour char­ger té­lé­phones ou or­di­na­teurs.

NOU­VELLE STRA­TÉ­GIE

Mais face aux dif­fi­cul­tés ren­con­trées par de nom­breux chauf­feurs, la ville a dé­ci­dé de leur « fa­ci­li­ter les choses » et « d’es­sayer de dé­tendre la si­tua­tion », a ex­pli­qué hier Al­lan From­berg, porte-pa­role de Taxi and Li­mou­sine Com­mis­sion qui contrôle les taxis new-yor­kais.

Le re­vi­re­ment a été an­non­cé par une pe­tite note aux chauf­feurs, pu­bliée le 6 juin sur le site in­ter­net de la com­mis­sion, qui énu­mère 30 mo­dèles, hy­brides et non hy­brides, par­mi les­quels les chauf­feurs peuvent choi­sir leur nou­veau vé­hi­cule.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.