L’en­quête tor­due de La Presse +

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - LISE RAVARY Blo­gueuse au Jour­nal Com­mu­ni­ca­trice, jour­na­liste et chro­ni­queuse lise.ravary@que­be­cor­me­dia.com @li­se­ra­va­ry

Mar­di, alors que les jour­naux du monde en­tier jouaient la ren­contre entre Trump et Kim Jong-un à la une, La Presse + pro­po­sait à ses lecteurs une en­quête sur la firme In­fluence Com­mu­ni­ca­tion, ana­lyste en conte­nus mé­dias. Vous connais­sez ? Il y au­rait, dit-on, des er­reurs de mé­tho­do­lo­gie dans la pré­pa­ra­tion de son « Top 5 de l’ac­tua­li­té » en­voyé gra­tui­te­ment aux jour­na­listes du Qué­bec chaque se­maine.

La source de cette ter­rible nou­velle ? Onze ex-em­ployés ano­nymes par­tis en mau­vais termes, dont deux congé­diés et deux de­ve­nus concur­rents di­rects.

Tout n’est pas per­du : à trois re­prises, le dos­sier men­tionne que les clients payants de l’en­tre­prise sont bien ser­vis. « Pour eux, on met le pa­quet. On va cher­cher toutes les sources dis­po­nibles et on leur re­file la fac­ture », dit une des sources. Comme si c’était mal de fac­tu­rer !

IN­COM­PRÉ­HEN­SIBLE

Je connais le pré­sident Jean-Fran­çois Du­mas, mais je ne viens pas à la res­cousse d’un ami.

J’ai­me­rais com­prendre pour­quoi, au len­de­main d’un som­met his­to­rique, un mé­dia qui va bien­tôt vivre de dons et de sub­ven­tions pu­blie en pre­mière page une nou­velle qui ne concerne qu’une poi­gnée de jour­na­listes qué­bé­cois.

Est-il d’in­té­rêt na­tio­nal de sa­voir qu’In­fluence Com­mu­ni­ca­tion mul­ti­plie les nou­velles du Ca­na­dien par 5,5 et les ca­tas­trophes par 6,6, alors que ce de­vrait être – j’im­pro­vise – 6,8 ?

In­fluence Com­mu­ni­ca­tion connaît le suc­cès. Jean-Fran­çois Du­mas est un chou­chou des mé­dias. Fait-il des ja­loux ? Pour­quoi cet achar­ne­ment quand, je dois le ré­pé­ter, les clients payants sont bien ser­vis ?

Ad­met­tons un ins­tant que la mé­tho­do­lo­gie puisse être mo­di­fiée, ce­la jus­ti­fie-t-il une at­taque dans un grand quo­ti­dien contre une PME in­con­nue de la ma­jo­ri­té des Qué­bé­cois, mais qui fait néan­moins vivre une cen­taine de fa­milles ?

Est-ce per­son­nel ou est-ce le tra­di­tion­nel biais an­ti-af­faires des jour­na­listes ?

Mys­tère.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.