Les fes­ti­vals luttent contre le HAR­CÈ­LE­MENT

Le Journal de Montreal - - JM JEUDI -

Le Fes­ti­val In­ter­na­tio­nal de Jazz de Mon­tréal l’a fait l’an­née der­nière en met­tant sur pied les Hi­ron­delles. L’ini­tia­tive a de­puis été re­prise par les Fran­cos, et le Fes­ti­val d’été de Qué­bec vient d’em­boî­ter le pas en créant la Bri­gade. La pré­ven­tion du har­cè­le­ment sexuel dans les grands évé­ne­ments, en par­ti­cu­lier dans les fes­ti­vals de mu­sique, est en­fin prise au sé­rieux.

Dans la fou­lée de la vague sans pré­cé­dent de dé­non­cia­tions de crimes à ca­rac­tère sexuel qui se­coue la pla­nète, des gestes sont fi­na­le­ment po­sés pour ras­su­rer les fes­ti­va­liers, en par­ti­cu­lier les femmes, qui ne sou­haitent rien d’autre que pou­voir as­sis­ter à un concert et s’amu­ser sans craindre d’être pris pour cible par des spec­ta­teurs aux mains ba­la­deuses.

Parce que, de tout temps, les concerts en plein air, qui at­tirent une clien­tèle jeune et sur le par­ty, ont consti­tué un ter­rain de chasse pri­vi­lé­gié pour les agres­seurs.

En mars, une jour­na­liste du Teen Vogue s’est ren­due au Fes­ti­val de Coa­chel­la, le ren­dez-vous mu­si­cal le plus po­pu­laire aux États-Unis, et a in­ter­ro­gé 54 fes­ti­va­lières. Toutes ont af­fir­mé avoir été vic­times d’at­tou­che­ments ou de pa­roles dé­pla­cées. La jour­na­liste a elle-même af­fir­mé s’être fait tri­po­ter 22 fois pen­dant les 10 heures qu’elle a pas­sées sur le site à me­ner ses en­tre­vues.

Ces ré­sul­tats, peu édi­fiants, n’ont rien d’éton­nant quand on sait qu’un son­dage me­né par OurMu­sicOurBo­dy, une cam­pagne an­ti-har­cè­le­ment dans les trois fes­ti­vals ma­jeurs de Chi­ca­go (Lol­la­pa­loo­za, Riot Fest et Pit­ch­fork), a ré­vé­lé que plus de 90 % des ré­pon­dantes ont sou­te­nu avoir été vic­times de har­cè­le­ment lors d’un de ces fes­ti­vals.

PEU D’ÉTUDES

Au Qué­bec, il existe très peu de don­nées sur la pré­va­lence des in­con­duites sexuelles dans les fes­ti­vals de mu­sique. À Mon­tréal, dans une étude me­née par le Con­seil des Mon­tréa­laises à la de­mande de la Ville, en 2016, plus de la moi­tié des 976 femmes in­ter­ro­gées ont af­fir­mé avoir dé­jà été vic­times de har­cè­le­ment ou d’agres­sion lors d’un événement ex­té­rieur.

À Qué­bec, le Fes­ti­val d’été n’a en­core ja­mais pro­duit une étude du genre, même s’il at­tire ré­gu­liè­re­ment plu­sieurs di­zaines de mil­liers de spec­ta­teurs sur ses dif­fé­rentes scènes lors des 11 jours de l’événement. Du cô­té de l’or­ga­ni­sa­tion, on parle de gestes iso­lés rap­por­tés à des gar­diens de sé­cu­ri­té, mais il fau­drait être naïf pour croire que toutes les spec­ta­trices si­gnalent le moindre at­tou­che­ment dont elles sont vic­times.

PLACE À L’AC­TION

N’em­pêche, des ac­tions sont prises. La bri­gade des Hi­ron­delles, créée en 2017 en vue du Fes­ti­val de jazz pour ve­nir en aide aux per­sonnes vul­né­rables, est pré­sente cette an­née aux Fran­cos et le se­ra pour tous les fes­ti­vals du Groupe CH. Ça m’ap­pa­raît es­sen­tiel pour un fes­ti­val comme Oshea­ga, qui re­joint une clien­tèle si­mi­laire à celle de Coa­chel­la.

Au FEQ, ce sont plus d’une soixan­taine d’em­ployés qui ont été for­més pour in­ter­ve­nir au­près des per­sonnes vic­times d’in­con­duites sexuelles et qui se­ront fa­ci­le­ment iden­ti­fiables.

On table sur l’ef­fet dissuasif et les pre­miers échos de l’ex­pé­rience des Hi­ron­delles laissent croire à du po­si­tif. Le PDG de Spec­tra, Jacques-An­dré Du­pont, a men­tion­né que les fes­ti­va­lières s’étaient sen­ties ras­su­rées par Les Hi­ron­delles.

Main­te­nant, il faut es­pé­rer que ces ini­tia­tives fassent des pe­tits et que tous les grands évé­ne­ments mu­si­caux, et Dieu sait qu’il y en a du­rant l’été au Qué­bec, se dotent d’es­couades sem­blables.

PHO­TO D’AR­CHIVES, DA­NIEL MALLARD

Les Fran­cos et le FEQ ont re­pris l’idée du Fes­ti­val de jazz de Mon­tréal et créé une bri­gade pour pré­ve­nir le har­cè­le­ment sexuel lors de grands ras­sem­ble­ments.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.