Po­li­tique cultu­relle ou pro­messe élec­to­rale ?

Le Journal de Montreal - - JM JEUDI - GUY FOUR­NIER guy.four­nier@que­be­cor­me­dia.com

Il existe en po­li­tique une ex­pres­sion que les com­men­ta­teurs citent sou­vent : « Trop peu, trop tard ! » Mar­di, le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard et Ma­rie Mont­pe­tit, mi­nistre de la Culture, ont dé­voi­lé la nou­velle po­li­tique cultu­relle du Qué­bec. Cette fois, on pour­rait dire : « Beau­coup trop, trop tard ! »

Quel dom­mage que le gou­ver­ne­ment ait at­ten­du presque deux ans après son ar­ri­vée au pou­voir pour lan­cer sa consul­ta­tion pour une nou­velle po­li­tique cultu­relle. C’est trop tard main­te­nant pour qu’elle se tra­duise en lé­gis­la­tion et en ac­tions concrètes avant les pro­chaines élec­tions.

La nou­velle po­li­tique en em­brasse large – 72 pages bien noir­cies – et se montre plu­tôt gé­né­reuse. Une ca­rotte de 600 mil­lions de dol­lars qu’on bran­dit au nez des ar­tistes, mais pour l’ins­tant, ce n’est rien de plus. Pour que les chiffres soient plus ron­flants, on les étale sur cinq ans. Un pac­tole qui n’est pas aus­si spec­ta­cu­laire qu’il en a l’air. Sur­tout si on le com­pare à ce­lui dont les mé­de­cins ont bé­né­fi­cié… La nou­velle po­li­tique est pa­vée de bonnes in­ten­tions, mais les moyens pour la mettre en oeuvre sont dé­fi­nis à très larges traits. Il ap­par­tien­dra au pro­chain gou­ver­ne­ment de rendre la po­li­tique concrète. S’il est li­bé­ral, le gou­ver­ne­ment au­ra alors tout le loi­sir de dé­mon­trer qu’il ne s’agis­sait pas d’une pro­messe élec­to­rale.

ET SI C’EST LA CAQ ?

Si ce der­nier est ca­quiste, n’es­pé­rons pas que la po­li­tique soit mise en oeuvre sans mo­di­fi­ca­tions. Jus­qu’à main­te­nant, le par­ti de Fran­çois Le­gault n’a guère par­lé de culture. Il n’en fe­ra pas un che­val de ba­taille du­rant la cam­pagne élec­to­rale. Quant au Par­ti qué­bé­cois, ayant tou­jours pris les ar­tistes pour ac­quis, il ne s’est ja­mais mon­tré plus gé­né­reux qu’il ne faut à leur en­droit.

Ce­la dit, la po­li­tique cultu­relle an­non­cée mar­di est dans le droit fil de celle mise en oeuvre en 1992 par mon amie Li­za Frul­la lors­qu’elle était mi­nistre de la Culture. Li­za fai­sait d’ailleurs par­tie du co­mi­té que Luc For­tin, pré­dé­ces­seur de Ma­rie Mont­pe­tit, avait for­mé pour le conseiller.

En 1992 comme au­jourd’hui, le gou­ver­ne­ment re­con­naît que les in­dus­tries cultu­relles ont une im­por­tance stra­té­gique dans notre dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, qu’elles doivent dis­po­ser du ca­pi­tal né­ces­saire pour pro­duire des oeuvres no­va­trices et concur­ren­tielles et que la SODEC, fer de lance de l’État en ma­tière de culture, doit être fi­nan­cée gé­né­reu­se­ment.

DE NOU­VELLES PRIO­RI­TÉS

L’ère nu­mé­rique a fait naître d’autres prio­ri­tés, no­tam­ment l’im­por­tance pour nos oeuvres d’être « dé­cou­vertes », au Qué­bec comme à l’étran­ger. Dans la lé­gion de conte­nus of­ferts sur in­ter­net, la dé­cou­verte des nôtres ne va pas de soi. Il faut aus­si fa­ci­li­ter leur ex­por­ta­tion. De nou­velles dis­ci­plines comme les jeux vi­déo et la réa­li­té aug­men­tée sont nées avec le nu­mé­rique et il faut s’as­su­rer que le Qué­bec, qui est dans le pe­lo­ton de tête, puisse y res­ter.

Pour ne pas être en reste avec le fé­dé­ral, la nou­velle po­li­tique cultu­relle pré­voit mettre en place des condi­tions et des struc­tures pour fa­ci­li­ter la créa­tion et la dif­fu­sion des oeuvres des Pre­mières Na­tions et des Inuits. On veut aus­si fa­ci­li­ter la trans­mis­sion des langues au­toch­tones aux nou­velles gé­né­ra­tions.

En­fin, on re­con­naît, mais dans un tout pe­tit pa­ra­graphe, la contri­bu­tion de la mi­no­ri­té an­glo­phone à la culture qué­bé­coise et l’im­por­tance de mettre da­van­tage en lu­mière l’ap­port des ar­tistes et ar­ti­sans de langue an­glaise.

Mais qu’ad­vien­dra-t-il de tout ça après le 1er oc­tobre ?

La nou­velle po­li­tique est pa­vée de bonnes in­ten­tions, mais les moyens pour la mettre en oeuvre sont dé­fi­nis à très larges traits

Ma­rie Mont­pe­tit

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.