De Mon­tréal-Nord aux portes de la NBA

Lu­guentz Dort est une pièce maî­tresse dans la for­ma­tion de l’Ari­zo­na

Le Journal de Montreal - - LA UNE - FRAN­ÇOIS-DA­VID ROU­LEAU Le Journal de Mon­tréal

LAS VE­GAS | Ce n’est pas un ha­sard si Lu­guentz Dort a choi­si les Sun De­vils d’Ari­zo­na State. Il a fait son choix en fonc­tion du rôle qu’il joue­rait dans la for­ma­tion.

Par­mi la tren­taine d’offres qu’il a re­çues pour ral­lier les rangs uni­ver­si­taires, le Mont­réa­lais a fait une sé­lec­tion éclai­rée et son­gée en ré­dui­sant ses op­tions à trois pro­grammes. Mal­gré que ce­lui d’Ari­zo­na State n’était pas le plus ré­pu­té, il a dé­ci­dé de s’y joindre. Plu­tôt que d’op­ter pour une sé­lec­tion

gla­mour telle que Mi­chi­gan State ou Ore­gon, il a vou­lu évo­luer sous les ordres de Bob­by Hur­ley. Avec son conseiller Nel­son Os­sé, il a pri­vi­lé­gié son dé­ve­lop­pe­ment.

L’équipe d’en­traî­neurs des Sun De­vils a vrai­ment fait pen­cher la balance. « Je connais­sais Hur­ley et l’en­traî­neur ad­joint, An­tho­ny Co­le­man. Ça aide à faire un choix. Mais sur­tout, mon style col­lait à la fa­çon de jouer de l’équipe. Je vou­lais contri­buer à ame­ner ce pro­gramme au ni­veau su­pé­rieur. Coach Hur­ley m’a don­né ma chance. Je l’ai prise », ex­plique Dort.

Dans un grand pro­gramme, il au­rait pu être confi­né à un rôle se­con­daire, ce qui n’était pas dé­si­ré. À Ari­zo­na State, il voyait sa chance de prendre sa place en oc­cu­pant un rôle pré­pon­dé­rant dans l’ali­gne­ment.

« Quand on doit faire un choix, il ne faut pas en faire un émo­tif. Il faut res­pec­ter une lo­gique et prio­ri­ser son dé­ve­lop­pe­ment. C’est le plus im­por­tant, pré­cise Os­sé qui agit à titre de conseiller, les agents étant in­ter­dits dans la ré­gle­men­ta­tion de la NCAA. Il de­vait se dé­ve­lop­per à sa po­si­tion. Aux États-Unis, un garde de 6 pi 4 po, c’est plu­tôt pe­tit.

Il ap­prend sa po­si­tion, pour­suit-il. Je l’en­tends des en­traî­neurs, des dé­pis­teurs et des agents. Il est un pro­duit en dé­ve­lop­pe­ment. Il a des fa­cettes de son jeu à amé­lio­rer, mais Hur­ley fait tout un tra­vail. Parlons sé­rieu­se­ment, Lou est di­ri­gé par un gars qui va fi­nir au temple de la re­nom­mée de la NCAA. »

EN­TENTE

En dé­but de sai­son, Os­sé a fait un pacte avec son ta­len­tueux pro­té­gé. Lou de­vait s’oc­cu­per de po­lir son jeu sur le ter­rain alors que lui « gé­rait » les dis­trac­tions ex­ternes de­puis son bu­reau de la Cor­po­ra­tion de ges­tion des loi­sirs du Parc si­tué dans le quar­tier Parc-Ex­ten­sion de Mon­tréal. Il lui a don­né ren­dez-vous après sa sai­son pour dis­cu­ter de ses af­faires.

Et il au­ra toute une pré­sen­ta­tion à lui faire avec ce dé­but de sai­son étin­ce­lant ! Son té­lé­phone ne dé­rou­git pas. Dé­jà sept agents sont prêts à le re­pré­sen­ter. De grandes firmes spor­tives sont à ses trousses en lui pro­met­tant la lune.

« Ce se­ra une dé­ci­sion à prendre avec sa fa­mille. Il faut bâ­tir une re­la­tion et ap­prendre à se connaître. Je vais dres­ser la liste des pour et des contre, as­sure Os­sé qui ap­prend son nou­veau rôle de conseiller à grande vi­tesse. On choi­si­ra la meilleure per­sonne. Celle qui au­ra à coeur ses suc­cès et qui nous ins­pi­re­ra le plus confiance. »

Nul doute que ce se­ra une autre dé­ci­sion ju­di­cieuse. En at­ten­dant, Os­sé ne peut s’em­pê­cher de rê­ver sur l’ave­nir de son pro­té­gé.

« Je se­rais le plus heu­reux qu’il soit re­pê­ché en pre­mière ronde en juin. Je se­rai là et je le re­mer­cie­rai pour toute la confiance qu’il m’a ex­pri­mée dans sa vie. Il au­ra trou­vé sa voie avec ce bal­lon. »

PHOTO COURTOISIE SUN DE­VILS ATHLETICS

Lu­guentz Dort (au centre) était des plus heu­reux en cé­lé­brant la vic­toire des Sun De­vils au tour­noi MGM Re­sorts Main Event qui avait lieu au T-Mo­bile Are­na de Las Ve­gas à la fin no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.