Elle quitte un em­ploi pol­luant

Le Journal de Montreal - - DOSSIER - STÉPHANIE GEN­DRON

RIMOUSKI | Au­drey For­tier a long­temps tra­vaillé comme fleu­riste, ce pour quoi elle est for­mée, mais a dé­ci­dé de chan­ger de mé­tier.

Du­rant un congé de ma­ter­ni­té, elle a dé­cou­vert un peu plus com­ment le com­merce fonc­tionne et a été si­dé­rée de voir qu’une par­tie de l’in­dus­trie fai­sait pous­ser les fleurs au dé­tri­ment des po­pu­la­tions lo­cales.

« Des em­poi­son­ne­ments par pesticides et des vil­lages en­tiers qui manquent d’eau pour ar­ro­ser des fleurs à vendre en Oc­ci­dent, ça existe », dé­plo­ret-elle, se di­sant ré­vol­tée par ces fa­çons de faire. « Je ne peux plus consciem­ment en­cou­ra­ger ce­la. »

Pour se rap­pro­cher de ses va­leurs, elle a trou­vé une al­ter­na­tive.

Elle a donc fait pous­ser des fleurs bio­lo­giques sur son ter­rain et a mis ses bou­quets en vente sur in­ter­net et sur le bord du che­min, moyen­nant une contri­bu­tion volontaire.

« Ç’a bien marché et ça m’a ren­due heu­reuse de pou­voir faire des jo­lis bou­quets à nou­veau », a dit Mme For­tier.

Cette der­nière est tra­vailleuse au­to­nome et sco­la­rise l’aî­né à la mai­son. Les deux en­fants du mi­lieu sont at­teints de fi­brose kys­tique et re­çoivent des trai­te­ments à la mai­son tous les jours, mais vont à l’école.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.