Zé­ro em­ploi créé en 2018 au Qué­bec

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - MI­CHEL GI­RARD

Quand on connaît les liens éco­no­miques étroits qui existent entre l’On­ta­rio et le Qué­bec, il y a de quoi se ques­tion­ner sur la lé­thar­gie que le Qué­bec connaît

En ma­tière de créa­tion d’em­plois à temps plein, le Qué­bec connaît une an­née moche alors qu’au­cun em­ploi n’a été créé de­puis la fin de dé­cembre 2017.

La contre-per­for­mance du Qué­bec est d’au­tant ma­jeure que pen­dant ces mêmes 11 mois de l’an­née en cours (2018), le Ca­na­da af­fiche une aug­men­ta­tion de 207 000 em­plois à temps plein, dont la moi­tié (103 000) pro­vient de l’On­ta­rio.

Quand on connaît les liens éco­no­miques étroits qui existent entre l’On­ta­rio et le Qué­bec, il y a de quoi se ques­tion­ner sur la lé­thar­gie que le Qué­bec connaît cette an­née en ma­tière de créa­tion d’em­plois à temps plein.

Pour­quoi le Qué­bec ac­cuse-t-il un tel re­cul sur l’On­ta­rio et le reste du Ca­na­da ? Est-ce at­tri­buable à une pénurie de main-d’oeuvre qua­li­fiée au Qué­bec ? Peut-être. Chose cer­taine, le Qué­bec est confron­té à un sé­rieux pro­blème de créa­tion d’em­plois !

Et en pas­sant, on ne peut même pas évo­quer le fait qu’il est « nor­mal » de connaître une cer­taine stag­na­tion après la bonne per­for­mance en­re­gis­trée sous le règne du gou­ver­ne­ment Couillard, où il s’est créé 211 000 em­plois au cours de la pé­riode al­lant d’avril 2014 à oc­tobre 2018. Il faut sa­voir qu’au cours de cette pé­riode flo­ris­sante pour l’em­ploi au Qué­bec, il en a été de même en On­ta­rio et dans l’en­semble du Ca­na­da.

La réa­li­té : le Qué­bec fait car­ré­ment cette an­née piètre fi­gure en créa­tion d’em­plois à temps plein.

Autre mau­vaise nou­velle : bien que le Qué­bec af­fiche un taux de chô­mage de 5,6 %, le nombre de chô­meurs a grim­pé de 21 700 au cours des 11 der­niers mois. C’est d’au­tant plus in­quié­tant que le nombre de chô­meurs a bais­sé au Ca­na­da.

UNE LUEUR D’ES­POIR ?

Coïn­ci­dence in­té­res­sante pour le nou­veau gou­ver­ne­ment de Fran­çois Le­gault, à son pre­mier mois de pou­voir, soit no­vembre, il bé­né­fi­cie d’un re­bond mo­men­ta­né de l’em­ploi. Ce re­bond de 25 800 em­plois en no­vembre per­met d’ef­fa­cer qua­si­ment to­ta­le­ment le re­cul que le Qué­bec ac­cu­sait de­puis le dé­but de l’an­née.

Le rat­tra­page en no­vembre est at­tri­buable à la créa­tion de 8500 em­plois dans le sec­teur public et de 21 800 dans le pri­vé. Chez les tra­vailleurs in­dé­pen­dants, on af­fiche une perte de 4500 em­plois.

Sans au­cu­ne­ment vou­loir mi­ni­mi­ser ce « dé­part en lion » du gou­ver­ne­ment Le­gault sur le marché du tra­vail, il faut dire que « sa » per­for­mance de no­vembre s’ins­crit dans une so­lide per­for­mance ca­na­dienne alors que le Ca­na­da a créé en no­vembre quelque 94 100 em­plois.

Et autre bé­mol : le nombre de chô­meurs a aug­men­té en no­vembre de 9200 per­sonnes au Qué­bec, alors qu’il a chu­té de 8900 en On­ta­rio.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.