Hy­dro dé­pense en frais juridiques ex­ternes contre Saint-Adolphe

138 000 $ pour épau­ler la so­cié­té d’État dans sa dé­fense contre l’in­jonc­tion

Le Journal de Montreal - - POCHES - MA­RIE-CHRIS­TINE TROT­TIER

Hy­dro-Qué­bec a dé­pen­sé au moins 138 000 $ en frais juridiques pour se dé­fendre contre l’in­jonc­tion de Saint-Adolphe-d’Ho­ward, en dé­cembre 2017, qui ten­tait de sus­pendre les tra­vaux de la ligne à haute ten­sion qui tra­ver­sait son ter­ri­toire.

La firme McCar­thy Té­trault a épau­lé les ser­vices juridiques d’Hy­dro-Qué­bec pour se dé­fendre contre l’in­jonc­tion, se­lon un do­cu­ment ob­te­nu grâce à la loi d’ac­cès à l’in­for­ma­tion.

Il s’agit de la même firme d’avo­cats qui a re­cru­té l’ex-pre­mier mi­nistre Jean Cha­rest comme conseiller stra­té­gique. Ce n’est tou­te­fois pas lui qui a por­té le dossier contre Saint-Adolphe-d’Ho­ward.

Hy­dro-Qué­bec compte aus­si 46 avo­cats à l’in­terne, et cer­tains d’entre eux ont éga­le­ment tra­vaillé sur le dossier contre la pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té des Lau­ren­tides. « Comme ces avo­cats sont des sa­la­riés d’Hy­dro-Qué­bec, au­cun ho­no­raire ne leur est ver­sé pour ces dos­siers », a ex­pli­qué la so­cié­té d’État.

En com­pa­rai­son, Saint-Adolphe-d’Ho­ward a dé­pen­sé 9801 $ en ho­no­raires d’avo­cats et d’in­gé­nieurs en 2017.

EX­PER­TISE EX­TERNE

Hy­dro-Qué­bec fait ré­gu­liè­re­ment ap­pel aux ser­vices d’avo­cats ex­ternes pour di­vers dos­siers.

Dans un autre do­cu­ment d’ac­cès à l’in­for­ma­tion, Hy­dro-Qué­bec ex­plique que « cer­taines cir­cons­tances peuvent jus­ti­fier l’oc­troi d’un man­dat à un ca­bi­net d’avo­cats ex­terne », par exemple, lorsque la so­cié­té d’État n’a pas l’ex­per­tise à l’in­terne pour trai­ter d’un dossier.

L’am­pleur d’un li­tige, comme ce­lui qui l’a jus­qu’à tout ré­cem­ment op­po­sée à Terre-Neuve-et-La­bra­dor dans le dossier Chur­chill Falls, peut éga­le­ment jus­ti­fier un re­cours à des ser­vices ex­ternes.

De 2015 à 2017, Hy­dro-Qué­bec a dé­pen­sé près de 24 mil­lions $ en frais juridiques ex­ternes, dont 800 000 $ pour McCar­thy Té­trault. La de­mande d’in­jonc­tion de Saint-Adolphe-d’Ho­ward vi­sait à faire ces­ser la coupe fo­res­tière sur son ter­ri­toire pour le pro­jet de ligne à haute ten­sion Grand-Brû­lé/Dé­ri­va­tion Saint-Sau­veur.

IM­PACT IR­RÉ­VER­SIBLE

Se­lon la mu­ni­ci­pa­li­té, qui de­man­dait plu­tôt d’en­fouir les lignes sur son ter­ri­toire, le pro­jet « a un im­pact ir­ré­ver­sible sur les pay­sages [et] les éco­sys­tèmes ».

Hy­dro-Qué­bec s’est dé­fen­due en sou­li­gnant que l’en­fouis­se­ment re­tar­de­rait les tra­vaux de deux ans et fe­rait grim­per de 59 mil­lions $ le pro­jet es­ti­mé à 100 mil­lions $.

À la fin oc­tobre 2018, les tra­vaux étaient exé­cu­tés à plus de 85 %. Une dou­zaine d’avis de non-confor­mi­té en­vi­ron­ne­men­tale ont été trans­mis à Hy­dro-Qué­bec et à deux en­tre­pre­neurs de­puis le dé­but des tra­vaux (voir texte ci-contre).

PHOTO COURTOISIE, DE­NISE PAYETTE

Les ré­si­dents de Saint-Adolphe-d’Ho­ward dans les Lau­ren­tides ont ma­ni­fes­té en mars der­nier et en­tendent pour­suivre leur ba­taille contre la ligne à haute ten­sion d’Hy­dro-Qué­bec, qui tra­ver­se­ra leur ter­ri­toire, entre Grand-Brû­lé et Saint-Sau­veur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.