En­core ac­cu­sé de liens avec la Rus­sie

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

WA­SHING­TON | (AFP) Le pré­sident amé­ri­cain, Do­nald Trump, est con­fron­té à de nou­velles ac­cu­sa­tions sur ses liens avec la Rus­sie, le Wa­shing­ton Post af­fir­mant qu’il au­rait cher­ché à dis­si­mu­ler les dé­tails de ses conver­sa­tions avec son ho­mo­logue Vla­di­mir Pou­tine.

Ci­tant des an­ciens et ac­tuels res­pon­sables gou­ver­ne­men­taux, le quo­ti­dien amé­ri­cain in­dique qu’il n’existe au­cun rap­port dé­taillé des échanges que M. Trump a eus avec M. Pou­tine à cinq en­droits dif­fé­rents au cours des deux der­nières an­nées.

À l’is­sue de l’une de ses ren­contres avec le pré­sident russe, à Ham­bourg en 2017, le mil­liar­daire ré­pu­bli­cain au­rait même pris pos­ses­sion des notes de son in­ter­prète, lui de­man­dant de ne pas par­ta­ger aux autres membres de son ad­mi­nis­tra­tion la te­neur de la conver­sa­tion, écrit le quo­ti­dien (voir autre texte).

AC­CU­MU­LA­TION

L’op­po­si­tion dé­mo­crate s’est em­pa­rée de ces nou­velles in­for­ma­tions, pu­bliées au len­de­main de la ré­vé­la­tion, par le New York Times ,de l’ou­ver­ture en 2017 d’une en­quête du FBI pour sa­voir si le pré­sident amé­ri­cain tra­vaillait pour le compte de la Rus­sie.

« L’an der­nier, nous avons cher­ché à ob­te­nir les notes ou le té­moi­gnage de l’in­ter­prète sur la ren­contre pri­vée des pré­si­dents Trump et Pou­tine. Les ré­pu­bli­cains ont vo­té non. Vont-ils nous re­joindre au­jourd’hui », a twee­té Adam Schiff, nou­veau pré­sident de la com­mis­sion des af­faires de ren­sei­gne­ment de la Chambre des re­pré­sen­tants.

Contrai­re­ment à la tra­di­tion amé­ri­caine, qui veut que le pré­sident soit tou­jours ac­com­pa­gné de conseillers pre­nant des notes pen­dant ses en­tre­tiens of­fi­ciels, Do­nald Trump avait eu un tête-à-tête de deux heures à Hel­sin­ki, le 16 juillet 2018, avec Vla­di­mir Pou­tine, sans autre té­moin que leurs in­ter­prètes.

À l’is­sue de cette ren­contre, M. Trump avait sus­ci­té un tol­lé pour s’être mon­tré trop conci­liant lors d’une confé­rence de presse com­mune avec M. Pou­tine sur la ques­tion de l’in­gé­rence russe dans la cam­pagne pré­si­den­tielle de 2016, at­tes­tée de fa­çon una­nime par le FBI et les agences amé­ri­caines du ren­sei­gne­ment.

D’AUTRES RÉ­VÉ­LA­TIONS

La se­maine der­nière, l’ex-di­rec­teur de la cam­pagne du mil­liar­daire Paul Ma­na­fort a re­con­nu qu’il avait par­ta­gé des ré­sul­tats de son­dages avec Kons­tan­tin Ki­lim­nik, un consul­tant po­li­tique russe qui au­rait des liens avec des ser­vices de ren­sei­gne­ment, a rap­pe­lé sur CNN un autre élu dé­mo­crate, le sé­na­teur Mark War­ner.

« Ce qui est cu­rieux, c’est que c’est le genre d’in­for­ma­tions qui pour­rait avoir ren­sei­gné les Russes, plus tard dans la cam­pagne, lors­qu’ils ont lan­cé leurs ef­forts sur les ré­seaux so­ciaux », a-t-il ajou­té.

Al­lié de Do­nald Trump au Con­grès, le sé­na­teur Ted Cruz a pa­ru ébran­lé par les nou­velles ré­vé­la­tions du Wa­shing­ton Post.

« Je vou­drais en ap­prendre un peu plus sur ce qui s’est pas­sé », a-t-il in­di­qué sur la chaîne NBC. « Je siège à la com­mis­sion des af­faires ju­di­ciaires et nous exa­mi­ne­rons toutes les al­lé­ga­tions que l’on nous pré­sen­te­ra. »

PHO­TOS AFP ET D’AR­CHIVES

Le pré­sident amé­ri­cain, Do­nald Trump, est ac­cu­sé de vou­loir ca­cher la te­neur de ses dis­cus­sions avec le pré­sident russe, Vla­di­mir Pou­tine (en mé­daillon), puis­qu’il n’existe au­cun rap­port de plu­sieurs ren­contres pri­vées entre les deux chefs d’État.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.